Le gouvernement Biden a officiellement annoncé le boycott diplomatique des prochains JO d’hiver 2022. Les États-Unis n’enverront donc « aucun représentant diplomatique ou officiel » à Pékin pour manifester leur désaccord face au bilan de la Chine en matière de droits humains. Les athlètes américains seront, quant à eux, autorisés à participer aux différentes épreuves de la compétition.


 

Selon la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, le gouvernement Biden a décidé de boycotter les JO d’hiver de Pékin en raison du « génocide et des crimes contre l’humanité en cours au Xinjiang et d’autres violations des droits humains. » Par ailleurs, Jen Psaki a déclaré que même en l’absence de représentant officiel ou diplomatique américain à Pékin, l’équipe olympique des États-Unis bénéficie de tout le soutien du gouvernement.

Lors d’un point presse quotidien lundi 6 décembre, et avant même l’annonce du boycott diplomatique des JO d’hiver 2022 par les États-Unis, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré qu’une telle décision serait une « provocation politique pure et simple. » En outre, Zhao Lijian a affirmé que la Chine prendrait des « contre-mesures fermes » si le boycott diplomatique avait effectivement lieu aux prochains Jeux.

Le mois dernier, le président américain Joe Biden a déclaré aux journalistes qu’il « envisageait » un boycott diplomatique des Jeux, quelques jours après une rencontre à distance avec le dirigeant chinois Xi Jinping. Cet échange virtuel avait pour but de stabiliser les relations entre les États-Unis et la Chine.

Toutefois, les deux pays sont en désaccord sur de nombreux points, notamment la situation de Taïwan et du Tibet, la répression à Hong Kong ainsi que les accusations de génocide et d’abus généralisés à l’encontre des Ouïghours dans la région du Xinjiang.

Le mois dernier, plusieurs autres pays comme l’Australie et le Canada ont également envisagé la possibilité d’un boycott diplomatique des JO d’hiver de Pékin.

Il est peu probable que ce boycott diplomatique des Jeux par les États-Unis se transforme en boycott total. Une telle mesure radicale pourrait rapidement se retourner contre eux, comme lorsque le président américain Jimmy Carter a boycotté les JO d’été de Moscou en 1980.

Le boycott diplomatique des JO de Pékin a été accueilli positivement tant par démocrates, comme la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, que par certains républicains qui avaient initialement plaidé pour un boycott total. Le dernier boycott total de JO par les États-Unis remonte à 1980, lorsque le président américain Jimmy Carter a retiré le pays des Jeux d’été de Moscou en raison de la présence militaire soviétique en Afghanistan. Généralement, des délégations diplomatiques de haut rang assistent aux JO, comme en 2008 lorsque le président américain George W. Bushs’est rendu à Pékin pour les JO d’été. Pour le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, le boycott des Jeux par la Maison-Blanche va à l’encontre de « l’esprit de la charte olympique. » Selon lui, les États-Unis « devraient cesser de politiser le sport. »

Plus tôt cette année, Washington a déclaré que le traitement des Ouïghours par la Chine, notamment l’utilisation de camps d’internement, du travail forcé et de la stérilisation forcée, constituait un génocide et plusieurs crimes contre l’humanité.

La décision américaine de boycotter les Jeux d’hiver de Pékin intervient alors que la Chine est confrontée à une pression internationale intense à la suite de l’affaire Peng Shuai. La joueuse de tennis a été censurée sur les réseaux sociaux après une publication dans laquelle elle affirmait avoir été victime d’agression sexuelle par un haut dirigeant du Parti communiste chinois. La semaine dernière, la WTA a annoncé suspendre tous ses tournois à venir en Chine et à Hong Kong. Le président de l’association a déclaré : « Je ne vois pas comment je peux demander à nos sportifs de concourir en Chine alors que Peng Shuai n’est pas autorisée à communiquer librement et qu’elle a apparemment subi des pressions pour contredire son accusation d’agression sexuelle ». Quelques jours plus tard, l’ATP a déclaré ne pas se joindre à la WTA. Une décision critiquée par de nombreuses personnalités dans le sport.

Selon Reuters, les JO d’hiver devraient débuter en février sans aucun spectateur étranger. Les athlètes et le personnel seront soumis à des tests quotidiens. Fin novembre, Zhao Lijian a déclaré que l’émergence du variant Omicron « représentera certainement un défi pour prévenir et contrôler le virus », mais qu’il est « pleinement convaincu » que la Chine sera en mesure d’accueillir les JO « comme prévu, sans heurts et avec succès. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Téa Kvetenadze

<<< À lire également : De plus en plus de pays envisagent un boycott diplomatique des JO d’hiver de Pékin >>>