Ou comment BigMat se lance dans le grand chantier de la transition numérique. A sa manière. Le négociant matériaux et construction, fondé en 1981, a nommé Ludovic Bonnet, directeur marketing et ancien cadre d’iDTGV, pour piloter le changement. Design thinking, nouveau site internet, mais pas de e-commerce. Comment « digitaliser » un secteur très classique ?

Secteur travaux et construction. Carrelage, outillage et autre « gros œuvre ». On est loin du tout numérique. Et pourtant, BigMat, la coopérative de négociants indépendants en matériaux de construction se lance dans le grand chantier de la transformation numérique. Pour mener la danse, Ludovic Bonnet, directeur Marketing et communication depuis mai 2017.


« Je ne viens pas du bâtiment, quand je suis arrivé chez BigMat pour piloter la transformation numérique, ils s’attendaient à ce que je lance un site e-commerce », raconte Ludovic Bonnet, 48 ans. « Mais la transformation digitale, ce n’est pas faire ce que tout le monde fait ! » Il a alors expliqué : « les produits de construction sont périssables et lourds, le e-commerce n’est pas adapté. » Et le directeur marketing a écouté en prenant soin de réaliser un tour de France des fournisseurs, des négociants indépendants, des acheteurs pour comprendre le parcours client, « les cailloux dans la chaussure », et les besoins et donc adapter l’offre numérique.

Après un parcours chez Walt Disney en Floride, Grande Bretagne puis France pour ouvrir les Disney Store, Ludovic Bonnet met les mains dans le web dès la fin des années 90. Après le lancement de 13ème rue et un passage chez Cegetel et SFR, il est appelé par SNCF pour lancer iDTGV et insuffle chez Agnès B les bases du e-commerce et l’intérêt des influenceurs. Chez BigMat, le chantier est titanesque.

Le numérique n’est qu’un outil 

« C’est une boîte qui avait perdu de sa superbe, il fallait donc relancer la communication et la plate-forme de marque », explique-t-il. « Nous sommes une coopérative, donc nous devons mettre l’accent sur la solidarité et sur la proximité de nos clients-artisans. » C’est ainsi que la marque estampillée « experts du bâtiment » communique désormais sur la proximité.  « L’humain est dans l’ADN de BigMat, mais personne n’avait pensé à communiquer là-dessus, or, c’est la valeur qui ressort de ce que disent les indépendants dans leur boutique. »

Pour Ludovic Bonnet, le numérique n’est qu’un outil. Chez BigMat elle commence humblement par la refonte d’un site et la création de sites enseignes. « Pendant huit mois, nous avons formé les 100 adhérents en région : comment utiliser WordPress et les réseaux sociaux. Pour eux, c’est un pas de géant car leur métier est très éloigné de la communication et du web », détaille Ludovic Bonnet.

Et puis, avec un peu de design thinking, des premiers tests, en fonction des besoins des uns et des autres sont lancés : qui pour un drive permettant de récupérer des commandes plus rapidement, qui des tablettes à disposition des commerciaux. « Les artisans rajeunissent, le mobile est leur bureau. » Quand l’agilité du numérique commence à s’emparer de secteurs traditionnels.