Les Français se fixent comme objectif principal (35%) en 2020 la pratique d’un sport. Qu’en est-il en entreprise, lieu où les salariés passent le plus clair de leur temps ? De nombreuses études s’accordent à prouver que le sport pendant les heures de travail présente bien des avantages tant pour la santé que pour la productivité professionnelle.

 


Pour la 9ème année consécutive, la Fédération Française d’Education Physique et de Gymnastique Volontaire (FFEPGV) publie son baromètre sport et santé. Cette année encore, 35% des Français rêvent de pratiquer un sport en 2020… L’occasion de se pencher sur la pratique d’une activité physique sur son lieu de travail qui pallie le problème de sédentarité en entreprise : on évalue à 12% de gain de productivité pour celui qui pratique au moins 30 minutes de sport par rapport aux collègues sédentaires (étude Santé Canada).

 

Création de nouveaux réflexes

Plusieurs initiatives personnelles – selon les possibilités de chacun – peuvent être envisagées pour la rentrée 2020, comme venir au travail en vélo, marcher pendant ses pauses, faire quelques exercices de yoga lorsque l’on est assis sur sa chaise de bureau, s’échauffer avant sa prise de poste dans un entrepôt ou une usine…

 

Du sport comme outil d’intégration et de cohésion

En ce qui concerne les activités physiques et sportives (APS) organisées pour les salariés par l’entreprise, une enquête* a regroupé trois catégories de retombées positives : l’amélioration du bien-être des salariés et une meilleure gestion du stress (89%) ; l’influence bénéfique sur l’esprit d’équipe et l’intégration des nouveaux (87%) ; la création d’une dynamique entrepreneuriale et l’amélioration de la productivité des salariés (65%). Séance de yoga, massage, l’étude pointe également une tendance aux sports de relaxation réclamés par les salariés… une arme efficace contre le stress en entreprise.

 

Mise en place concertée d’activités sportives au sein de l’entreprise

Sans oublier que les mauvaises postures et la sédentarité ont à moyen terme des conséquences néfastes sur la santé, dont les TMS (troubles musculo-squelettiques) qui représentent aujourd’hui 87% des maladies professionnelles**. Si le soutien par la direction d’un projet d’APS en entreprise est indispensable, son efficacité repose sur l’implication des salariés qui doivent être impérativement concertés en amont, précise l’étude. Quelles activités veulent-ils pratiquer ? De quelle manière (individuellement ou collectivement) ? Des questions qui posent les fondations d’une organisation d’entreprise qui profitera à tous.

<<< A lire également : Changer L’Immobilier Des Bureaux Pour Une Transformation Manageriale >>>

* Etude Miroir : Salariés-Dirigeants juillet 2018

**INRS, santé et sécurité au travail