Katla est une nouvelle série originale Netflix islandaise sortie sur la plateforme de streaming. Produite par RVK Studios, la série de huit épisodes est une science-fiction magnifiquement tournée, un croisement entre Solaris de Stanisław Lem et la série française Les revenants, sauf que cette fois, elle se déroule en Islande et implique le pouvoir d’un volcan.

 

Se déroulant dans la petite ville de Vík, dans le sud de l’Islande, près du volcan sous-glaciaire nommé Katla qui est en éruption constante depuis une année entière, la première série islandaise Netflix Katla suit les quelques résidents qui sont restés dans le village malgré le conseil d’évacuation. Gríma (jouée par la chanteuse GDRN, Guðrún Ýr Eyfjörð) est toujours à la recherche de sa sœur qui a disparu le jour où l’éruption a commencé. Tout espoir de la retrouver s’amenuise, jusqu’au jour où de mystérieux invités, émergeant du glacier en fusion près du volcan, commencent à apparaître dans le village. Ces visites auront des conséquences inattendues pour la communauté du village.
Créée par Baltasar Kormákur, Katla est une série lente, mélange de science-fiction et de conte islandais, avec des images saisissantes du paysage islandais brutal et quelque peu apocalyptique. 

Kalta s’ouvre sur de magnifiques images d’un corps émergeant des cendres volcaniques. Depuis un an, le volcan dégage de grands nuages de cendres, rendant l’air de la ville voisine de Vík presque irrespirable. Les habitants qui ont décidé de rester portent des masques, et tous les visiteurs doivent avoir une autorisation pour entrer dans le village, qui n’est accessible qu’en traversant la rivière Markarfljót.
L’un des habitants qui refuse de partir est Gríma, désemparée. Mariée au fermier Kjartan (Baltasar Breki Samper), Gríma est toujours en deuil après la perte de sa sœur Ása (Íris Tanja Flygenring). Ása a disparu le jour où le volcan est entré en éruption. Son corps n’a jamais été retrouvé. Þór (Ingvar Sigurdsson), le père de Gríma et le mécanicien de la ville, souhaite que Gríma et son mari déménagent à Reykjavik pour sa propre santé mentale.
Alors qu’Eyja (Aldís Amah Hamilton) et Leifur (Björn Ingi Hilmarsson), qui travaillent dans un poste scientifique chargé de surveiller le volcan, attendent l’arrivée du scientifique Darri (Björn Thors), ils découvrent une femme, nue et couverte de cendres, qui marche sur le glacier. Eyja appelle le chef de la police Gísli (Þorsteinn Bachmann) et Gríma, et ils emmènent la mystérieuse femme à l’hôpital de la ville. Le chef de la police pense que la jeune femme est une touriste suédoise égarée, mais son identité va s’avérer bien plus déroutante. Le mystère s’intensifie lorsque d’autres personnes, également nues et couvertes de cendres, sont découvertes en ville.

Katla suit un concept similaire à celui de Solaris. Chaque personnage qui reçoit la visite d’un de ces êtres couverts de cendres a un passé traumatisant. Gríma veut retrouver sa sœur. Il y a vingt ans, Þór a eu une liaison qui pourrait être à l’origine du suicide de sa femme. Le scientifique Darri a perdu son jeune fils. Chaque visite ravive les traumatismes non résolus des personnages. Ces visites mystérieuses peuvent en fait les aider à faire face à leur passé.
Ces manifestations ne proviennent pas d’une planète extraterrestre (ou peut-être que si ?), mais, comme le suggère la série, de légendes islandaises populaires. La propriétaire de l’hôtel, Bergrún (jouée par Guðrún Gísladóttir), pense que ces personnes apparaissant couvertes de cendres sont des Changelings, les enfants du « peuple caché » des contes islandais. Ces Changelings, explique-t-elle à Magnea (Sólveig Arnarsdóttir), la femme de Gísli, et à Darri, le scientifique, semblent être apparus au cours de l’histoire de la ville après chaque éruption du volcan. La légende du Changeling est ici recontextualisée dans un cadre moderne.
Katla est une excellente série, visuellement saisissante, qui raconte l’histoire brutale et impitoyable de quelques habitants d’un village presque désert en proie au chagrin, à la dépression et à la culpabilité. La série a été co-réalisée par Baltasar Kormákur, Börkur Sigthorsson et Thora Hilmarsdóttir, et co-écrite par Baltasar Kormákur, Sigurjón Kjartansson, Davíð Már Stefánsson et Lilja Sigurðardóttir.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Sheena Scott

 

<<< À lire également : Oscars : Netflix passe une fois de plus à côté du prix du meilleur film >>>