Le succès et la croissance des entreprises sont souvent associés à des facteurs extrinsèques tels que le paysage concurrentiel, la dynamique du marché et les attentes des clients. Cependant, des recherches récentes ont montré que les facteurs internes jouent également un rôle important dans la croissance. Face à l’évolution des générations  de collaborateurs, à l’évolution des technologies et à l’émergence de nouvelles méthodes de travail collaboratives, la transformation du lieu de travail doit devenir un domaine d’intérêt majeur pour les dirigeants d’entreprise.

Ces impacts se font ressentir à l’échelle de toute l’organisation, mais elle a un retentissement particulier sur la fonction RH.


Transformation de l’environnement de travail : une nécessité en période post- Covid

Transformer l’environnement de travail est une priorité pour de nombreuses organisations et plus encore en période post COVID-19. Cette transformation est clef, tant sur le plan matériel que culturel. Même si l’idée principale est de digitaliser des services et de mettre en place de nouveaux outils, cela se fait néanmoins avec pour conséquence  de transformer le quotidien de l’humain.

Le type de travail réalisé aujourd’hui est radicalement différent de celui que nous faisions il y a vingt ans : une grande partie de nos activités structurées et axées sur les processus a été automatisée ou externalisée. Les tâches à accomplir aujourd’hui sont généralement non structurées, complexes et hautement collaboratives. Elles requièrent des espaces de travail flexibles qui aident à la concentration sans distraction et à collaboration au sein d’équipes créatives. Nous devons également embaucher d’autres types de travailleurs : des collaborateurs capables de résoudre les problèmes de manière innovante.

L’adoption de diverses technologies — qui font désormais partie de nos vies — ne suffit plus pour être « numériquement transformé ». Il est nécessaire d’aller plus loin en instaurant un objectif commun à l’échelle de l’entreprise. En tant que dirigeant de l’organisation, le PDG doit faire de la transformation une priorité absolue et impliquer les collaborateurs dans le processus. Mais pour qu’elle soit optimale, il ne doit pas négliger la Direction des Ressources Humaines qui lui permettra d’opérer une transformation plus profonde encore.  

De l’apprenti, au service IT en passant par le département des Ressources Humaines, tout le monde est concerné.

La première évolution concerne la collaboration

La transformation numérique implique que l’ensemble des collaborateurs contribue à la mise en œuvre de la feuille de route élaborée par l’équipe de direction. Pour établir cette feuille de route, on se doit de répondre à trois questions :

  • Comment rendre la collaboration plus contextuelle et plus créative ?
  • Comment passer d’un engagement à une véritable expérience collaborateur ?
  • Comment contribue-t-elle à la réalisation d’objectifs collectifs avec des équipes dynamiques ?

La collaboration est donc le premier enjeu de la transformation des environnements de travail. Désormais, les bureaux traditionnels doivent laisser place à de grands open spaces qui favorisent échanges et collaboration. Cela implique que les données nécessaires doivent être accessibles partout sans qu’on soit contraint matériellement. En fonctionnant ainsi, la direction fait donc face à un changement massif dans la dynamique de ses collaborateurs et dessine le nouveau visage de son entreprise : plus flexible et créative.

Ce nouveau mode collaboratif devient plus logique avec l’arrivée de nouveaux collaborateurs, plus jeunes, digitalisés, qui considèrent que l’expérience prime sur le reste. Et si l’engouement pour le BYOD*, le télétravail et les horaires flexibles s’est accru, la transformation du lieu de travail ne s’arrête pas là.

Elle est dynamisée par l’émergence des nouvelles technologies qui impactent et améliorent la productivité des collaborateurs.

Mais quelle est la place des DRH dans tout cela ? Peu d’entre elles se voient intégrées dans les prises de décision autour de la transformation des environnements de travail. La dernière étude Infosys dédiée à la transformation de l’environnement de travail, montre que seulement 19 % des DRH interrogées confirment avoir participé à l’élaboration des plans de transformation. D’ailleurs, seuls 3 %  déclarent avoir été influents dans les prises décisions.

Le fait que leur rôle soit relégué au second plan pose un véritable problème et soulève de nombreuses questions. C’est avant tout leur rôle de Business Partner qui est affaibli, alors qu’elles sont censées se trouver en première ligne dans les stratégies interne et externe de l’entreprise. Les divers bouleversements rencontrés ont d’autant plus d’impact pour ces fonctions à qui incombent désormais multiples responsabilités allant du bien-être des collaborateurs à la promotion de la marque employeur dans le but de conserver et d’attirer les talents. Comment arrive-t-elle donc à créer de la valeur dans un environnement socio-organisationnel en constante mutation ?

S’inscrire dans une vision stratégique à long terme

Alors qu’il y a une dizaine d’années, on assistait à l’ascension des services informatiques auprès de la direction générale, c’est aujourd’hui au tour des ressources humaines de prendre le même chemin. Il est important d’unir les forces de chaque direction pour conduire une transformation de l’environnement à la hauteur des attentes business et internes.

La façon dont nous communiquons, nous travaillons, consommons et servons nos clients est influencée par la technologie. Peu importe ce qu’elles pensent, les entreprises ne sont pas les moteurs de ce changement. Ce sont les humains.

Dans un monde dématérialisé où l’entreprise adopte une organisation plus horizontale où les différentes expertises viennent s’assembler pour mener à bien un projet commun, les directions générales ont tout à gagner à s’appuyer sur les RH pour embarquer les collaborateurs. Car au-delà d’une transformation physique de l’environnement de travail, l’enjeu est bien d’augmenter le potentiel humain.

*BYOD : Bring Your Own Device, ou “ Apportez votre appareil personnel”  incarne la tendance selon laquelle les frontières entre sphère privée et sphère professionnelle sont de plus en plus floues

 

<<< À lire également : Repenser Nos Systèmes Éducatifs En Interaction Avec La Technologie >>>