Nous sommes toujours connectés et le marketing sur les réseaux sociaux est aujourd’hui un outil très important pour les entreprises. Près de la moitié de la population mondiale (environ 3,03 milliards de personnes) utilise un certain type de réseau social. La personne moyenne passe environ 20 minutes sur Facebook, par jour. Cependant, le flux d’attention rapide et les plateformes multiples signifient que le temps d’attention a été réduit à 8 secondes pour la plupart des utilisateurs de médias sociaux, entraînant une augmentation des palpitations cardiaques.

La fatigue des réseaux sociaux se caractérise par la tendance à se retirer de ces médias, à un sentiment d’anxiété et à être submergé par l’idée d’interagir en ligne. Techopedia la définit ainsi : « La fatigue des réseaux sociaux fait référence à la tendance des utilisateurs à se retirer de ceux-ci lorsqu’ils sont submergés par trop de plateformes, trop d’amis et de followers et trop de temps passé en ligne pour maintenir ces connexions. L’ennui et la protection des données en ligne sont également liés à la fatigue des médias sociaux ».

Parmi les 100 PME (Petites et Moyennes Entreprises) que j’ai contacté via les forums Facebook, 70% affirment passer une heure par jour, au moins, sur les réseaux sociaux, tous canaux confondus. L’enquête a également montré que plus de 55% des chefs d’entreprise interrogés suivent des formations sur la gestion des médias sociaux et essaient de trouver des informations sur la manière d’améliorer leur stratégie sur ces plateformes, afin d’obtenir plus de followers et de générer plus de visiteurs. Seulement environ 28% d’entre eux disposent d’un directeur marketing et de stagiaires en médias sociaux. Les autres font tout cela par eux-mêmes, tout en créant et en concevant de nouveaux produits et tout ce qui accompagne l’exploitation d’une petite entreprise. Il n’est donc pas étonnant que plus de 80% des personnes interrogées déclarent se sentir stressées et dépassées et paniquer chaque jour à propos de leurs réseaux sociaux. Les raisons invoquées sont le plus souvent « la pression pour être parfait » et « tout le monde en fait beaucoup plus ». Ces chefs d’entreprise ont ainsi dénoncé la pression de perfection sur les réseaux sociaux, en particulier les plus visuels comme Instagram, et la pression pour apprendre et suivre la technologie en constante évolution, la connexion avec les influenceurs et les blogueurs et la lutte constante pour gagner plus de followers.

Les réseaux sociaux poussent à la comparaison aux autres et à leur travail, et des recherches psychologiques ont démontré que de telles comparaisons peuvent conduire à l’anxiété et au stress aigu. De toute évidence, la pression exercée par la création d’une petite entreprise utilisant les médias sociaux entraîne une fatigue de ces plateformes parmi les propriétaires d’entreprise. L’idée de poster les remplit d’effroi. On relève un manque de concentration, de l’irritabilité et de l’anxiété. La tendance à passer trop de temps à scroller et à faire semblant d’être occupé est une autre manifestation de cette fatigue. Cela se traduit directement dans un certain nombre de cas par un désenchantement à l’entreprise, quelque chose qu’ils ont pourtant construit avec passion.

Par ailleurs, la perte d’adeptes sur les réseaux sociaux et le manque d’engagement dû à l’évolution des algorithmes de Facebook et Instagram sont souvent perçus par les propriétaires de PME comme un manque d’engagement auprès de leur marque. Plus de 52% des propriétaires de petites entreprises ont ainsi confirmé qu’ils « se sentaient mal à cause de leur entreprise » et 45% estiment que « peut-être, personne ne veut ce que je propose ». Ils ont également convenu que, plutôt que de consacrer leur temps et leur énergie à la création de nouveaux produits, ils sont davantage impliqués dans le marketing des réseaux sociaux et y consacrent plus de temps, d’énergie et de ressources.

Si c’est ce que vous ressentez, alors les réseaux sociaux affectent véritablement votre santé mentale et votre bien être. Dans ce cas, ces cinq moyens peuvent vous aider à surmonter votre anxiété et votre inquiétude :

 

  1. Eloignez vous

C’est bon de faire une pause. Le monde ne s’arrêtera pas de tourner, les affaires non plus. Éloignez-vous, réévaluez et revenez à vos réseaux sociaux plus tard, peut-être, seulement si vous êtes heureux de les reprendre. Ne pensez pas que vous ne pouvez pas disparaître de ces plateformes. Il existe d’autres moyens de communiquer avec des personnes importantes, vos clients, et peut-être d’utiliser ce temps (re)gagné pour vous concentrer sur le côté créatif de votre entreprise. Les personnes qui aiment votre travail et qui le souhaitent resteront avec vous. Les gens susceptibles de partir n’étaient pas si intéressés.

 

  1. Soyez sélectif

Il est impossible de gérer tous les différents canaux et d’obtenir un contenu informatif et utile, au bon moment, tout le temps. Si vous avez une préférence particulière pour un canal en particulier, pourquoi ne pas vous concentrer dessus pendant un moment et essayer de créer des liens significatifs avec une communauté ! Il y a forcément des gens qui ont des intérêts similaires et qui veulent garder un lien avec vous. Par exemple, personnellement, je ne crains pas autant de Twitter en raison de son style plus conversationnel et du fait que je ne suis pas obligé de publier de photo. Focaliser notre énergie sur un ou peut-être deux canaux peut atténuer la pression et réduire le sentiment de crainte et de submersion.

 

  1. Moins, c’est plus

Il n’est pas nécessaire ni important de publier 3 à 4 fois par jour pour battre l’algorithme. Publiez quand vous avez quelque chose à dire. Le fait de publier plusieurs fois par jour peut entraîner une pression excessive, mais également une perte de qualité de contenu. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai du mal à trouver autant de choses à dire tous les jours. Il est souvent très utile de réfléchir à la raison pour laquelle je poste, pourquoi je choisis de partager quelque chose avec tout le monde et pourquoi je mets quelque chose dans le domaine public. Encore une fois, pour moi, il est plus utile d’avoir un bon réseau solide de 200 personnes plutôt que des milliers. Avoir un petit groupe « d’amis » permet de vous assurer que votre flux est exempt de toute jalousie, compétition, et vous ne verrez que des choses dans votre feed qui vous feront chaque jour plaisir.

 

  1. Soyez créatif

Il est bon de faire des choses avec vos dix doigts et de vous éloigner de votre téléphone, de votre ordinateur ou de tout autre périphérique multimédia. Utilisez un carnet de croquis, un journal ou inscrivez-vous à un cours de poterie ! Je me repose, je récupère et je m’offre une cure de désintoxication numérique, ou j’essaie de me concentrer sur la création de mon entreprise et sur ma véritable passion. Si je ne suis pas en ligne sur les réseaux sociaux, je peux faire davantage confiance à mon instinct car je ne doute pas constamment ou ne me compare pas aux autres. Il est terriblement important d’avoir ce temps seul pour être (et rester) créatif.

 

  1. Soyez authentique

C’est ce qui me pose le plus problème avec les sociaux. Les gens peuvent adopter un personnage, un rôle, un masque, et c’est très facile à faire. Je dois me rappeler que les choses que nous lisons et que nous voyons en ligne ne sont pas toujours vraies, qu’il ne s’agit que d’un aperçu de la réalité de quelqu’un et non la somme totale. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles je n’ai pas de responsable des réseaux sociaux. Si c’est mon réseau social, il est crucial que je sois moi-même, mon vrai moi. Je pense que perdre de vue ce que nous sommes vraiment est souvent une cause d’anxiété. Essayez de croire en vous et que votre marque est vous et reflète vos valeurs. Lorsque vous publiez et interagissez sur les réseaux sociaux, soyez vous-même. Être authentique et fidèle à ce que nous sommes peut être très rafraîchissant et peut atténuer les pressions que nous pourrions exercer sur nous-mêmes.

 

Chad Hurley, co-fondateur et ancien PDG de YouTube, a récemment déclaré : « Je pense que vous êtes plus efficace si vous bloquez beaucoup de choses et essayez d’ignorer ce que font les autres. Définissez votre propre chemin. Trop de gens sautent d’un wagon à l’autre et sur les différentes tendances, essayant de trouver les mêmes solutions aux problèmes [d’aujourd’hui]. Il y a tellement d’opportunités, vous n’avez pas besoin de faire pareil ».

Il est clair que la pression exercée sur les PME pour qu’elles utilisent le marketing sur les réseaux sociaux n’est pas une stratégie unique. Nous devons peut-être réévaluer le modèle d’entreprise qui place les médias sociaux au centre de toutes les préoccupations. Peut-être n’avons-nous pas besoin de suivre aveuglément la foule, mais de trouver un moyen qui nous convienne. •