Facebook – qui a évité de vérifier les affirmations erronées du président Trump concernant le vote par correspondance – lance un « centre d’information aux électeurs » sur la plateforme et sur Instagram, dans le but d’aider au moins 4 millions d’Américains à s’inscrire pour voter et de mettre les choses au clair sur la façon de voter par correspondance, une pratique qui devrait faire monter en flèche cette élection dans le contexte de la pandémie, mais dont Trump a faussement prétendu qu’elle pouvait conduire à la fraude électorale.

 


Principaux faits

  • Le centre de vote est réalisé en partenariat avec le Bipartisan Policy Centre et permettra aux utilisateurs de vérifier s’ils sont inscrits pour voter, tout en orientant ceux qui ne le sont pas vers des informations sur l’inscription dans leur État.
  • Le centre sera également utilisé pour inscrire les utilisateurs en tant qu’agents électoraux, un poste généralement occupé par des personnes de plus de 60 ans, mais qui a été en sous-effectif cette année en raison du risque de coronavirus, notamment chez les personnes âgées.
  • Cette nouvelle fonctionnalité intervient après que le vote par correspondance a été contesté par Trump et les républicains, qui affirment que cette pratique, rendue plus accessible cette année pour réduire le risque de transmission du Covid-19 dans les bureaux de vote, est frauduleuse, malgré les experts qui démentissent ces affirmations.
  • Malgré cela, Trump s’est rendu sur Facebook et Twitter à plusieurs reprises pour faire de fausses déclarations sur le fait que le vote par correspondance est « imprécis » et « frauduleux » sans que les faits soient vérifiés, malgré le peu de preuves à l’appui de ces affirmations.
  • Jusqu’à présent, Facebook ajoutait des étiquettes aux informations sur le vote en dessous de telles publications, y compris celles de Trump – une fonctionnalité qui a été introduite en juin.

 

Contexte

Facebook est un champ de bataille clé pour les élections de 2020, mais le lancement du centre d’information aux électeurs pourrait voir le plus grand réseau social du monde se faire prendre entre deux feux. Une bataille avec la Maison Blanche sur le vote par correspondance serait malvenue pour Mark Zuckerberg, qui est déjà sous pression pour s’attaquer au rôle de Facebook dans la diffusion de la désinformation et de la propagande soutenue par la Russie en 2016, tout en faisant face à une réaction négative de son personnel pour ne pas avoir pris de mesures sur les posts faux et provocateurs du président. Le milliardaire a défendu sa position, affirmant que les entreprises privées ne devraient pas être en « position » d’être « l’arbitre de la vérité de tout ce que les gens disent en ligne ». Malgré cela, les enquêtes de Buzzfeed et de NBC News ont révélé que les dirigeants de Facebook avaient protégé les voix conservatrices et les organisations médiatiques du processus de vérification des faits du site. Les différends concernant le vote par correspondance et la vérification des faits pourraient être éclipsés par les réactions de Trump si Mark Zuckerberg revenait sur sa décision et suivait l’exemple de Twitter en interdisant la publicité politique avant les élections de novembre.

 

Digression

Les « grognements » de Trump sur Twitter concernant le vote par correspondance ont été signalés par la plateforme en mai avec une note qui disait : « Get the facts about mail-in ballots » (en français, « Vérifiez les faits à propos des bulletins de vote par correspondance »), ce qui a incité Trump à accuser la plateforme d’essayer d’interférer dans les élections et de faire taire les voix conservatrices. Trump a ensuite signé un décret visant à réduire l’immunité de Twitter et d’autres sociétés de médias sociaux, qui ne peuvent être poursuivies pour le contenu des utilisateurs sur leurs sites.

 

Chiffre important

76%. C’est le nombre d’électeurs américains qui ont le droit de voter par correspondance – le chiffre le plus élevé de l’histoire, selon le New York Times.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Isabel Togoh

 

<<< À lire également : Facebook Et Twitter Agissent Contre Les Affirmations De Trump >>>