Cette année, pour des raisons pratiques, la 4ème Journée Internationale du Yoga a été célébrée le samedi 16 juin dans plusieurs villes de France. Officiellement, elle aurait dû avoir lieu le jeudi 21 juin, date retenue par les Nations Unies pour célébrer cette pratique ancestrale. Mais peu importe la date !

Le but de cette journée reste de promouvoir les différentes facettes du Yoga grâce à des démonstrations publiques, moyen efficace pour sensibiliser le grand public à ces pratiques dont les fameuses postures, Yoga Asanas, qui rencontrent un indéniable succès planétaire. Comme les années précédentes, l’Ambassade de l’Inde sponsorise l’événement qui s’est tenu sur la Prairie du Triangle dans le 19ème arrondissement de la capitale[1].


Pour les puristes, le Yoga inclut différentes pratiques, dont celle de l’Ayurvéda qui connait un succès grandissant en France si l’on en juge par les manifestations qui lui sont consacrées[2]. Pour le grand public, le Yoga décrit simplement les postures des Yoga Asanas et les exercices respiratoires connus sous le nom de Pranayama. Même si le Yoga est encore perçu par certains comme une « pratique exotique », l’Occident mesure jour après jour ses effets bénéfiques sur le bien-être physique et mental, démontrés par les faits mais aussi par de nombreuses études. Plusieurs Universités aux Etats-Unis, en Europe et en Asie ont ouvert des cursus de Yoga afin de mieux appréhender ses effets sur la dépression, l’anxiété, le stress post-traumatique, les addictions, etc. C’est entre autre le cas de la Harvard Medical School de Boston ou encore la Herdecke University en Allemagne. Plusieurs hôpitaux américains font appel au Yoga pour accompagner des malades souffrant de maladies cardiovasculaires ou simplement pour lutter contre le stress. L’Alpert School of Medicine[3] et le Miriam Hospital Providence proposent – avec un certain succès soit dit en passant- la pratique Yoga pour accompagner des personnes qui souhaitent arrêter de fumer. Bonne nouvelle : les hôpitaux français s’y mettent aussi. Le Yoga est pratiqué comme un « soin de support » à l’hôpital Saint Louis, à la Pitié-Salpêtrière (Paris) ou encore à l’hôpital d’Eaubonne dans le Val-d’Oise. Il est recommandé aux patients cancéreux et douloureux chroniques afin de favoriser la sécrétion d’endorphines et diminuer les inflammations. Conclusion : le Yoga apparaît comme une routine efficace pour améliorer la qualité de vie.

 

Le premier ministre indien célèbre la journée du Yoga en Inde

Décidée par les Nations Unis à l’initiative du Premier Ministre Indien, cette journée est révélatrice d’un phénomène qui devient un véritable mouvement de masse, en accord d’ailleurs avec le vœu de Narendra Modi. Le Premier Ministre indien souhaite en effet que cette connaissance, qui transcende toutes les religions, fasse partie intégrante de la vie de chacun. Pour cela, elle doit être mise à la portée de toutes les couches de nos sociétés.

Or, si le Yoga est une pratique, il est aussi un business, une facette dont il nous faut aussi parler puisque ce business draine des milliards de dollars. On peut se demander comment une pratique ancestrale a-t-elle pu devenir une industrie pouvant se targuer de l’une des croissances les plus rapides au monde ? La question interpelle bien des spécialistes du sujet. Aux Etats-Unis, comme dans de nombreux autres pays, le Yoga se répand à grande vitesse. Les achats en tenues de Yoga et autres accessoires se comptent désormais en dizaines de milliards de dollars par an. Selon certaines estimations, plus de 300 millions de personnes à travers le monde pratiqueraient régulièrement le Yoga. Cela représente environ un vingtième de la population mondiale. Pour sûr, il s’agit aussi d’un marché prometteur.

L’image du Yogi en posture acrobatique sur les bords du Gange aura-t-elle donc vécu ? On peut se le demander. Le Yogi « version occidentale » s’affiche désormais sur les réseaux sociaux : aux Etats-Unis, une étude montre que l’archétype du Yogi est une femme blanche, jeune et gagnant plutôt bien sa vie. Elle aime dépenser des sommes conséquentes en équipements divers. À titre indicatif, certains « yogi pants » se vendent plus d’une centaine de dollars ! Ces nouveaux Yogis se disent souvent en quête de spiritualité. La recherche de la santé est également un moteur de cette pratique : les adeptes sont prêts à dépenser en équipements et cours afin d’éviter la maladie et réduire le stress dans un monde qui va de plus de plus vite.

Bien sûr, la popularité du Yoga bénéficie de l’essor des réseaux sociaux qui amplifient largement son expansion. Le grand public qui l’adopte ne s’y trompe pas. Le Yoga a ainsi trouvé droit de cité en Occident. La mondialisation en a fait une pratique touchant les masses. Vingt millions d’américains le pratiquent régulièrement, plus d’un million en France. Gestion du stress, amélioration de leur niveau de santé, pratique spirituelle, le yoga se vit et se pratique quasiment sans danger. Enseigné par nombre de professeurs avec ou sans diplômes, la pratique spirituelle promet un mode de vie plus sain, une meilleure santé et moins de stress. Plusieurs recherches scientifiques montrent que ces nouveaux Yogis développent moins de maladies que les non‑pratiquants. Aux Etats-Unis, sa pratique est de plus en plus soutenue par le milieu médical. Le Yoga se veut une pratique accessible à tous et dans tous lieux, au travail comme à la maison, en salle de sport comme en école spécialisée.

 

[1]                              La Prairie du Triangle est située au 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris.

[2]                              Citons entre autre le symposium qui lui est dédié aux premiers jours de l’automne : https://www.ayurvedasymposiumparis.com/

[3]                              Cette école américaine de médecine est intégrée à la Brown University.