Dans un monde professionnel focalisé sur la performance, il est logique que le terme “sprint” soit fréquemment utilisé. On met en place un sprint pour accélérer l’obtention de résultats concrets. Les DSI l’utilisent dans le cadre de la gestion de projets informatiques, tout comme les startups qui visent à croître rapidement pour semer loin derrière elles la concurrence. Un mode de fonctionnement en sprint vous apportera de l’agilité, un excellent niveau de collaboration, de la transparence, et une dynamique favorable à un travail productif. Bref, des ingrédients essentiels pour vos innovations. Si vous participez régulièrement à des projets de design de produits ou services, vous aurez plusieurs avantages à utiliser ce mode d’organisation de projet. En voici cinq principaux.

1. Un mode de fonctionnement agile adapté à l’expérimentation et aux découvertes


Tout projet de conception a son lot de surprises et de découvertes. Avec l’expérience, on peut en anticiper certaines, mais chaque projet de design est nouveau ; des découvertes surgissent donc quasi systématiquement en cours de projet. Le mode classique de définition d’un cahier des charges en amont d’un projet ne permet pas de gérer intelligemment ces découvertes, surprises ou nouveaux besoins. Par contre, si vous travaillez en mode sprint, vous pourrez les intégrer dans le cours normal de votre projet, et les considérer comme un ingrédient qui participera à sa réussite. Vous prioriserez ensuite l’urgence de gestion de chaque découverte, qui sera traitée au cours des sprints suivants.

2. Un format propice à la collaboration et à la transparence

Les projets de design ont besoin d’être enrichis par des visions complémentaires. C’est pourquoi on sollicite systématiquement les utilisateurs dans les processus de design afin qu’ils utilisent réellement le service imaginé et qu’ils en conservent un souvenir mémorable. L’agilité des sprints de design vous permettra d’inclure facilement des participants (clients, experts externes, équipes internes) d’horizons complémentaires qui viendront apporter leur vision sur le problème que vous souhaitez résoudre. Les sprints offriront aussi un niveau de transparence élevé à tous les membres de votre équipe sur vos méthodes de travail, votre organisation, vos process et vos livrables. Ils faciliteront la bonne compréhension des objectifs et la bonne communication entre vous.

3. Une façon différente de gérer la notion de cahier des charges

Vous pouvez mettre en route un sprint très rapidement. Pas besoin de passer un temps trop long en amont sur la rédaction d’un cahier des charges complet pour lancer vos équipes de design et de développement (document qui de toute façon évoluera au gré des découvertes et des expérimentations). Sur chaque sprint, vous définirez collaborativement (agence, équipes internes) une problématique principale à régler, puis vous mettrez d’accord lors du sprint planning sur les ressources à actionner (participants internes et externes) et les livrables à produire. Vous n’oublierez pas cependant de tenir une documentation technique et fonctionnelle précise pour le bon déroulement des sprints.

4. Un rythme clair fixé à l’avance

Votre projet a plusieurs composantes clefs : sa durée, son budget, ses ressources, ses livrables, et son niveau de qualité. Dans le cas d’un sprint, la durée est fixée à l’avance et doit être respectée afin de donner du rythme au projet. La durée de chaque sprint est ainsi généralement de deux ou trois semaines, ce qui vous permettra de produire de la valeur rapidement avec un process rigoureux. Votre projet deviendra une succession de sprints, jusqu’au déploiement en production.

5. Une variable d’ajustement : les ressources

La durée de chaque sprint étant fixe, comment gérer les surprises avec ce mode de fonctionnement ? On peut y parvenir grâce à la flexibilité des ressources : les sprints vous donneront la capacité d’activer rapidement de nouvelles ressources qui débloqueront une situation figée (designers, développeurs, product owners, chercheurs, etc.). Le mode de facturation étant le temps passé, le budget pourra être revu à la baisse ou légèrement à la hausse en fonction de l’urgence et de la complexité des problèmes à régler. Mais au moins, les interventions seront concentrées sur des besoins utiles, priorisés et sur lesquels tous les acteurs du projet seront alignés en termes de vision.

NB : Attention fonctionner en mode sprint de design pour votre projet ne veut pas dire que vous allez organiser un “design sprint”. Le “design sprint” est une méthode théorisée par Jake Knapp et permet en 5 jours de réaliser l’équivalent de plusieurs sprints de trois semaines en 1 seule semaine. Cette méthode convient uniquement dans des cas spécifiques : par exemple pour la résolution d’un problème bien identifié sur un produit existant, ou encore dans le cadre d’une mission de coaching afin de mieux comprendre l’approche design thinking.

<<<  À lire également : E-Commerce : Comment Le Champion Néerlandais Est Devenu 100% Agile >>>