Parler, c’est facile à Hollywood. C’est le message d’un groupe de scénaristes noires qui a publié vendredi une lettre publique appelant l’industrie du divertissement à faire plus que déclarer que « Black Lives Matter ». Selon la critique publique, Hollywood doit reconnaître le rôle qu’il a joué dans la perpétuation des stéréotypes racistes et prendre des mesures concrètes pour réparer les dommages qui ont été faits.

La lettre du comité des écrivains noirs de la Writers Guild of America West nomme Netflix, Walt Disney Co. Hulu and FX de DIS, Warner Bros, CBS VIAC et un certain nombre de grandes sociétés industrielles qui ont apporté leur soutien au mouvement #BlackLivesMatter et aux manifestations nationales dénonçant le meurtre de George Floyd. Netflix a été le premier à s’exprimer, déclarant sur Twitter que « se taire, c’est être complice. Black lives matter. » 


« Vos déclarations indiquent que vous reconnaissez votre devoir public d’interroger le rôle de l’industrie du divertissement dans la perpétuation du racisme, tant face que derrière la caméra », a écrit la commission. « En tant que vos confrères noirs dans ce secteur, nous souhaitons fonder la validité de vos déclarations sur la manière dont vous confrontez votre histoire raciste et honorez vos engagements à remplacer activement vos systèmes racistes par des systèmes radicalement inclusifs. » 

La lettre appelle les studios à défendre la diversité, mais à ne pas donner la priorité à l’embauche d’écrivains noires, excluant ainsi l’expérience et la perspective des personnes noires. Le groupe affirme que l’industrie doit changer ses pratiques pour attirer, développer, encadrer et retenir les écrivains, producteurs, réalisateurs et cadres noirs à tous les niveaux. En ce moment, les écrivains noires luttent pour prendre leur place dans l’industrie. Beaucoup ne peuvent pas se permettre le coût élevé d’une école de cinéma. Ceux qui le peuvent, ne peuvent souvent pas se permettre de faire des stages non-rémunérés ou de travailler dans des emplois mal payés comme assistant ou dans la salle du courrier qui ouvrent souvent des opportunités, note le groupe. Ceux qui y parviennent se sont vu refuser des emplois, ont été écartés des opportunités et rejetés des salles de rédaction pour un « manque d’expérience », et ont été historiquement ignorés pendant la période des remises de prix. 

Le dernier rapport de l’UCLA sur la diversité à Hollywood révèle la dimension de la différence des opportunités. Les auteurs noirs restent sous-représentés dans le secteur du divertissement, ne représentant que 5,2 % des auteurs crédités pour les meilleurs films d’Hollywood l’année dernière, alors que les auteurs blancs ont obtenu 89 % des emplois. 

« C’est un défi pour tout le monde dans cette ville, nous le comprenons », déclare Michelle Amor, qui co-préside le comité des écrivains noires de la WGAW. « Lorsque les autorités ne reconnaissent pas que nous avons des défis très spécifiques à relever et ne prennent pas le temps de nous rencontrer pour nous demander quelles sont nos préoccupations et ce que nous pouvons faire pour améliorer la situation, nous avons voulu attirer leur attention. »

La Motion Picture Association n’a pas répondu immédiatement à ce commentaire, mais son président, Charles Rivkin, a écrit un message au personnel de l’association professionnelle après la mort de Floyd. Il a qualifié cette tragédie de rappel de la souffrance du racisme dans le pays et a souligné l’importance du travail de la MPAA pour promouvoir une narration et une représentation plus inclusive face et derrière la caméra. 

Le premier blockbuster d’Hollywood, The Birth of a Nation, a révolutionné le cinéma après sa sortie en 1915, en rapportant 1,8 milliard de dollars en dollars aujourd’hui, notent les membres de la WGAW. Le scénario, écrit par deux hommes blancs, a validé les stéréotypes racistes des personnes noires (qui étaient représentées par des acteurs blancs au visage noir) et a fait revivre le Ku Klux Klan, ont-ils ajouté. Le siècle qui a suivi a apporté à l’ère de Jim Crow, la ségrégation, la police à outrance, le redlining, le manque d’accès à une éducation de qualité, la pauvreté et l’incarcération. 

« Vous étiez là tout le temps, nous refusant une représentation égale sur vos plateaux et dans vos studios tout en perpétuant des stéréotypes déshumanisants à notre sujet dans les films et en racontant mal nos histoires au monde entier », ont écrit les membres de la guilde. « En tant qu’Afro-américains, nous ne pouvons pas nous permettre de nier que ces histoires racistes ont servi à nous caractériser à tort comme des personnes. Elles ont marqué nos expériences et ont eu un impact sur la façon dont nous sommes perçus et représentés au travail et dans le monde. »

Pas plus tard qu’en 2015, l’Academy of Motion Pictures a été critiqué pour n’avoir nommé que des acteurs blancs, ce qui a provoqué une réaction négative sur les réseaux sociaux sous le hashtag #OscarsSoWhite. Une étude de l’USC Annenberg a révélé que sur les 800 films populaires sortis entre 2007 et 2015, seuls neuf présentaient des acteurs noires dans des rôles principaux. 

Hollywood a fait des efforts pour mettre de l’ordre dans sa maison à la suite des protestations nationales demandant la justice raciale et la fin de la brutalité policière. 

WarnerMedia a retiré Gone With the Wind de son service de streaming HBO Max après que le scénariste John Ridley, lauréat d’un Academy Award, a écrit un article d’opinion pour le Los Angeles Times qui demandait son retrait, affirmant que le film glorifie le sud antebellum et ignore non seulement les horreurs de l’esclavage, mais perpétue « certains des stéréotypes les plus douloureux des personnes de couleur ». 

Pendant ce temps, la Paramount Network a annulé l’émission de téléréalité Cops, qui durait depuis longtemps, et A&E a retiré une autre émission de téléréalité, Live PD, de son programme. Même Paw Patrol, le dessin animé pour enfants de Nickelodeon qui met en scène un chien policier animé, Chase, est devenu le centre des protestations.

Amor dit qu’elle espère que la lettre lancera une conversation avec les studios de production et les réseaux d’Hollywood sur la façon de créer plus d’opportunités pour les écrivains noires. 

« Soit vous vous engagez à mettre en place un nouveau système institutionnalisé de responsabilité avec et pour les écrivains de couleur, soit vous prouvez que vous n’êtes qu’une autre stratégie, un autre indicateur de valeur jugé nécessaire pour survivre à notre époque », a écrit le groupe. 

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Dawn Chimielewski

À lire également : Zoom Sur L’Écart Racial De Richesse Aux États-Unis >>>