La Corée du Nord a procédé aujourd’hui au tir en mer d’un missile balistique présumé, son premier essai en près de deux mois, ce qui risque de remettre en question ses négociations de dénucléarisation avec la Corée du Sud et les États-Unis.


 

Faits marquants

  • Selon les militaires sud-coréens et japonais, la Corée du Nord a tiré le missile présumé dans ses eaux orientales ce matin.
  • Il s’agit du premier essai de missile de la Corée du Nord depuis octobre et il intervient après que son dirigeant, Kim Jong Un, a promis de renforcer davantage l’armée du pays lors d’une conférence nationale sur le leadership la semaine dernière.
  • Quelques heures après le lancement, le président sud-coréen Moon Jae-in a exprimé ses inquiétudes, mais a réitéré ses appels au dialogue avec Pyongyang « pour surmonter fondamentalement cette situation ».
  • Moon a tenu ces propos lors de la cérémonie d’inauguration d’une nouvelle ligne ferroviaire près de la frontière avec le Nord – destinée à relier à terme les deux pays – qu’il a qualifiée de « tremplin pour la paix et l’équilibre régional dans la péninsule coréenne ».
  • Les responsables japonais ont été plus critiques à l’égard du lancement, le Premier ministre du pays, Fumio Kishida, déclarant aux journalistes qu’il était « vraiment regrettable » que la Corée du Nord ait repris ses essais de missiles de l’année précédente.

 

Tangente

Si le type de missile lancé n’a pas encore été confirmé, les tirs de missiles balistiques par la Corée du Nord sont interdits par une série de résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU). Cependant, Pyongyang a fait preuve de très peu de respect pour cette interdiction en procédant à des tirs d’essai de plusieurs missiles balistiques l’année dernière. Le non-respect de la résolution du CSNU pourrait entraîner de nouvelles sanctions à l’encontre du pays, ce qui pourrait compromettre davantage les chances de dialogue.

 

Contexte clé

Dans son discours du Nouvel An mardi, le président sud-coréen a déclaré qu’il continuerait à chercher à rétablir le dialogue avec la Corée du Nord et à faire pression pour la paix dans la région jusqu’à la fin de son mandat en mai. Le mois dernier, M. Moon a déclaré que les deux pays avaient convenu « en principe » de déclarer officiellement la fin de la guerre de Corée, près de soixante-dix ans après la fin des hostilités. Pyongyang, cependant, a été moins réceptif aux ouvertures de Moon et a continué à soulever des objections sur ce qu’il appelle « l’hostilité des États-Unis » à son égard.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

<<< À lire également : Après 70 ans, la Corée du Nord et la Corée du Sud conviennent « en principe » de mettre officiellement fin à la guerre >>>