Entre deux conférences TEDx Champs-Élysées Women, Béatrice Duboisset met ses compétences et son réseau au service des femmes dans les entreprises. L’objectif : libérer la parole des femmes et susciter des vocations pour faire émerger des rôles modèles.

Toutes les femmes peuvent servir de rôle modèle, quels que soient leur fonction, leur aptitude, leur parcours », attaque bille en tête Béatrice Duboisset. Celle qui a importé le format des conférences américaines TEDx Women en France en est persuadée : « Il faut démocratiser la prise de parole des femmes en entreprise. » Et pour cela, rien de tel que d’adapter des formats TEDx dans les entreprises ou lors d’événements, comme ce fut le cas à l’Unesco ou pendant le dernier Mondial de l’automobile. « L’idée était d’apporter un regard divers, d’identifier et de valoriser des femmes qui sont actrices des différents maillons du secteur automobile », indique Béatrice Duboisset.


Si le TEDx est très formaté, des talks de 10 à 15 minutes, très écrits et travaillés, en entreprise, les prises de parole peuvent prendre différentes formes, de la table ronde à la conférence. Mais à chaque fois, la prestation comprend un accompagnement et un coaching. « Le modèle français est très élitiste. La prise de parole n’est pas dans nos gènes. Ce n’est pas pour rien que Jean-Michel Blanquer veut remettre en avant le grand oral à l’école », explique Béatrice Duboisset.

Titulaire d’une maîtrise de sciences économique et d’un MBA à HEC, Béatrice Duboisset évolue pendant près de quinze ans dans le conseil en services informatiques avant de se lancer dans le conseil en communication digitale auprès des dirigeants en tant qu’indépendante. En 2015, elle crée sa société, Humeaning, spécialisée en management humaniste. Elle aide les entreprises à gérer les différences d’éducation, d’origines sociales, de générations, dans les équipes.

« Au départ, j’étais très engagée dans les réseaux féminins professionnels, surtout dans l’informatique. Mais très vite, je me suis rendu compte que nous nous concentrions davantage sur nos problèmes personnels que sur des problématiques générales », explique-t-elle.

En 2012, elle rencontre les équipes du TEDx Alsace, un des plus anciens en France. La révélation. « J’ai vraiment découvert le sens du collectif au sein de la “famille TEDx” », se souvient-elle. Un véritable déclic.

Un an après, elle profite du lancement de la licence TEDx Women pour se lancer dans l’aventure. Elle sera la première dans le monde à l’obtenir pour la France. Depuis 2013, Béatrice est donc engagée sur des sujets de société comme la mise en avant des femmes et la réflexion autour de l’éducation de demain. Elle est désormais l’une des femmes françaises qui représente le mieux l’empowerment féminin et l’engagement.

Elle passe désormais une bonne partie de ses journées à dénicher des femmes talentueuses et visionnaires pour animer ses conférences. Même celles qui déplaisent. « Les inventeurs du concept TEDx m’ont dit : “N’invite pas toujours des gens avec qui tu es d’accord. C’est souvent face à des idées divergentes qu’on nourrit sa réflexion et aiguise son sens critique.” » D’où le choix de la philosophe Thérèse Hargot, un des soutiens les plus intransigeants de la Manif pour tous. « J’ai été très attaquée pour l’avoir invitée. »

Mais pour elle, le plus important, c’est de pouvoir, au travers des TEDx, permettre aux femmes de devenir des rôles modèles. Et pour cela, elle n’hésite pas à les conseiller et à les coacher. « Le premier conseil que je leur donne est de ne pas vouloir “faire” un TEDx mais vouloir transmettre quelque chose », explique-t-elle. « Quand on prend la parole en public, la première question à se poser est : quel est le message que je veux faire passer ? Comment je vais prendre du plaisir en partageant », assène-t-elle.

Pour Béatrice Duboisset, la forme vient ensuite. Pour elle, une intervention réussie est un message clair, court et efficace. « À vouloir trop en dire, vous risquez de passer à côté du message essentiel. La préparation du fond de votre discours est une étape importante. Et prendre le temps de poser les premières briques vous donnera une base solide pour travailler la suite. » Le candidat, surtout quand il s’agit d’un expert, doit toujours se demander : « Comment je mets du moi au travers de mes émotions, comment j’humanise mon intervention ? »

Et Béatrice de donner un de ses « trucs » : « Pour personnaliser votre message, vous pouvez illustrer vos propos avec des anecdotes, de la data, du storytelling. Sur un format TEDx, par exemple, la première partie du pitch est pourquoi je suis légitime à venir vous parler ? Cette accroche personnelle est un bon moyen de créer un lien fort avec le public. »

Que les candidates à la prochaine session du TEDx Champs-Élysées Women se rassurent. Elles ont le temps de s’entraîner. Il n’y aura pas d’édition en 2019. « Après cinq ans de travail acharné, je me donne le temps de la réflexion pour faire évoluer le concept, trouver de nouvelles idées. Me ressourcer », justifie Béatrice Duboisset. Une bonne façon de se mettre une saine pression pour la prochaine édition qui sera très attendue !