Métro, boulot, biberons. Quelles sont les meilleures villes pour l’épanouissement des familles ? L’entreprise Movinga, dite le ‘Airbnb du déménagement’, a passé au crible 150 métropoles à travers le monde en vue d’établir un palmarès de la parentalité accomplie. Un classement dominé par nos voisins nordiques. Parent ou salarié, pourquoi choisir ?

Logement, sécurité, législation sur la famille, offre culturelle… de nombreux facteurs ont été étudiés et regroupés en trois catégories pour répondre à cette question de parentalité accomplie. Dans le détail, la société Movinga a analysé la qualité de vie (éducation, taux de chômage, coût de la vie, nombre de jours de congés parentaux…) puis l’étendue des activités et loisirs proposés aux familles. Une étude quantitative enrichie par deux sondages réalisés auprès de parents résidant dans chacune des agglomérations explorées. Une note globale sur 100 a été attribuée aux différentes localisations.

Une enquête riche en enseignements et que commente Marta Blanco Amez, vice-présidente du marketing chez Movinga : « Il est intéressant de noter les grandes différences dans le nombre de congés parentaux payés accordés dans les différents pays de cette étude. Une ville peut disposer d’excellentes infrastructures familiales dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la sécurité, mais si le système ne permet pas aux parents de prendre suffisamment de congés payés pour passer du temps à élever leurs enfants, il est très difficile pour eux de concilier travail et vie de famille. Il est donc facile de voir comment cela peut être un élément incitatif ou dissuasif pour les actuels ou futurs parents qui envisagent de déménager dans une nouvelle ville pour des opportunités professionnelles ».

Palmarès des villes où il fait bon être parent, et actif :

  1. Helsinki​, Finlande
  2. Québec​, Canada
  3. Oslo​, Norvège
  4. Munich​, Allemagne
  5. Copenhague​, Danemark
  6. Stockholm​, Suède
  7. Reykjavik​, Islande
  8. Calgary​, Canada
  9. Montréal​, Canada
  10. Göteborg​, Suède

A l’échelon international, Helsinki, en Finlande, est la meilleure ville pour être parent. Dotée de généreux congés parentaux payés, une éducation de haute qualité et d’excellents soins de santé, la capitale finlandaise atteint la note parfaite de 100/100 !​ Québec, au Canada, ​et ​Oslo, en Norvège,​ se classent respectivement au deuxième et au troisième rangs portées par l’excellence de leurs systèmes éducatives, infrastructures, opportunités professionnelles ou convivialité familiale.

En France, c’est à Strasbourg que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est le plus appréciable pour chaque parent. La ‘capitale de l’Europe’ se classe à la quarantième position en obtenant la notation de 82,48/100. La commune alsacienne se distingue d’ailleurs avec l’appréciation maximale de 100 en termes d’inclusion des couples du même sexe. Lyon (51ème), Toulouse (74 ème) et Paris (79 ème) se placent loin derrière leur consœur strasbourgeoise. Quant à Marseille, avec une note globale de 68,96/100, elle se contente du 115 ème rang au classement général et ferme le Top 10 des villes hexagonales.

Une enquête qui a notamment vocation à « célébrer les villes qui font des efforts dans le but de devenir des endroits agréables pour les familles où vivre et s’épanouir. Mais aussi pour montrer l’exemple aux villes qui ont encore du chemin à parcourir. », ponctue Marta Blanco Amez.

Autres informations notoires : 

  • Meilleure qualité de l’air (µg/m3) : ​Honolulu (7,88), puis Portland (10,44) et Colorado Springs (10,71), toutes aux USA
  • Moins bonne qualité de l’air (µg/m3) : ​Doha, Qatar (167,63), puis Koweït, Koweït (164,63) et Dubaï, Émirats arabes unis (123,20)
  • Meilleurs score pour la sécurité : ​Singapour, Singapour (95,30), puis Reykjavik, Islande (95,00) et Copenhague, Danemark (93,60)
  • Moins bons scores pour la sécurité : ​Mexico, Mexique (62,30), puis Istanbul, Turquie (65,20) et Kansas City, USA (70,10)
  • Meilleurs scores pour les activités pour les enfants : ​Los Angeles (100,00), puis New York (98,53) et San Francisco (98,39), toutes aux USA
  • Moins bons scores pour les activités pour les enfants : ​Uppsala, Suède (32,34), puis Lille (38,57) et Nantes (38,83), France

Consulter l’intégralité du classement

Méthodologie :

Movinga a décidé de se pencher sur les caractéristiques fondamentales d’une ville qui concernent les parents ou les futurs parents, lorsqu’ils cherchent à déménager. Seize facteurs précis (développés plus haut) ont été comptabilisés. Tous les scores attribués sont sur 100 : plus le score est élevé, meilleur est le résultat. Les scores concernant le coût de la vie et le coût du logement sont calculés par rapport au salaire national moyen.