Chaque année, le Forum Economique Mondial présente un rapport sur les risques mondiaux en amont de la réunion annuelle de Davos qui s’ouvre le 22 janvier prochain en Suisse. En 2018, les tensions politiques et économiques, mais aussi les questions environnementales et militaires étaient au cœur des discussions. Cette année, le climat apparaît comme l’enjeu mondial majeur à court, moyen et long terme.

Quelles sont les épées de Damoclès qui pèsent sur nos têtes ? En amont des rencontres de Davos qui se tiendront du 22 au 25 janvier prochain en Suisse, le Forum Economique Mondial présente son Global Risks Report qui met en avant les principaux risques et enjeux mondiaux pour l’année. De quoi donner du grain à moudre à la 49ème édition du forum qui se concentrera sur les décisions à prendre dans le cadre de la 4ème révolution industrielle. 


L’an passé déjà, l’environnement était au cœur des préoccupations des experts du Forum Economique Mondial. Cette année, il ne fait plus de doute que le changement climatique représente le principal risque global et le principal enjeu pour nos dirigeants.

Quatre des cinq risques les plus importants sont liés au climat en 2019. Et trois des cinq risques les plus importants en terme de probabilité sont liés à l’environnement. Alison Martin, du Zurich insurance group, partenaire du rapport, déclare dans le communiqué : « 2018 a malheureusement été une année historique en matière de feux de forêts et d’inondations et d’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Il n’est pas surprenant qu’en 2019 les risques environnementaux dominent à nouveau la liste des principales préoccupations ».

Les 5 risques les plus importants en terme de probabilité 

  1. Evénements climatiques extrêmes
    2. Non atténuation du changement climatiques et non adaptation à celui-ci
    3. Catastrophe naturelles majeures
    4. Incident majeur de fraude/vol de données
    5. Cyber-attaque de grande ampleur

Les 5 risques les plus importants en terme d’impact

  1. Armes de destruction massive
    2. Non atténuation du changement climatique et non adaptation à celui-ci
    3. Evénements climatiques extrêmes
    4. Crise de l’eau
    5. Catastrophe naturelle majeure

Dans son communiqué, le Forum se veut pessimiste : « la capacité du monde à encourager l’action collective face à des crises majeures a atteint des niveaux critiques dus à la détérioration des relations internationales qui nuisent à la mise en place d’actions pour répondre à un nombre croissant de défis. »

Le rapport s’appuie sur l’enquête annuelle sur la perception des risques globaux menée auprès de 1 000 décideurs. Ces derniers constatent que les relations économiques se sont tendues durant l’année 2018. Et ils ne sont pas optimistes pour la suite : 88% des experts « s’attendent à une nouvelle érosion des règles et accords commerciaux multilatéraux ». Pire, 85% d’entre eux craignent une dégradation des relations politiques entre les grandes puissances.

Economie et politique sont indissociablement liées au niveau mondial. Borge Brende, Président du Forum, indique dans la note que « le commerce mondial et la croissance économique étant menacés en 2019, il est plus urgent que jamais de renouveler l’architecture de la coopération internationale. »

Dans une sorte de scénario catastrophe, le rapport présente les interconnexions entre risques les plus importantes.

Les 5 interconnexions les plus importantes 

  1. Evénements climatiques extrêmes + Non atténuation du changement climatique et non adaptation à celui-ci
  2. Cyber-attaques + pannes d’infrastructures et de réseaux informatiques
  3. Taux structurel élevé de chômage ou de sous-emploi + conséquences négatives d’avancées technologiques
  4. Taux structurel élevé de chômage ou de sous-emploi + instabilité sociale profonde
  5. Echec de la gouvernance régionale mondiale + conflits entre Etats avec des conséquences régionales

Enfin, il évalue les grandes tendances du moment

  1. Changement climatique
  2. Cyberdépendance en hausse
  3. Polarisation de la croissance des sociétés
  4. Disparités en matière de revenus et de richesse
  5. Sentiments nationalistes croissants