Depuis le confinement imposé par la crise sanitaire, le recrutement à distance s’est imposé comme une solution incontournable pour continuer à recruter, avec certains secteurs, dont la restauration, qui devront embaucher rapidement pour leur réouverture. Le point avec Adrien Moreira, CEO de Bruce une agence d’emploi 100% digitale, pour nous interroger sur la pertinence du tout digital dans le recrutement.

 


Désirée de Lamarzelle : Qu’entend-on par recrutement à distance ?

Adrien Moreira : Le recrutement à distance, c’est utiliser un parcours 100% digitalisé pour recruter, et ce pour toutes les étapes du processus : candidature, entretien, tests éventuels, mises en situation, signature du contrat, et même onboarding. Cette pratique a quelques années maintenant, et elle séduisait jusqu’ici une poignée d’entreprises. Elle a bien évidemment explosé durant cette période de confinement, et tend même à devenir une norme dans certains secteurs, qui ont dû conserver une forte activité : logistique, grande distribution, centres d’appels…

 

Quelle sont les bonnes pratiques pour recruter à distance ?

Disposer des bons outils est évidemment un impondérable. En premier lieu, il faut se doter d’un outil de gestion des candidatures, via ce qu’on appelle un ATS (Applicant tracking System), ou directement intégré à un jobboard, et d’un outil d’entretien vidéo en ligne. Certains acteurs proposent des services tout-en-un. Mais cela ne suffit pas ! Côté “bonnes pratiques”, les recruteurs doivent s’attacher à procurer une expérience candidat la plus agréable possible, en dépit de la distance physique. Il en va d’une juste appréciation du profil concerné, mais également de l’image de leur entreprise. Pour ce faire, le process se doit d’être très structuré, avec des étapes adaptées aux compétences recherchées, et très transparent, pour permettre au candidat de se projeter et de s’investir au maximum dans le process de recrutement. 

 

Et l’entretien en vidéo est-il en pleine évolution ?

L’entretien vidéo commence à peine à se démocratiser donc il faudra veiller à rassurer le candidat afin de le mettre à l’aise et ainsi de lui permettre de passer l’entretien dans les meilleures conditions possibles. Les pratiques dites “de déstabilisation” sont totalement à proscrire.

 

Quelles évolutions avec la crise ?

Avec la crise du Covid-19, et les mesures de confinement qui ont suivi, il y a une accélération  du concept de l’entretien à distance ! En outre cela a permis de montrer que ce n’était pas qu’un palliatif temporaire à l’entretien physique, mais bel et bien une alternative réellement efficace, qui combine gain de temps, confort augmenté pour les candidats, et des intérêts écologiques certains. Je gage qu’il deviendra très rapidement la norme.

 

Quelles entreprises et quels postes sont les plus concernés par le recrutement à distance ?

Le recrutement digitalisé concerne aujourd’hui tous les métiers : logistique, industrie, finance… De nombreux acteurs ont en effet œuvré à digitaliser l’ensemble des parcours les concernant, y compris des tests et mises en situation spécifiques. Demain, un secteur qui y avait déjà beaucoup recours risque d’y revenir avec force : le secteur de l’hôtellerie-restauration, plus que jamais en demande d’une très grande efficacité et agilité dans ses recrutements.

 

Le digital peut-il faire se passer des biais cognitifs d’un recrutement ?

Le digital peut permettre de supprimer les biais cognitifs d’un recrutement s’ils se basent sur les bons process et bons outils. En effet, bien calibrés, ces derniers s’attacheront à évaluer le candidat dans une approche plus rationnelle qu’émotionnelle. Les soft-skills seront bien entendu pour autant évalués, au même titre que les hard skills, mais seront pris en compte dans la bonne et juste mesure au regard des attendus pour le poste.

 

Enfin quels risques à éviter dans l’entretien à distance ?

Un entretien à distance n’est pas un entretien au rabais. Il nécessite le même investissement, la même concentration et le même professionnalisme de la part du recruteur. Il faut par exemple absolument éviter le multitasking (multitâche) permis par le contexte. Cela nuira fondamentalement à la qualité du recrutement et procurera une expérience candidat désastreuse. Enfin au même titre que l’entretien classique, il faut absolument éviter les entretiens non structurés qui favorisent les biais de recrutement en tout genre. Un entretien, vidéo ou non, ça se prépare !

* Bruce est une agence d’emploi 100% digitale basée à Paris et Barcelone, principalement positionnée sur le secteur de l’intérim, et dont l’algorithme de matching couplé à leur expertise humaine propose une expérience de recrutement fluide, individualisée, mais aussi inclusive.

<<< À lire également : Entretien De Recrutement : Sauriez-Vous Répondre A Ces Questions Pièges ? >>>