La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, qui a été largement félicitée pour avoir dirigé l’une des réponses les plus réussies au monde à la Covid-19, a révélé lundi qu’elle avait mis le président élu Joe Biden en contact avec les responsables de la santé du pays, afin de partager des tactiques de lutte contre la pandémie dévastatrice qui a tué plus de 256 000 Américains.

 

Principaux faits

  • Jacinda Ardern a déclaré lors d’une conférence de presse lundi : « Je lui ai proposé, ainsi qu’à son équipe, de rencontrer les autorités sanitaires néo-zélandaises afin de partager leur expérience sur ce que nous avons appris au cours de notre voyage avec Covid-19 », a rapporté Reuters.
  • Cette offre est intervenue au milieu de la première réunion des deux dirigeants depuis la victoire de Joe Biden aux élections américaines, et alors que les efforts de Joe Biden pour lutter contre la pandémie sont entravés par le refus de l’administration Trump de commencer la transition.
  • La Nouvelle-Zélande, qui a lutté avec succès contre la transmission communautaire de la Covid-19 parmi sa population de près de 5 millions de personnes, n’a enregistré que 2030 infections et 25 décès, selon les données de l’Université Johns Hopkins.
  • Pendant ce temps, les États-Unis ont constamment battu des records en termes de nombre de cas, d’hospitalisations et de décès quotidiens, avec une moyenne de près de 1500 décès par jour sur sept jours, selon le Covid Tracking Project, le nombre le plus élevé depuis mai.

 

Le contexte

Alors que la pandémie fait rage aux États-Unis, dépassant les 12 millions d’infections, approchant les 260 000 décès et 84 000 personnes hospitalisées, Joe Biden a entrepris de mettre en place et de rencontrer son groupe de travail sur le coronavirus, tandis que Donald Trump a été confronté à des questions sur son apparente inaction et son incapacité à se présenter aux réunions de son propre groupe de travail sur la Covid-19 pendant cinq mois, utilisant plutôt son temps pour lancer des offres infructueuses afin de renverser la victoire électorale de Joe Biden. Dans certaines de ses premières remarques depuis qu’il a été projeté comme le vainqueur de l’élection, Joe Biden a averti que davantage de personnes pourraient mourir si l’administration Trump continuait à bloquer sa transition, tandis que le Dr Anthony Fauci, le plus haut responsable américain des maladies infectieuses, a exprimé ses inquiétudes quant au fait que cela pourrait entraver les efforts de distribution d’un vaccin contre le coronavirus, qui pourrait se profiler à l’horizon puisque les trois leaders – Pfizer, Moderna et AstraZeneca – ont publié des données concluantes et que Pfizer-BioNTech ont demandé une autorisation d’urgence auprès de la Food and Drug Administration.

 

Samedi, Trump a refusé d’assister à une partie importante du sommet virtuel des dirigeants du G20, qui portait sur la préparation à une pandémie avec les dirigeants européens, africains et sud-américains, et a préféré jouer au golf.

 

La Nouvelle-Zélande n’a enregistré que deux nouveaux cas de coronavirus lundi, ont déclaré les autorités sanitaires du pays, alors qu’il n’y a que 52 cas actifs. La bonne gestion de la pandémie par le pays a été attribuée à des tests généralisés et précoces (1,2 million de tests ont été effectués jusqu’à présent), à une communication claire sur les mesures de santé publique et à un système de test, de traçabilité et d’isolement mis en place très tôt. La réponse réussie de la Nouvelle-Zélande face au virus survient même si le pays a signalé son premier cas vers le 28 février, plus d’un mois après que les États-Unis ont signalé leur premier cas lié à un voyage le 21 janvier.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Isabel Togoh

 

<<< À lire également : Comment La Nouvelle-Zélande A Parfaitement Géré Le Coronavirus >>>