X

Conseils De l’Ayurvéda Pour Vous Préparer À Parler En Public

C’est un fait : parler en public, surtout la première fois, suscite stress, appréhension et anxiété. L’Ayurvéda donne quelques conseils afin de maîtriser ces situations et convaincre son auditoire.

Toute personne ayant déjà pris la parole en public, que ce soit lors d’un discours ou d’une présentation, sait que les premières minutes sont essentielles. Les passer sans encombre garantit le succès de la présentation. Les passer en bafouillant ou en laissant transparaître de la nervosité, voire de la peur, et c’est toute la présentation qui risque d’en pâtir. En plus des conseils appréciables donnés dans les nombreux ouvrages consacrés à ce sujet, notamment l’importance de la préparation, l’Ayurvéda apporte un éclairage complémentaire qui peut faire toute la différence en vous aidant à passer l’obstacle des premières minutes en toute sérénité. Selon l’Ayurvéda, la voix est l’expression directe des trois doshas qui caractérisent la constitution humaine. Une voix Vata va exprimer des qualités Vata comme l’enthousiasme, une voix Pitta des qualités Pitta comme le dynamisme et une voix Kapha des qualités Kapha comme la sérénité.

Équilibrer ses doshas

L’Ayurvéda recommande avant tout d’équilibrer du mieux possible vos doshas. Un déséquilibre Vata va affaiblir la voix, accélérer son rythme et lui imprimer une qualité d’anxiété. Une telle voix, privée de l’enthousiasme naturel du Vata, aura du mal à convaincre, même si le discours tenu est par ailleurs structuré et argumenté, et donc « théoriquement » convaincant. Un déséquilibre Pitta va imprimer à la voix une tonalité d’impatience qui risque de susciter de l’irritation dans l’auditoire. La voix va également manquer d’efficacité et de focalisation. Le manque d’adhésion à vos propos risque d’augmenter sensiblement. Un déséquilibre Kapha va rendre la voix plus lente et apathique, un manque de dynamisme qui risque d’assoupir l’auditoire. La voix tient donc une place essentielle dans les outils qui peuvent influencer autrui. L’ouïe est le plus subtil de nos cinq sens. L’Ayurvéda considère qu’il est le plus proche de l’état de silence qui caractérise la conscience dans son état de repos. Résultat : si vous souffrez d’un déséquilibre Vata, Pitta ou Kapha, il est essentiel de rétablir au plus vite cet équilibre, même si cela peut prendre du temps. 

 

Travailler la voix est une étape indispensable les jours qui précèdent votre prise de parole. Rappelez-vous que la voix est le premier « instrument » du leadership. Elle peut aider ou freiner une carrière tant son rôle est capital dans l’image que l’on donne de soi. La voix crée des vibrations qui peuvent entrer en synchronie avec tout l’environnement. Les rythmes de votre corps entrent en synchronie avec ceux d’une autre personne si vous êtes d’accord avec elle. C’est un phénomène universel que l’on retrouve aussi en physique avec l’expérience bien connue des pendules. La musique influence aussi notre physiologie au travers du sens de l’audition. Votre voix aura donc de puissants effets. Une voix plus aiguë va accroître le métabolisme et créer un sentiment de joie. Une voix plus grave va faire baisser le métabolisme et créer un sentiment de paix. Comment préparer votre voix ? Faites de longues vocalises avec les cinq voyelles en expirant longuement. Toutes les cellules du corps entrent alors en vibration. Faites pareil avec le son « Hum » qui fait vibrer les sinus et le scalp, ainsi que la consonne « N » qui fait vibrer les oreilles. La répétition du son Ma fait travailler les sinus et rend la voix plus profonde et plus influente. Après ces exercices, lisez votre discours ou le texte de votre présentation à haute voix. Si vous êtes de constitution Vata, travaillez la lenteur de votre voix. Si vous êtes constitution Pitta, souriez lorsque vous parlez. Si vous êtes de constitution Kapha, mettez du dynamisme dans votre voix.

Réduire le stress

L’Ayurvéda conseille également de réduire le stress dans les minutes qui précèdent votre présentation en méditant quelques instants. Si vous sentez que le stress ne diminue pas autant que souhaité, prenez deux gélules d’Ashwagandha, la plante antistress de l’Ayurvéda. Vous pouvez aussi pratiquer la respiration alternée, technique issue du Pranayama, assis confortablement sur une chaise. Pratiquée entre dix et quinze minutes avant d’entrer en scène, cette respiration calme le système nerveux et aide à combattre l’anxiété. La relation entre le corps et l’esprit s’en trouve harmonisée grâce à l’activation séquentielle du cerveau gauche puis du cerveau droit. L’hypothalamus est également activé, ce qui harmonise le système neurovégétatif. La pratique est très simple : inspirer par la narine gauche avec le pouce bloquant la narine droite, puis expirer par la narine droite en bloquant la narine gauche avec le majeur. Puis recommencer sans forcer ni sur la profondeur de la respiration ni sur son rythme.

Commencez par une synthèse de votre propos

Lorsque vous arrivez sur scène pour commencer votre présentation, prenez tout votre temps, laissez le silence s’installer dans la salle s’il y a des applaudissements, et autant que possible, faites votre présentation débout. Prenez le temps de bien dire bonjour en souriant et en fixant du regard une personne dans les premiers rangs. Votre attention sera rapidement focalisée sur ce que vous dites. Exposez en une phrase ou deux une synthèse de votre propos. Cette pratique est issue du Véda lui-même. La première lettre d’un traité est censée contenir sous forme condensée tout le développement qui la suit. Ainsi, dans la première strophe du Rik Véda, « Agni mile puro hitam », la voyelle d’introduction A, considérée en sanscrit comme auspicieuse, exprime la totalité du Rik Véda. Inspirez-vous de cette logique pour condenser votre présentation en une phrase avant de l’expliciter plus en détail. Cette façon de procéder a le mérite de focaliser l’attention de ceux qui vous écoutent. Ils savent immédiatement où vous voulez en venir. Si vous pouvez inclure de manière naturelle dans le propos des premières minutes une note d’humour, faites-le. Cela détendra l’atmosphère et rétablira un certain équilibre entre cerveau droit et cerveau gauche dans l’auditoire. Sinon, poursuivez votre propos avec une voix légèrement au-dessus de votre façon de parler habituelle. Utilisez des analogies afin de rendre votre discours plus concret et plus imagé. N’hésitez pas non plus à ponctuer vos phrases et à les rendre plus vivantes en jouant sur votre voix et sur de petits instants de silence. Et surtout, soyez simple et sincère.

Catégories : Management