Le virus de la haine se répand parfois plus vite que le covid-19… et avec, tous les messages véhiculant la théorie du complot, souvent à connotation antisémite, qui ont « fleuri » sur les réseaux sociaux. Faute de modération efficace de la part des hébergeurs, Jean-Marc Royer de Netino by Webhelp nous offre son éclairage pour se prémunir des fausses informations.

 


Désirée de Lamarzelle : Comment se caractérisent les propos « complotistes » sur les réseaux sociaux ? Y a-t-il une amplitude du phénomène avec la crise sanitaire actuelle?

La semaine du début du confinement, nous avons observé une augmentation de 90% du volume de commentaires postés en l’espace de seulement une semaine. Et dont 93% des messages échangés sur les pages Facebook des médias français focalisés sur le sujet du coronavirus. C’est la première fois, depuis 18 ans que nous analysons les réseaux sociaux, que quasiment tous les messages échangés concernent le même sujet. Il se trouve que 1% de ces messages concerne des théories du complot… ce qui représente des milliers de messages conspirationnistes sur l’échantillon que nous avons analysé.

 

De quoi s’agit -il exactement lorsque vous parlez de complot, notamment antisémite ?

Au début, ce sont les Américains qui ont été ciblés par de nombreuses théories conspirationnistes diffusées sur les médias sociaux affirmant que l’armée américaine aurait lancé ce virus en visant la Chine afin de maintenir sa place de leader économique mondial. En France, à partir du 17 mars, la diffusion en ligne d’une vidéo sur Facebook qui a accusé directement l’Institut Pasteur d’avoir créé le COVID-19 et mais également M. Yves Lévy, mari de l’ancienne ministre de la santé Agnés Buzyn et médecin, qui aurait sciemment participé à sa propagation à l’occasion de l’inauguration du laboratoire P4 de Wuhan. Des posts qui visent beaucoup les « juifs » dans leurs accusations.

 

Est-ce particulier à la France et y a-t-il des exemples similaires dans l’Histoire ?
C’est un phénomène mondial qui existait bien avant l’arrivée d’Internet, mais les réseaux sociaux l’ont démultiplié en lui donnant un moyen de s’exprimer et de se diffuser viralement.

 

En dehors de la communauté juive, quelles sont les autres cibles du complotisme ?

Les principales théories du complot sont ciblées contre les « ultra-riches » soupçonnés de contrôler les gouvernements, et contre les gouvernements eux-même. Parmi les exemples de post récurrents liés au Covid : « De toute façon, on ne saura jamais. Ils veulent tuer les Vieux. », ou encore « L’État a le vaccin mais ils n’en ont rien à foutre. Les Français crèvent et ils ne veulent pas dire qu’ils ont le vaccin.»…

 

Comment ne pas se laisser manipuler par les réseaux sociaux avec ces théories ?

Sur les réseaux sociaux, c’est l’immédiateté qui prévaut avec une sur-consommation de messages… alors que la première règle est de prendre le temps de vérifier les affirmations postées sur des sites dignes de confiances tel que celui de l’AFP. Mais paradoxalement,les internautes font souvent plus confiance aux propos des autres internautes qu’aux sites officiels des médias, soupçonnés, bien sûr à tort, de dissimuler des vérités pour le compte de l’état.

Pire, souvent, les internautes qui ont des avis négatifs et préconçus à l’égard des gouvernements, ou des communautés juives ou musulmanes, ont tendance à diffuser ces fake news négatives en sachant pertinemment qu’elles sont probablement fausses.  Cela leur permet d’étayer leurs convictions et de calomnier. 

 

Quels sont vos conseils pour faire le tri dans les informations ?

La chose primordiale à bien comprendre est que la répétition d’un mensonge en masse n’en fait pas une vérité. Enfin il faut procéder à la vérification de la source. D’où provient l’information ? Qui a pris la parole ? Par quel biais de communication ? Avant un partage, il faut savoir faire des recherches et comprendre le contexte. Enfin, les réseaux sociaux permettent également de se rapprocher des individus qui pensent comme nous afin de nous rassurer. Avec pour conséquence « subversive » que lorsque ces personnes influentes de notre cercle de relation partagent une information, nous allons lui faire plus facilement confiance et participer à la diffusion d’une fake news sans le savoir.

 

Fondée en 2002 par Jean-Marc Royer, Netino est une société de mise en place technique d’espaces de dialogue sur des sites web. qui face au besoin croissant d’instaurer des espaces d’échanges sécurisés, s’est spécialisée  dans la modération de contenu.