A l’instar de la mobilisation proactive, et unanimement saluée, de plusieurs fleurons industriels qui ont réorienté leurs chaînes de production pour fabriquer massivement du gel hydroalcoolique ou des masques de protection (LVMH, Armani, Petit Bateau, Givaudan…) pour faire face à la crise sanitaire, les particuliers, anonymes ou célèbres, passent aussi à l’action. Tour d’horizon des initiatives citoyennes à travers le monde.

France : En confinement strict, les Français se donnent chaque soir rendez-vous depuis leurs balcons et fenêtres pour applaudir jovialement les héros en blouse blanche, en première ligne depuis le début de la pandémie. Un ‘rituel’ aux accents de communion citoyenne importé d’un pays voisin, l’Italie.


Partout dans l’Hexagone, de nombreux étudiants et personnels de crèche ont spontanément offerts leurs services pour garder les enfants de soignants, de policiers et pompiers mobilisés. Elan de solidarité, aussi, chez de nombreux compatriotes qui investissent leur cuisine pour concocter des plats à destination du personnel de santé. Les chefs étoilés ont ouvert la voie en multipliant les actions généreuses en ce sens : des croque-monsieur aux mets les plus délicats, les serviteurs en toque apportent leur soutien gustatif. En région comme à Paris, les restaurateurs répondent au cri de ralliement « Les chefs avec les soignants » impulsé par la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France. La patrie de la gastronomie n’oublie pas son âme.

Une dynamique qui s’empare des plus jeunes, fiers de se mettre au service des populations fragilisées. Ainsi, l’association Young Charity basée en Seine-Saint-Denis – l’un des départements les plus éprouvés par le Covid-19 – apporte son aide aux personnes âgées isolées durement impactées par la crise sanitaire : une vingtaine de bénévoles de moins de 25 ans parcourt le département pour effectuer des courses de premières nécessités (alimentation, pharmacie…), collecter des dons, organiser des déménagements… Une équipe qui ne cesse de grandir depuis le début de la crise : « Beaucoup de personnes nous contactent avec la volonté de se rendre utiles. », partage le fondateur de Young Charity, Mohamed Belgacem.

Espagne : En guerre sanitaire, l’Etat ibérique est le 3ème pays le plus endeuillé au monde après l’Italie et les Etats-Unis selon le dernier décompte officiel. Placés en confinement total depuis le 14 mars, les habitants sont nombreux à se soucier de leurs aînés : maraude citoyenne chez les seniors atteints de maladies chroniques ou en situation de handicap, accompagnement de psychologues venus briser isolement et angoisse… L’association d’entraide aux personnes âgées « Grandes Amigos » a vu son réseau de volontaires démultiplier sa capacité depuis le début de la crise sanitaire, tandis que sur Facebook, les Espagnols manifestent leur fraternité intergénérationnelle à travers le message #YoTeHagoLaCompra (« Je fais tes courses »).

Niveau industrie, le constructeur automobile SEAT a entièrement financé le développement d’un respirateur à partir d’un moteur d’essuie-glaces visant une production de 300 pièces / jour. L’entreprise se dit d’ailleurs prête à approvisionner des hôpitaux sous-équipés en Afrique et en Amérique Latine. Ou quand la vocation RSE (responsabilité sociétale des entreprises) prend tout son sens.

Algérie : En confinement partiel qui se traduit par un couvre-feu nocturne à Alger et dans de nombreuses préfectures du pays (dites’ wilayas’), le pays regarde principalement du côté de la ville de Blida, le principal foyer de l’épidémie. Moins touchée que ses voisins européens, l’Algérie enregistre à ce jour 212 décès. Les étudiants ont été parmi les premiers à s’impliquer dans le combat sanitaire : des élèves en pharmacie ont confectionné du gel hydroalcoolique à grande échelle pour les disposer dans les espaces publics à proximité du mobilier urbain. Un ingénieur, Ryadh Brahimi fondateur de la société GATECH, a co-développé avec des chercheurs de l’Université d’Aïn Témouchent le premier respirateur artificiel 100% algérien pour équiper rapidement les hôpitaux souffrant de pénurie. L’appareil est actuellement entré en phase de validation et d’homologation par les autorités sanitaires en vue d’une production industrielle.

Sur le terrain de la solidarité, la Fondation Zinedine Zidane a pour sa part annoncé le don de kits de réanimation (respirateurs artificiels, moniteurs, pousses de seringues) à des établissements algériens sous tension.

Vietnam : Sur le papier, le Dragon de l’Asie cumulait les contraintes qui le prédestinaient à se retrouver accablé par l’épidémie galopante de Covid-19 : fréquentation touristique importante, frontière commune avec la Chine foyer de la maladie… Et pourtant, le Vietnam fait partie des nations qui s’en sortent le mieux ! L’Etat communiste a réussi à contenir l’épidémie à des niveaux relativement bas (260 cas confirmés, 144 guérisons et aucun décès) à grands renforts de tests et d’une mise en quarantaine des personnes contaminées et profils les plus à risque.

Dans ce contexte de lutte, un slogan fédérateur s’est propagé dans tout le pays : « Rester chez soi, c’est aimer son pays ». La créativité et l’art ont aussi été l’un des éléments de réponses à cette campagne de sensibilisation. Des artistes, anonymes ou célèbres encouragés par le ministère de la Culture, ont imaginé des affiches créatives pour illustrer le combat quotidien des soignants. Représentation de médecins, infirmières et forces de l’ordre en situation pour dire « Merci ». Exemples avec Kim Lien qui a pris ses pinceaux car : « Le gouvernement dit que nous sommes en guerre contre le virus. Alors, en tant qu’artistes, nous contribuons en dessinant. » et Luu Yen The : « Malgré un traitement contre le cancer et mon âge avancé (73 ans), j’ai proposé des peintures car avec la crise sanitaire actuelle, l’art est le seul moyen pour nous de nous connecter avec les autres. ».

Résolus à ‘donner de leur personne’, les Vietnamiens ont également effectué d’importants dons de sang, écartant tout risque de pénurie. Autre acte citoyen, la collecte de fonds par messagerie mobile en vue de soutenir les personnes en première ligne, acheter des produits de première nécessité… Ce sont près de 5,4 millions de dollars qui ont été réunis lors d’une opération caritative. Plus improbable, le recours à l’humour comme palliatif : un cuisinier de Hanoi, le chef Hoang Tung, a élaboré un drôle de sandwich « le Coronaburger » dans le but de sortir ses concitoyens de la morosité ambiante… Ses créations culinaires s’inspirent de la forme caractéristique du Covid-19 et se vendent comme des petits pains dans son échoppe à emporter.

Etats-Unis : La première puissance mondiale est dans l’œil du cyclone depuis le début du mois d’avril avec l’accélération des cas de contamination. Le pays qui n’a pas pris la voie du confinement strict, enregistre le plus grand nombre de décès recensés au monde, 23 068 morts à ce jour avec plus de 576 000 personnes atteintes. Epicentre de la pandémie, l’Etat de New York inquiète plus particulièrement. La solidarité s’organise dans toutes les strates de la société sous mille et une formes. Des managers de commerces de proximité acheminent gratuitement la livraison de colis alimentaires aux plus précaires ; un groupe Facebook « Bénévoles contre le coronavirus » a vu le jour pour centraliser et coordonner toutes les initiatives citoyennes à l’échelon des plus grandes agglomérations du pays ; des praticiens ont décidé d’offrir gracieusement leurs services médicaux pour soulager les services d’urgence des hôpitaux à l’image de nombreux dentistes et spécialistes…

Les professionnels du monde des arts qui n’ont plus la possibilité d’exercer dans les nombreux théâtres, salles de spectacle du pays en raison de la fermeture décrétée, sont nombreux à se relayer sur les réseaux sociaux afin de divertir les plus petits en mal d’occupation. Ces derniers officient à présent en direct sur YouTube plusieurs fois par semaine en racontant des histoires à l’intrigue desquelles il est parfois possible de participer par des suggestions sous forme de commentaires. Les célébrités s’engagent tout autant dans cette crise sanitaire : parfois, symboliquement, en invitant le public à respecter le confinement par la diffusion d’affiches virales, ou par un soutien financier substantiel. Champions sportifs, stars hollywoodiennes, éminents chanteurs, présentateurs vedettes, se portent au secours d’œuvres de charité dépassées par les effets collatéraux de la crise sanitaire.

Parmi les plus généreux, citons Rihanna avec un chèque de 5 millions de dollars à destination de diverses associations caritatives mais aussi de scientifiques sur le pied de guerre ; l’actrice Angelina Jolie a versé 1 million de dollars à l’organisation d’aide à l’enfance No Kid Hungry, Arnold Schwarzenegger a signé un chèque du même montant répondant à la pénurie de matériel médical, Ben Affleck a pris part à une collecte de fonds en ligne via un jeu de poker virtuel en faveur de Feeding America. L’acteur oscarisé a rassemblé un parterre d’amis à l’instar de : Matt Damon, d’Adam Levine, Tom Brady ou Tobey Maguire.

Enfin, le geste stratosphérique du fondateur du réseau social Twitter, Jack Dorsey, a été l’un des plus commentés et médiatisés de ces derniers jours : le co-fondateur de la solution de paiement électronique ‘Square’ a ainsi annoncé la donation de plus d’un quart de sa fortune, soit 1 milliard de dollars ! « Pourquoi maintenant ? Parce que face à cette crise sans précédent, les besoins sont urgents et que je veux en voir les effets pendant ma vie. J’espère que cela va en inspirer d’autres. La vie est trop courte, faisons donc tout ce que nous pouvons pour aider les gens maintenant », a confié l’entrepreneur philanthrope. Dans la même veine, Jeff Bezos, le patron d’Amazon et homme le plus riche au monde, a débloqué 100 millions de dollars en soutien aux banques alimentaires américaines, tandis que la Chan Zuckerberg Initiative (rattachée au fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et à sa femme Priscilla Chan) a de son côté offert 25 millions de dollars pour la recherche de traitements contre le coronavirus.

De l’Amérique à l’Asie, les initiatives solidaires essaiment, le lien citoyen se raffermit et les logiques individuelles s’estompent face à la solennité du moment.