L’OMS a décidé ce jeudi de ne pas déclarer d’état d’urgence mondiale concernant l’épidémie du coronavirus provenant de Wuhan. « Il ne faut pas se tromper. C’est une urgence en Chine, mais pas encore à l’échelle mondiale », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreysus. « Nous nous engageons pleinement à stopper l’expansion du coronavirus aussi vite que possible. Je n’hésiterai pas à convoquer à nouveau le comité au moment où il le faudra », a-t-il ajouté. 

En attendant, voici toutes les informations que vous devez connaître sur le virus, son impact sur les voyages et le commerce, et ce qui pourrait arriver par la suite.

L’essentiel concernant l’épidémie

Les autorités chinoises ont déclaré que presque 600 personnes avaient étaient touchées et 17 personnes étaient mortes de ce virus récemment identifié et reconnu pour la première fois le 31 décembre 2019. L’épidémie a débuté à Wuhan et s’est depuis propagée dans 7 autres pays, y compris la Corée du Sud, le Japon, Taiwan, la Thaïlande, l’Arabie Saoudite, le Vietnam et les Etats-Unis. Les experts en modélisation des maladies de l’Imperial Colege de Londres, suggèrent que le nombre de cas en Chine est peut-être sous-estimé, publiant mercredi un rapport indiquant que 4 000 personnes pourraient actuellement être infectées.

Qu’est-ce que le coronavirus ?

Le coronavirus fait partie de la famille des virus qui provoquent des infections du système respiratoire. Il existe sept coronavirus connus, dont le 2019-nCoV nouvellement identifié. Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) était le coronavirus qui se cachait derrière l’épidémie mortelle de 2002 à 2003, qui a infecté 8 098 personnes et tué 774. Le MERS (également appelé syndrome respiratoire du Moyen-Orient), identifié pour la première fois en 2012, est une autre épidémie de coronavirus récente et toujours d’actualité, avec des cas encore signalés pas plus tard que cette semaine. Sur les 2 494 cas et 858 décès associés au MERS, la plupart se sont produits dans la péninsule arabique. Le coronavirus de Wuhan est différent de ces maladies, cependant, il n’a jamais été constaté auparavant.

Qu’en est-il du taux de mortalité de cette maladie ?

Pour faire court, nous ne savons pas à quel point cette maladie est mortelle. Si vous regardez le nombre de personnes déclarées touchées (environ 600, bien que ce nombre augmentera), et que vous le comparez au nombre de décès (17 pour le moment), vous pouvez calculer le taux de létalité, qui décrit le taux de mortalité d’une maladie. À l’heure actuelle, le taux de létalité est légèrement inférieur à 3%. Cela signifie que 3% des personnes touchées par ce nouveau virus meurent. Mais ce nombre n’a presque aucun sens en ce moment, car nous ne savons pas encore vraiment combien de personnes sont infectées et combien de décès se produiront dans les prochaines semaines. Une chose est sûre : comme beaucoup d’autres maladies, les patients atteints du 2019-nCoV sont plus susceptibles de mourir s’ils sont âgés ou souffrent déjà d’autres maladies.

Comment a débuté l’épidémie ?

Les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) ont déclaré que les premiers cas du 2019-nCoV étaient liés au marché de fruits de mer de Hua Nan à Wuhan. L’épidémie a probablement commencé à la suite d’un incident de « débordement », lorsque le virus a été transmis d’animal à humain. Cette contagion se produit par un contact étroit entre les humains et les animaux, en particulier sur les marchés où les animaux vivants et morts sont vendus comme de la « nourriture ». Par exemple, le virus Ebola s’est probablement propagé à cause de chauves-souris et autres primates non humains. Le MERS, s’est propagé à cause de chameaux et le SRAS s’est propagé à cause de petits mammifères représentant la délicatesse en Chine. Le marché de Wuhan a fermé le 1er janvier pour limiter la propagation du 2019-nCov, mais plus de cas ont été signalés depuis, ce qui signifie que le virus peut également se propager de personne à personne.

Pourquoi avons-nous entendu parler de serpents ?

Dans un article universitaire publié mercredi, des chercheurs chinois ont signalé des similitudes génétiques entre le 2019-nCoV et un coronavirus trouvé chez les serpents. Notamment, cet article est une pré-impression et n’a pas encore été évalué par des pairs ou approuvé de quelque façon que ce soit. De plus, d’autres scientifiques sont sceptiques quant à savoir si un virus peut se transmettre entre des êtres vivants à sang froid et à sang chaud. La théorie du serpent n’est donc qu’une théorie.

Comment la maladie se répand-t-elle ? Est-ce utile de porter un masque ?

Les scientifiques tentent encore de trouver la réponse. Nous ne savons pas encore clairement comment le virus se transmet ou s’il se transmet facilement d’une personne à l’autre. On sait aujourd’hui qu’il se déplace de personne à personne (et non seulement d’animal à personne), car 15 agents de la santé à Wuhan ont été touchés, en soignant des patients atteints de ce virus et certaines des personnes infectées n’avaient pourtant jamais mis les pieds sur ce marché. Le coronavirus se propage généralement dans l’air lorsqu’une personne éternue ou tousse. Si cette nouvelle maladie fonctionne de la même manière, les masques faciaux pourraient offrir une certaine protection. Cependant, le type de masque est important. Les masques faciaux avec valves respiratoires sont plus efficaces que les masques chirurgicaux en papier ordinaires, bien que ces derniers soient toujours mieux que rien. Étant donné que les postillons de toux et d’éternuement ont tendance à se retrouver sur les surfaces que d’autres personnes touchent, un lavage fréquent des mains est donc fortement conseillé.

Je vis en Amérique du Nord, dois-je m’inquiéter ?

Selon les CDC, le risque immédiat pour la santé du grand public américain est considéré comme « faible pour le moment ». Un seul cas du 2019-nCoV a été répertorié aux Etats-Unis, il s’agit d’un résident de Washington souffrant d’une pneumonie légère qui, selon le ministère de la santé, se rétablit bien. Le plus grand risque d’infection concerne les personnes vivant ou voyageant à Wuhan, en Chine.

J’ai visité récemment la Chine. Devrais-je être attentif à certains symptômes en particulier ?

Les CDC conseillent aux médecins de surveiller les patients qui se sont récemment rendus à Wuhan ou à proximité et qui ont de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires, des symptômes similaires au SRAS et au MERS. Si vous remarquez que ces symptômes sont également similaires aux symptômes habituels de la pneumonie, méfiez-vous. Les cas du 2019-nCoV ne peuvent être confirmés que dans les laboratoires des CDC.

Une grosse période de voyages s’annonce en Chine. Cela pourrait-il avoir un impact sur l’épidémie ?

Le Nouvel An lunaire sera célébré ce samedi 25 janvier en Chine. Des centaines de millions de personnes ont prévu de voyager vers et depuis la Chine dans les prochains jours, ce qui pourrait accélérer l’épidémie, selon les experts.

Dans quelle mesures cette épidémie impacte-t-elle l’économie mondiale ?

Dans une note aux clients, Goldman Sachs estime qu’une réduction des déplacements pourrait entraîner une baisse des prix du pétrole, en particulier du kérosène. Cette semaine a également marqué la plus forte baisse des actions chinoises au cours de cinq derniers mois. À l’échelle locale, Wuhan perd des revenus car les matchs de qualification pour les Jeux Olympiques de 2020 ont été annulés et se produiront ailleurs. L’industrie cinématographique chinoise en prend également un coup, puisque sept films qui devaient être présentés en avant-première le week-end du Nouvel An lunaire ont été retirés du box-office pour éviter les foules.

Quelles mesures les gouvernements et les entreprises de santé prennent-ils pour contrôler l’épidémie ?

Pour le moment, aucun traitement ou vaccin n’existe pour traiter le 2019-nCoV.

Jeudi, tous les vols à destination ou en provenance de Wuhan étaient annulés, y compris les trains. Deux autres villes chinoises, Huanggang et Ezhou, sont également bloquées. Aux Etats-Unis, tous les passagers en provenance de Wuhan seront acheminés par les aéroports internationaux de cinq villes (Los Angeles, San Francisco, New York, Chicago et Atlanta) et dépistés pour la maladie.

Moderna, un fabricant de vaccins ARNm, a annoncé jeudi avoir reçu une subvention d’un montant non divulgué de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) pour commencer à développer un vaccin pour combattre le nouveau virus. Les entreprises prennent-elles la relève pour stopper l’épidémie ?

<<< À lire également : Coronavirus : Un Nouveau Continent Touché >>>