La 23ème édition des Jeux Olympiques d’hiver a débuté ce weekend à PyeongChang en Corée du Sud. Quand il toucheront à leur fin le 25 février, près de 3 000 athlètes auront participé à 102 évènements dans six sports et 15 disciplines différentes. Ils concourent tous avec le même objectif, la médaille d’or.

Cette médaille d’or n’a pas de prix car elle symbolise la réussite ultime dans le domaine du sport. Cependant, ces médailles ont tout de même une valeur monétaire intrinsèque. Cette année, la médaille d’or de PyeonchChang a une valeur de 465 € selon les prix de l’or et de l’argent de jeudi dernier. Elle coûte donc quelques euros de plus que les médailles d’or de Rio et de Sochi. Cependant, elle reste loin derrière la championne toute catégorie, la médaille d’or des Jeux Olympiques de Londres, qui coûtait quant à elle 578 €. Comme nous le savons tous, les médailles d’or sont en fait des médailles en argent plaquées or.

La médaille d’or de cette nouvelle édition pèse 586 g. Il s’agit donc de la médaille d’or la plus lourde de l’histoire des JO. Seuls six grammes sont en or (le minimum requis par le CIO) et les 580 g restants sont composés à 99,9 % d’argent (au-dessus du minimum requis par le CIO de 92,5 % pour de l’argent massif). Si la médaille était toute en or, elle vaudrait approximativement 20 500 €, selon le cours de l’or. Ce qui explique pourquoi les médailles ne sont plus en or massif depuis l’édition de 1912. La médaille d’argent pèse 580 g et est composée d’argent à 99,9 % (encore une fois au-dessus des minima) pour une valeur approximative de 255 €. La médaille de bronze quant à elle pèse 493 g et est composée à 90 % de cuivre et à 10 % de zinc. Elle vaut évidemment moins cher. 

Chaque médaille mesure 92,5 mm de largeur et 109 mm de hauteur pour une épaisseur variant de 4,4 mm à 9,42 mm. Au total, 259 lots de médailles ont été fabriqués pour cette édition.

 

Le design de la médaille

 

 

En plus de sa valeur monétaire, la médaille olympique est une représentation artistique à la fois des Jeux Olympiques et du pays hôte, qui est responsable de la conception et de la fabrication. Les médailles de Pyeonchang montrent un design moderne et dynamique élaboré par le célèbre designer sud-coréen Lee Suk-Woo. Il a incorporé l’Hangeul, l’alphabet coréen et les fondements de la culture coréenne dans la médaille à l’aide d’une série de consonnes sur le tranche de la médaille qui s’étendent en relief sur les faces. Les responsables des jeux coréens expliquent que ces lignes diagonales dynamiques reflètent à la fois l’histoire des JO et la détermination des concurrents à se battre pour obtenir une place sur le podium. Ces lignes ressemblent également aux nervures du bois qui, selon les organisateurs, symbolise le travail dédié au développement de la culture coréenne et des JO de PyeongChang. 

En observant les médailles, on peut apercevoir les anneaux olympiques. Le revers précise le nom de la discipline et de l’événement, aux côtés du symbole officiel de PyeongChang, une représentation stylisée d’un flocon de neige créé à l’aide des premières lettre phonétiques de la ville de PyeongChang.

Le symbole est également présent sur le ruban bleu ciel et rose pale. Ce dernier est en Gapsa, un tissu coréen traditionnel.

Les médailles sont présentées dans des boîtes en bois incurvées pour symboliser les corniches présentes dans les Hanoks, habitats traditionnels coréens.