Une fois que les frontières seront à nouveau ouvertes et que les personnes pourront voyager librement par avion, un processus déjà en cours puisque des aéroports dans le monde entier sont prêts à mettre en place des stratégies pour assurer un voyage aérien sain, dans quelle mesure êtes-vous prêt à changer vos habitudes de vol ? Plusieurs changements auront lieu lors de votre prochain voyage. 

Compte tenu de certains des changements déjà intervenus et des nombreuses autres recommandations avant que les aéroports puissent rouvrir en toute sécurité les routes commerciales, les experts qualifient la pandémie de coronavirus de « nouveau terrorisme », déclenchant la plus grande crise que le secteur du transport aérien ait jamais connue.


Commençons par l’ensemble du processus d’enregistrement des vols, dont certains calculent qu’ils pourraient prendre jusqu’à quatre heures avec la distanciation sociale, l’assainissement des passagers et des bagages, des espaces plus larges pour les différentes files et l’attente pour l’embarquement.
Neuf experts sur dix s’attendent à un ralentissement de la fréquence des vols en raison de la nécessité d’un nettoyage approfondi des cabines et du respect des mesures sanitaires dans les aéroports. 

À court terme, cependant, on s’attend à ce que la réduction du nombre de passagers et le fait que les compagnies aériennes proposent un plus petit nombre de destinations puissent réduire les retards.

À quoi faut-il s’attendre ? 

Parmi les mesures envisagées : pas de sacs cabine, pas de lounges, pas de surclassement automatique, masques de protection, gants chirurgicaux, auto-enregistrement, auto-dépôt des sacs, passeports d’immunité, tests sanguins sur place et tunnels de désinfection sanitaires. 

Les technologies numériques et l’automatisation joueront un rôle essentiel dans l’avenir du transport aérien. La nécessité de réduire les « points de contact » dans les aéroports implique l’utilisation obligatoire de l’embarquement biométrique qui permet aux passagers de monter à bord des avions avec seulement leur visage comme seul passeport. Un certain nombre de compagnies aériennes, dont British AirwaysQantas et EasyJet, utilisent déjà cette technologie.
Selon le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC), la « nouvelle norme » dans les grands aéroports, tels que Heathrow, JFK et Singapore Changi, comprendra l’utilisation quasi-exclusive de l’enregistrement en ligne et des paiements sans contact.

Ensuite, il y a les changements radicaux que les aéroports devront apporter, en commençant très probablement par l’interdiction totale d’accès aux personnes qui ne voyagent pas en avion, à l’exception des mineurs non accompagnés ou d’autres personnes qui ont besoin d’assistance.
Ils auront besoin de systèmes d’enregistrement entièrement biométriques plus complets et d’un système DYI efficace pour déposer les sacs, les « bulles de voyage » ou les tunnels de désinfection. (Après avoir été enregistrés, les bagages peuvent également être passés dans un tunnel de désinfection par brouillard). Ils doivent également délimiter les espaces de distanciation sociale dans les couloirs et les concours, aménager des espaces plus grands pour les files d’attente, installer du plexiglas ou d’autres barrières de protection aux comptoirs de service à la clientèle, des points d’hygiène des mains et des scanners thermiques pour vérifier la température corporelle des foules, qui sont déjà utilisés dans certains grands aéroports.

« Seules les personnes “aptes à prendre l’avion” seront autorisées à entrer », prévoit la société de stratégie aérienne SimpliFlying dans un rapport récent. Dans ce rapport, elle identifie plus de 70 domaines différents dans le voyage des passagers qui « devraient soit changer, soit être introduites à partir de zéro, notamment en faisant nettoyer les sacs après les avoir passés dans la brume, l’électrostatique ou la désinfection aux UV pour rétablir la confiance dans le vol après le COVID-19 ». 

Le Telegraph explique que « cela peut sembler futuriste, mais l’assainissement par UV va probablement se banaliser dans les aéroports du monde entier. London Heathrow dit qu’il va commencer à tester le processus pour ses plateaux de sécurité ».

L’embarquement

Le processus d’embarquement devrait également devenir « sans contact », avec des options telles que la reconnaissance faciale, déjà utilisée dans certains aéroports américains pour les vols internationaux. Dans les avions, il y aura des sièges bloqués, des pulvérisations électrostatiques, du personnel en tenue de protection et, bien sûr, des masques. Les grands transporteurs européens comme Air France et KLM ont déjà rendu les masques obligatoires et on s’attend à ce que toutes les autres compagnies aériennes fassent de même.

En ce qui concerne la nourriture, la tendance est à l’arrêt total du service sur les vols courts, tandis que les compagnies aériennes envisagent des « rafraîchissements simples » pour les vols longs. Hong Kong Airlines a décidé de cesser complètement son offre pour la nourriture.

L’arrivée

Au point d’arrivée, selon les prévisions de SimpliFlying, les passagers internationaux devront présenter aux agents de contrôle des frontières un certain type de document/passeport d’immunité, également préconisé par l’Association internationale du transport aérien, IATA. Une fois qu’un vaccin a été trouvé, on peut passer à une preuve de vaccination.

« Les passagers à l’arrivée seront également soumis à un nouveau contrôle de température à leur destination finale et peut-être même à des tests sanguins pour le COVID-19 », prédit Conde Nast. « Certains aéroports comme Hong Kong et Vienne soumettent les passagers à un test sanguin pour détecter le coronavirus avant qu’ils ne soient autorisés à entrer dans le pays. Ces types de tests peuvent toutefois être de durée limitée. »

Les tests thermiques sont également recommandés par l’IATA, « alors que Airlines UK, qui représente British Airways, EasyJet et Virgin Atlantic, a déclaré que la “présélection” des voyageurs devrait être introduite idéalement le plus tôt possible au cours du voyage », rapporte The Telegraph.

Bien qu’il n’existe pas de décision standard sur la nécessité de rendre ces tests et ces contrôles obligatoires, les aéroports et les compagnies aériennes font pression en faveur d’une réglementation uniforme. Pour l’instant, on ne sait pas qui sera chargé de vérifier la température des voyageurs et les autres symptômes de COVID-19, par exemple. SimpliFlying prévoit qu’une nouvelle agence fédérale de la santé sera probablement créée pour coordonner les contrôles sanitaires dans les aéroports.

Comme immédiatement après le 11 septembre, une période d’essais et d’erreurs est probable. De nombreux aéroports et compagnies aériennes suivent ce que certains « pionniers » ont établi.

« Il y aura de nouveaux protocoles d’enregistrement faisant appel à la technologie numérique : des stations de désinfection des mains aux endroits les plus fréquentés, y compris là où les bagages sont stockés, le paiement sans contact au lieu d’argent liquide, l’utilisation des escaliers plus souvent que des ascenseurs, où la règle des deux mètres peut être plus difficile à maintenir, et le déplacement des équipements de fitness pour une plus grande séparation, entre autres exemples », a écrit le WTTC dans un rapport récent.

Selon l’institution internationale, le secteur sera confronté à un retour progressif des voyages au cours des prochains mois. En effet, une « nouvelle normalité » apparaîtra avant qu’un vaccin ne soit disponible à grande échelle, suffisamment important pour inoculer des milliards de personnes.

Les voyages sont susceptibles de revenir d’abord sur les marchés nationaux avec des « séjours », puis chez les voisins les plus proches d’un pays avant de s’étendre à d’autres régions, et enfin à travers les continents pour accueillir le retour des voyages vers des destinations internationales lointaines. Le WTTC estime que les jeunes voyageurs de 18 à 35 ans, qui semblent moins vulnérables à COVID-19, pourraient également être parmi les premiers à recommencer à voyager.

Selon Gloria Guevara, présidente et directrice générale du WTTC, voyager à l’ère de la « nouvelle normalité » nécessite des actions coordonnées, y compris de nouvelles normes et de nouveaux protocoles, « pour une voie sûre et responsable vers la reprise pour le secteur mondial du voyage et du tourisme alors que les consommateurs recommencent à planifier leurs voyages ».

Les nouveaux protocoles et normes sont en cours de définition à la suite des réactions des associations représentant les différents secteurs du voyage, notamment l’Association du transport aérien international (IATA), Conseil international des aéroports (ACI), Cruise Lines International Association (CLIA), United States Travel Association (USTA), Pacific Asia Travel Association (PATA), l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Commission européenne du voyage (CET) et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Mais avec les protocoles et les normes, les systèmes biométriques, les passeports d’immunité et les meilleures intentions pour une route sûre vers la reprise, l’avenir du voyage, comme l’explique Niraj Chokshi du New York Times, est toujours morose : « Avec la fermeture d’une grande partie du monde et l’absence de vaccin largement disponible en vue, il faudra peut-être des mois, voire des années, avant que les compagnies aériennes assurent autant de vols qu’elles faisaient avant la crise. Même lorsque les personnes reprendront l’avion, l’industrie pourrait être transformée, comme elle l’a été après les attaques terroristes du 11 septembre ».

Et dans le processus, comme c’est déjà le cas, certaines compagnies aériennes, en particulier les plus petites, seront poussées à la faillite ou deviendront des cibles de rachat. « Les craintes des consommateurs d’attraper le virus dans des avions bondés pourraient mener à une reconfiguration des sièges. Les transporteurs peuvent d’abord attirer les voyageurs prudents avec des réductions, mais s’ils ne peuvent pas faire le plein des vols, ils peuvent avoir recours à une augmentation du prix des billets ».

Pour Dave CalhounIn, PDG de Boeing, il n’y a pas que les petites compagnies aériennes qui sont en danger. Il pense qu’au moins un grand transporteur américain va « très probablement » faire faillite à cause de la pandémie de coronavirus. Dans une interview accordée à NBC News TODAY, il a déclaré mardi à Savannah Guthrie : « …il se passera quelque chose à l’approche du mois de septembre. Le niveau de trafic ne sera pas ramené à 100 %. Il ne sera même pas revenu à 25 %. Peut-être que d’ici la fin de l’année, nous approcherons les 50 %. Il y aura donc certainement des ajustements qui devront être faits de la part des compagnies aériennes. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Cecilia Rodriguez 

<<< À lire également : Pourquoi Prendre L’Avion Demain Va Être Très Différent >>>