Tous paramètres pris en compte, le coût social du tabac est estimé à quelques 120 Milliards d’euros par an pour une société comme la société française. C’est une évidence : fumer nuit fortement à l’économie. Pour une entreprise de la taille de la SNCF, la pause cigarette couterait plus de 150 Millions d’Euros par an si l’on estime que 25% de l’effectif grille cinq cigarettes par jour avec une pause moyenne de six minutes. Lutter contre le tabagisme est un combat social autant qu’un combat pour l’entreprise et auquel l’Ayurvéda apporte sa pierre.

La plupart des employés qui souhaitent arrêter de fumer ne soupçonnent pas un instant combien cela peut être facile grâce à l’Ayurvéda. Il n’y a aucun effort à faire. Le sevrage tabagique se fait progressivement. Se souvenir que la nature a horreur des changements brusques. Pour arrêter de fumer, il suffit de respecter au pied de la lettre les étapes et les instructions qui suivent.

Première étape : la dissociation

Les travaux de Pavlov ont montré que certaines de nos actions pouvaient être totalement automatiques, machinales. C’est particulièrement le cas avec la cigarette. Vous buvez votre café…..et vous allumez une cigarette. Vous discutez avec un client au téléphone…..et machinalement, vous en allumez une autre. Et ainsi de suite ! Vous aurez fumé un paquet, voire plus, sans quasiment vous en rendre compte. Et donc, sans porter la moindre attention à ce que vous faites. Sans plaisir aussi.

A partir de cet instant, vous aller changer de façon de fumer. Vous allez fumer à chaque fois que vous en ressentirez l’envie, mais à la condition expresse que vous ne fassiez que cela. Vous allez donc vous isoler totalement et fumer tant que la cigarette que vous portez à votre bouche vous procure du plaisir. Vous allez porter votre attention sur la fumée et sur les sensations qu’elle vous procure lorsqu’elle traverse vos poumons. Vous ne faites rien d’autre. Pas de lecture, pas de bavardage, pas d’écouteurs, rien que vous…..et votre cigarette.

C’est l’étape de la dissociation. Vous allez ainsi vous débarrasser progressivement du réflexe conditionné qui fait que vous allumez une cigarette lorsque vous sentez l’odeur du café, après un bon repas, lorsque vous êtes au téléphone, ou avec des amis, au bistrot, etc. Votre consommation va progressivement s’établir à moins de cinq cigarettes par jour, que vous ne fumerez d’ailleurs qu’en partie et surtout sans effort. Si vous avez la moindre envie de fumer, faites-le, mais en respectant scrupuleusement les conditions de dissociation expliquées plus haut. Cette étape peut durer entre quinze jours et un mois, voire plus. Inutile d’essayer d’aller plus vite que la musique. Le sevrage doit être graduel pour que le résultat soit durable.

Deuxième étape : le sevrage complet

Cette seconde étape est toujours sans effort. Au moment où vous sentez que vous avez envie de fumer, accordez-vous un moment de recul. Portez votre attention sur les sensations que vous ressentez dans votre corps. Après une minute, versez-vous une tasse d’eau chaude et buvez en quelques gorgées en prenant tout votre temps. Au bout de cinq minutes, votre envie de fumer aura diminué, voire disparu.

Fumez si vous en ressentez toujours l’envie, mais respectez à la lettre les consignes de dissociation. Sinon, si l’envie de fumer a disparu, essayez de garder votre attention sur ce que vous faites en ce moment. Progressivement et sans effort, votre consommation va diminuer encore d’un cran. Arrivera alors le moment ou l’envie de fumer s’arrêtera d’elle-même, car, vous n’y trouverez plus aucun plaisir. Vous aurez arrêté de fumer sans effort particulier, et surtout sans lutter contre l’envie de fumer.

Troisième étape : la consolidation

Le résultat est surprenant, mais vous n’êtes pas encore sorti d’affaire. Car, replonger dans les jours qui suivent l’arrêt est facile. Une contrariété, une mauvaise nouvelle, et vous voilà reparti en arrière. Si c’est le cas, ne vous culpabilisez pas. Cela peut arriver à tout le monde. Reprenez les choses à la phase deux et attendez que l’arrêt intervienne de lui-même, sans effort.

Pour éviter de replonger au moindre coup de stress, l’Ayurvéda vous recommande au moins deux choses :

  • Respirez profondément pendant quelques minutes de l’essence de lavande dont vous aurez humecté un mouchoir propre toujours à portée de votre main. La lavande diminue l’irritabilité et crée un sentiment de bien-être.
  • Prenez chaque jour deux gélules ou deux comprimés d’Ashwagandha. Également connue sous son nom botanique de Withania Somnifera, cette plante est connue dans l’Ayurvéda comme la panacée contre le stress.

Ces deux stratégies devraient vous aider à passer les semaines délicates qui suivent le sevrage tabagique et à confirmer l’arrêt du tabac.

Toujours dans le but de ne pas reprendre la cigarette à la moindre contrariété, vous pouvez aussi faire quelques séances de hatha yoga chez vous, à la maison. Sachez aussi que méditer régulièrement est l’aide la plus précieuse pour arrêter de fumer et consolider cette troisième étape.

Quatrième et dernière étape : le nettoyage

Il faut aider maintenant la physiologie à se débarrasser de toute la nicotine accumulée au fil des années. L’eau chaude que vous pouvez boire par petites gorgées tout au long de la journée est un premier pas dans cette direction. Il ne vous coutera rien…..sinon le prix d’une bouteille thermos.

Pour aller plus loin dans ce nettoyage, vous pouvez prendre deux comprimés d’Ashtomap dans la journée. Ce complexe de plantes ayurvédiques que l’on trouve sur de nombreux sites Internet nettoie les poumons en profondeur. Vous pouvez prendre de l’Ashtomap pendant quelques mois, le temps que la mémoire de votre physiologie oublie jusqu’à l’existence du tabac.

Un dernier mot, prenez tout votre temps. Le jeu en vaut la chandelle !