Sous la pression du président Joe Biden, la Food and Drug Administration prévoit de mettre en place une stratégie pour que les Américains reçoivent des rappels de vaccins Covid-19, qui sera annoncée dès le début du mois de septembre, a rapporté le Wall Street Journal.

 

Principaux faits

  • Des sources anonymes ont déclaré au Wall Street Journal que la FDA espère avoir des directives pour savoir qui doit recevoir une injection de rappel et quand.
  • L’administration Biden souhaite que l’agence publie un plan dès que possible, ont indiqué les sources, car certaines personnes âgées, immunodéprimées et celles qui ont été vaccinées tôt peuvent avoir besoin de rappels presque immédiatement, avant une annonce en septembre, et les responsables veulent que le public sache que les personnes les plus vulnérables doivent recevoir les rappels en premier.
  • L’agence veut exclure la possibilité qu’une injection de rappel rende une personne plus susceptible de développer une inflammation cardiaque, a rapporté le Wall Street Journal, tout en cherchant à voir si les injections pourraient fournir une immunité à long terme comme le font certains vaccins pour enfants.
  • Un porte-parole de la FDA a déclaré à Forbes que l’agence, les CDC et les NIH « évaluent des solutions potentielles aux questions sur l’utilisation des doses de rappel des vaccins Covid-19 ».

 

Critique importante

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé a appelé les pays riches à ne pas administrer de doses de rappel tant que 10% de la population de tous les pays n’est pas vaccinée. Les habitants des pays à faible revenu, où seulement 1% des personnes ont reçu au moins une injection, ont davantage besoin des premières doses de vaccin que les habitants des pays riches n’ont besoin d’une injection de rappel, a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

 

Chiffre important

5,66 millions. C’est le nombre de personnes aux États-Unis qui avaient été entièrement vaccinées à la fin du mois de janvier.

 

Le contexte

Le gouvernement fédéral semble accélérer l’approbation des vaccins alors que le variant Delta fait grimper le nombre de cas. En juillet, Pfizer a déclaré qu’il ne prévoyait pas l’approbation de son vaccin Covid-19 avant l’année prochaine, mais le New York Times a rapporté que la FDA avait l’intention de l’approuver avant la fête du travail. Pfizer et Moderna ont tous deux déclaré que leurs vaccins perdent de leur efficacité avec le temps, selon le Wall Street Journal, et qu’ils demanderont à la FDA d’approuver une troisième injection comme dose de rappel. Au mépris de l’appel de l’OMS à un partage plus équitable des vaccins, l’Allemagne et la France commenceront à administrer des doses de rappel en septembre, selon Reuters, tandis qu’Israël le fait depuis juillet.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Graison Dangor

 

<<< À lire également : Les États-Unis risquent de ne jamais atteindre l’immunité collective contre le coronavirus, selon l’ancien directeur de la FDA >>>