Tout le monde sait que, lors d’un voyage, pour vraiment découvrir un ville, il ne faut pas visiter les grandes places, les musées célèbres, ou même les quartiers les plus touristiques. Il y a bien plus d’intérêt à explorer les endroits prometteurs où s’installent des créateurs locaux. Cette philosophie est particulièrement importante dans des villes comme Barcelone ou Amsterdam, qui souffrent du sur-tourisme. Alors, une fois que vous aurez fait une balade sur les Ramblas ou au bord des canaux centraux, n’oubliez pas de faire un tour là où on peut vraiment découvrir la vie locale.

Forbes s’est renseigné auprès d’experts en voyages pour savoir quels étaient les meilleurs quartiers à explorer en ce moment. En voici la liste :

Barcelone : Sants

Un peu plus tôt cette année, Culinary Backstreets, connue pour ses livres et les visites culinaires qu’elle organise, a déclaré 2018 comme étant l’année du quartier. Ansel Mullins, son cofondateur, a choisi Sants parmi ses favoris. Selon un correspondant local, « la plupart des résidents voient Sants comme un endroit qu’ils traversent pour aller à la principale gare de Barcelone, mais pour nous, le quartier représente bien plus : c’est un endroit qui renferme encore l’âme originelle de la ville, que ce soit culinairement ou autrement. »

« Même si d’autres zones de Barcelone, et plus particulièrement sa vieille ville, ont dû faire face aux effets de la popularité grandissante de la ville, Sants a réussi à rester caché, ce qui lui a permis de conserver beaucoup de son charme et de son mode de vie traditionnel tout en restant accueillant envers les visiteurs qui souhaitent y faire un tour. C’est un endroit où on peut encore trouver de vieilles bodegas où le vin est vendu en vrac et tiré au fût, des vermuterias à l’atmosphère chaleureuse où les habitants se retrouvent autour de tapas de fruits de mer, des restaurant familiaux… On trouve un mélange incroyable de lieux traditionnels qui sont là depuis des générations, et de nouveaux restaurants et bars à tapas ouverts par de jeunes chefs qui souhaitent échapper aux loyers élevés du centre-ville. »

 

Washington, D.C. : Navy Yard

« Grâce à son emplacement au bord de l’eau, son infrastructure industrielle, et ses racines historiques (l’endroit a été fondé en 1799), Navy Yard (ou « The Yards ») a un certain côté branché que n’ont pas les autres quartiers. »

Même si l’attraction principale reste le stade de baseball des Nationals, qui accueille non seulement des matchs mais aussi des événements populaires comme un festival consacré à la bière artisanale, les restaurants gagnent en notoriété. Parmi les tables les plus recherchées, on trouve la microbrasserie Blue Jacket, le très chic restaurant italien Osteria Morini, Chloe, tourné vers l’international, et le très innovant Ice Cream Jubilee, qui propose des parfums de glace pour adultes comme miel-citron-lavande ou un sorbet gin tonic.

 

Amsterdam : Amsterdam Noord

« Amsterdam Noord n’est qu’à 15 minutes en ferry de la gare centrale de la ville, et est en plein développement, à juste titre » nous informe Tom Marchant, fondateur de Black Tomato. « Au milieu des vieux trams et des containers multicolores, vous trouverez NDSM, un véritable hub pour les galeries d’art indépendantes et les bars et restaurants animés. Non seulement l’endroit est sérieusement agréable pour les yeux, mais c’est aussi le paradis des Instragrammeurs. » L’hôtel Faralda, qui propose trois chambres à l’ambiance « résolument Wes Anderson » suspendues par une grue est un point de repère original dans NDSM. Et IJ Hallen est connu comme un des marchés au puces les plus grands et uniques d’Europe.

 

Carthagène des Indes : Getsemani

La plupart des touristes restent dans la vieille ville, mais Biggs Bradley recommande de sortir de ses murs pour explorer ce quartier qui se trouve juste en dehors. « On peut vraiment voir à quoi ressemble la vie quotidienne des habitants » dit-elle « Avec en son centre la Plaza Trinidad, une place animée, Getsemani n’est pas encore totalement gentrifiée, et certaines familles vivent depuis des générations dans la même maison. La culture et l’identité locale du quartier est donc très forte. »

Parmi les nouveaux arrivants branchés dans le quartier, on trouve de sympathiques cafés comme le Café del Mural, des bars comme Demente, et de petits restaurants comme Caffé Lunatico, Malagana, et La Cocina de Pepina.

 

Johannesbourg : Maboneng

« Avant 1994 et la fin de l’Apartheid, personne ne mettait les pieds à Maboneng, mais le quartier s’est peu à peu transformé en une zone urbaine animée, avec des scènes artistiques et culinaires bourgeonnantes. » nous informe Biggs Bradley. La zone est dense, et célèbre pour ses lieux culturels, comme le musée du Design Africain ou Arts on Main (un complexe qui abritait autrefois des bâtiments délabrés, et dans lequel on trouve aujourd’hui des galeries branchées), ainsi que ses magasins et restaurants. La diversité de ces derniers fait que tout le monde peut trouver de quoi satisfaire son palais, qu’il s’agisse de cuisine Éthiopienne ou d’alimentation diététique. D’après Biggs, « un des meilleurs endroit où manger est le Che Argentine Grill, qui propose de délicieuses spécialités comme leurs empanadas, à déguster tout en écoutant la musique de tango jouée par le groupe présent sur place les soirs en semaine. »

 

Tbilissi : Plekhanov

En plus d’être l’année du quartier, on peut considérer 2018 comme l’année de la Géorgie. L’ancienne république soviétique est devenue un des endroits à voir absolument, et Tbilissi, sa capitale, est toujours le premier et dernier arrêt. La vieille ville est charmante, mais ce qui intéresse vraiment Mullins et Jonny Bealby, de Wild Frontiers, c’est Plekhanov. « C’est traditionnellement un quartier résidentiel pour les Tbilissiens, connu pour ses maisons de style ancien aux portes décorées » précise Bealby « Le quartier a gagné en notoriété après la rénovation de son avenue principale, Agmashenebeli, et l’ouverture de l’espace Fabrika. Cet endroit, autrefois d’une usine de confection à l’époque soviétique, a été transformé en un espace multifonctions qui accueille désormais des cafés, des bars, des studios, des magasins et une auberge de jeunesse. C’est une zone où se côtoient jeunes créateurs et touristes, avec des concerts organisés presque tous les soirs. »

 

Panama City : Casco Viejo

« Dans les années 90, Casco Viejo était un des quartiers les plus dangereux de la ville : les gangs y régnaient en maîtres, avec une violence et des guerres de territoires constantes » nous informe Bradley. De nos jours, un des escaliers de l’American Trade Hotel est décoré de papier peint portant certains des graffitis originellement découvert dans les bâtiments abandonnés. « Le fait qu’on voie de nos jours des slogans de gangs utilisés comme décoration nous montre à quel point Casco Viejo a évolué. Le quartier est en train de muer, au fur et à mesure que les développeurs rénovent les bâtiments coloniaux et que de nouvelles adresses ouvrent. » Quelques endroits à ne pas rater : Donde José, une table de chef parmi les plus renommées de la ville, Fonda la Sexta, un restaurant-école qui forme des femmes défavorisées, La Concordia, un nouvel hôtel doté d’un bar sur son toit, pour boire un cocktail au soleil couchant, et Karavan, la boutique idéale pour tous vos achats de souvenirs made in Panama.

 

Saigon : 5ème arrondissement

« La plupart des gens qui visitent Saigon restent dans le premier et le deuxième arrondissement » explique Andrea Ross, de Wild Frontiers. « Mais si vous voulez échapper à la foule et avoir une expérience plus authentique, je recommande le cinquième arrondissement. Vous y trouverez le Chinatown de la ville, ainsi que des temples uniques comme la pagode de Phuoc An Hoi Quan, un temple taoïste coloré fréquenté par les habitants. Le marché de Binh Tay est une merveille locale, où on peut acheter n’importe quoi, des produits frais aux autoradios. La nuit, les rues s’animent lorsque les musiciens jouent dans les bars et les restaurants. On a l’impression d’être dans le Saigon d’antan, et c’est un changement agréable par rapport aux districts centraux plus aseptisés. »

 

Athènes : Keramikos

Ce quartier est un autre favori de Culinary Backstreets. Selon leur correspondant à Athènes, « le quartier relaxé de Keramikos n’est qu’à 10 minutes à pied du centre-ville historique d’Athènes, et semble faire partie de son propre monde magique. C’est un endroit où se rencontrent le neuf et l’ancien, le passé chargé d’histoire de la Grèce et son présent souvent tumultueux , les traditions et la créativité tournée vers l’avenir… tout cela coexiste joyeusement. Lors du marché hebdomadaire, le quartier s’anime dans un tourbillon de spectacles, d’odeurs, et de saveurs. Ces dernières années, le faible coût du logement et l’ambiance nostalgique du quartier ont attiré de jeunes Athéniens créatifs, qui y ont ouvert des restaurant innovants, des bars, et des cafés, ainsi que des galeries ou des théâtres. Aux côtés des établissements plus anciens dont recèle la zone, ces nouveaux endroits ont contribué à créer une des scènes culturelles et gastronomiques les plus palpitantes d’Athènes. »

 

Séoul: Seongsu-dong

Tom Marchant a surnommé ce quartier « le Brooklyn de Séoul, qui fourmille de créativité. Les entrepôts industriels recouverts de graffiti sont devenus des coins tendance, qui attirent hipsters, photographes, et gourmands. House of Collections, un collectif d’artistes basé à Séoul et New York, a contribué à l’établissement d’un mouvement artistique florissant dans le quartier. » La dernière exposition, Blowing Romance in Water Garden, a rencontré un grand succès sur Instagram. Seongsu-dong renferme également des restaurants excentriques et basés sur la durabilité, comme Daelim Warehouse et Café Onion.

 

Chicago : Pilsen

« Avec ses rues parsemées de galeries branchées et de murs décorés de fresques colorées datant des années 70, le quartier de Pilsen à Chicago est rempli d’art et de culture avant-gardiste” écrit Biggs Bradley « On doit cet esprit aux vagues successives d’immigrés originaires d’Europe de l’Est et du Mexique, ainsi qu’aux artistes et étudiants locaux qui ont façonné la zone pendant le dernier siècle et demi. » Au Musée National d’Art Mexicain, une collection de 10 000 pièces montre le travail d’artistes mexicains et mexico-américains. Le quartier contient aussi une nombre croissant de salles de spectacle, d’ateliers d’art, et de bars tendance, comme Punch House.

 

Le Cap : Kalk Bay

« Le village de pêcheurs de Kalk Bay, un paradis de bord de mer légèrement en dehors de l’agitation du Cap, attire bien plus que les surfeurs locaux » indique Marchant. Le quartier, rempli de cafés pittoresques, de bateaux de pêche rustiques, et de devantures colorées, est récemment devenu la coqueluche de la ville. Si vous souhaitez le visiter et passer une journée à explorer la baie de False, il est recommandé de partir de l’Olympia Café, un point fréquenté par les locaux. Une délicate installation en origami (réalisée par Sanae Kawada, qui est originaire du quartier) décore les murs de ce café iconique, qui se trouve à deux pas d’un charmant embarcadère apprécié des phoques.