Afin de redynamiser ce lieu chargé d’histoire, l’architecte Jean Nouvel a été appelé pour y concevoir un complexe hôtelier aussi exceptionnel qu’audacieux.

Si le Français a fondé sa réputation avec des réalisations qui resteront dans l’histoire comme le Louvre Abu Dhabi ou encore la Philharmonie de Paris, c’est bien dans un tout autre registre que l’architecte va exercer toute son expertise ces prochaines semaines, appelé pour attirer de nouveaux visiteurs dans le désert d’Al-Ula, reconnu comme patrimoine mondial de l’UNESCO.

Puisant son inspiration des merveilles nabatéennes voisines d’Hégra (premier site reconnu par le patrimoine mondial de l’UNESCO en Arabie Saoudite), le premier défi de taille est de concevoir un complexe hôtelier capable de s’intégrer parfaitement au décor si atypique de la région, en préservant la beauté et la pureté naturelles des lieux. Situé à 220 kilomètres de la ville de Médine, il est prévu de doter l’hôtel de quarante chambres et trois villas, avec également 14 pavillons privés. Taillées à même la pierre, les résidences offrent une vue imprenable sur cette étendue désertique, avec un balcon permettant de profiter pleinement du spectacle.

L’histoire des lieux remonte à loin, très loin dans l’histoire de l’Homme. C’est ici que les premières traces de vie ont été révélées par les archéologues, datant ces découvertes à plus de 200 000 ans. Pour ne pas mettre en péril ce lieu si précieux, la Commission Royale d’enquête pour Al-Ula (RCU) a imposé au complexe un cahier des charges extrêmement strict, permettant tout de même de faire découvrir les beautés de cet exceptionnel endroit au plus grand nombre.

Les prochains mois devraient être décisifs avant le lancement officiel des travaux de construction de cet hôtel, nouveau projet qui devrait assoir un peu plus la réputation de Jean Nouvel à l’international et le placer comme l’un des architectes les plus talentueux en exercice.

<<< À lire également : Bvlgari Hotel Milan, un bijou d’hôtellerie ! >>>