Au cours du mois dernier, le milliardaire français Bernard Arnault, PDG du conglomérat d’enseignes de luxe LVMH, a gravi les échelons des plus riches du monde, dépassant Warren Buffett pour devenir le troisième homme le plus riche au monde. 

Le chiffre d’affaires du premier trimestre de LVMH, publié le 10 avril, a permis à l’action de progresser de plus de 3 % tout au long de la journée, contribuant ainsi à accroître la fortune d’Arnault. Depuis la publication du classement des milliardaires de Forbes le 5 mars, sa fortune a grimpé de 11,2 milliards de dollars pour atteindre récemment 87,2 milliards de dollars.


Ses gains en valeur nette sont dus au succès de LVMH, dont le chiffre d’affaires a progressé de 16 % d’une année à l’autre au premier trimestre 2019, atteignant 14,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires et dépassant les prévisions des analystes. Cette croissance s’explique principalement par le fait que le choix des acheteurs haut de gamme à travers le monde se dirige toujours plus vers les produits luxe et les spiritueux, en dépit d’une crainte du ralentissement de la demande, notamment en Chine.

Lors d’un communiqué de presse, la société a déclaré : « Les tendances observées en 2018 se sont poursuivies tout au long du premier trimestre. Toutes les zones d’implantation connaissent une bonne croissance. »

Le département Mode et Maroquinerie de la société, qui compte des marques comme Christian Dior, Louis Vuitton et Céline, a propulsé la croissance vers le haut, avec une augmentation interne du chiffre d’affaires de 15 % et 5,76 milliards de dollars. Louis Vuitton a enregistré un trimestre particulièrement bon, selon la société. Le nouveau directeur artistique de la marque, Virgil Abloh, a connu une première année de succès au sein de l’entreprise, ses collections inspirées du streetwear ayant maints éloges et se vendant bien. La marque a même ouvert un nouvel atelier de cuir en France pour répondre à la demande. Dior, dont le nouveau créateur est Kim Jones, a également déclaré que Dior a connu une croissance mondiale dans la mode et la maroquinerie, ainsi que dans les parfums et les cosmétiques.

En ce qui concerne les spiritueux, qui représentent environ 10 % des ventes du conglomérat, le cognac Hennessy du groupe éponyme a vu ses ventes progresser de 11 %, les Etats-Unis et la Chine alimentant la croissance. L’horlogerie et la bijouterie enregistrent la croissance la plus faible, avec une croissance organique de 4 % du chiffre d’affaires.

Premier groupe mondial du luxe, LVMH est un indicateur pour d’autres entreprises de la même catégorie comme Kering de François Pinault, propriétaire de Gucci et Balenciaga, et Richemont de Johann Rupert, propriétaire de Cartier et Montblanc. Les titres de ces deux entreprises étaient également en hausse mercredi.