Nous faisons tous de notre mieux pour vivre de manière écoresponsable. Et le jour de la terre, le 22 avril dernier, Nous a incité à continuer sur cette lancée. Mais avez-vous déjà penser à l’impact du tourisme sur l’environnement ? Les voyageurs doivent savoir comment leurs choix de voyages affectent le monde qui les entoure. Nous devrions tous prendre le temps d’apprendre à minimiser notre empreinte et à respecter notre planète.

Le tourisme durable est défini par Wikipédia comme : « visiter un endroit en tant que touriste et essayer de ne laisser qu’une empreinte positive sur l’environnement, la société et l’économie ». Tout autour du monde, des voyageurs ignorants continuent de se balader à dos d’éléphants, à caresser des lions, à se tartiner de crème solaire dangereuse pour le corail, à ne pas respecter les traditions locales, et ainsi de suite. Geoff Bolan, le PDG de Sustainable Travel International, explique que : « le tourisme demeure l’une des sources de revenus, d’emplois et de distractions les plus importantes de notre planète. Cependant, tout cela a un prix. Les manifestations en Europe pour lutter contre le surtourisme et les clôtures de destinations comme c’est le cas aux Philippines, sont les principaux exemple de ses conséquences. Si l’on ne prend pas de décisions plus sages, nous constaterons alors une dégradation croissante de l’environnement. Et les touristes jouent un rôle primordial dans cet histoire ».


Lorsque l’on pense à tous les problèmes qu’engendre le tourisme mondial en terme d’environnement, la tâche apparaît pharaonèsque pour les voyageurs souhaitant apporter leur pierre à l’édifice de la durabilité. Cela dit, si nous faisons tous quelques efforts pour réduire notre impact, alors nous pourrons faire la différence. Récemment, nous avons contacté Sustainable Travel International, pour découvrir ce que peuvent mettre en œuvre les voyageur pour réduire leur empreinte sur l’environnement. Cette organisation pense que « les voyages et le tourisme peuvent protéger les richesses naturelles et culturelles du monde, tout en créant des opportunités économiques ». Elle élabore également des outils permettant de mettre en place une industrie touristique durable.

Il faut cependant noter que les conseils varient considérablement en fonction de la destination. Afin de devenir un touriste vert, vous devez impérativement faire quelques recherches. Prendre des décisions informées peut vraiment faire une différence. Les voyageurs doivent éveiller leur conscience avant de planifier un voyage.

Voici quelques conseils pratiques et faciles à appliquer, classés en six catégories. Ils peuvent tous être utilisés pour faire vos premiers pas dans la peau d’un touriste écoresponsable. Lorsque nous évoquons le concept de durabilité, on ne pense souvent qu’à l’environnement, or les populations, les animaux et les cultures sont également impliqués. 

 

  1. Minimisez les déchets et la pollution

Les voyageurs utilisent les ressources dont nous dépendons en trop grandes quantités, ce qui a pour effet de créer trop de déchets et de pollution. Les petites îles et les destinations en voie de développement ne disposent pas forcément des infrastructures nécessaires au traitement ces nombreux déchets, en plus d’être hautement vulnérables aux changements climatiques. Les voyageurs peuvent faire de petits gestes, comme veiller à ne pas utiliser de produits conditionnés dans du plastique. Plus précisément, vous pouvez utiliser une gourde pour toujours avoir de l’eau avec vous et refuser les sacs en plastique dans les commerces ou encore les pailles dans les restaurants. Il est également important de faire quelques recherches afin de savoir comment recycler et jeter vos déchets. Vous pourrez toujours demandez autour de vous sur place pour savoir comment fonctionne le traitement des déchets. Bien que cela ne soit pas toujours possible, utilisez les transports en commun autant que faire se peut, ou alors, déplacez à pied ou en vélo. Si vous devez utiliser une voiture, essayez de louer un véhicule électrique. Parfois, vous ne pouvez pas faire autrement que de prendre l’avion. Si c’est le cas, choisissez le vol le plus direct et essayez d’alléger vos valises au maximum. Étant donné que la plupart des émissions de gaz à effets de serre sont dues aux voyages aériens, renseignez-vous sur les compagnies aériennes et comment elles s’engagent pour la sauvegarde de l’environnement.

 

2. Respectez la nature

Les voyageurs ont l’opportunité de protéger notre planète et ses ressources. Afin de mieux comprendre comment il est possible d’aider, renseignez-vous sur les principaux défis environnementaux que doivent relever les lieux que vous visitez. En général, les touristes consomment davantage que les populations locales, alors que de nombreuses populations disposent de ressources limitées. Par exemple, en Afrique du Sud, tous les voyageurs devraient savoir que le pays est victime d’une pénurie d’eau afin de surveiller leur propre consommation. De plus, Sustainable Travel International recommande de visiter des régions protégées, étant donné que les frais d’entrée seront investis dans leur conservation. Si vous ne faites pas appel aux services d’un guide et que vous préférez vous aventurer par vous même, faites très attention à ne rien laisser derrière vous, prenez soin de l’environnement, et bien sûr, ne jetez rien dans la nature. Assurez-vous que dans les commerces où vous ferez vos emplettes soient écoresponsables et soutiennent les efforts de conservation. Ici, les recherches personnelles sont indispensables, car de nombreuses entreprises affirment être « vertes », sans pour autant vraiment l’être.

 

3. Soutenez les commerces locaux

Les voyageurs devraient faire attention aux endroits où ils dépensent leur argent et s’assurer qu’il viennent en aide aux communautés locales. Malheureusement, le tourisme peut contribuer aux fuites économiques et aux violations des droits de l’Hommes. Les touristes doivent donc faire en sorte de soutenir les entreprises qui emploient des populations locales. Par exemple, mangez dans des restaurants qui se fournit localement. Ou visitez un marché, c’est un bon moyen de rencontrer des gens du coin et de profiter de vos foodcation (des vacances organisées autour du thème de la nourriture). Vous devriez également achetez des produits locaux, vous pouvez trouver des souvenirs chez les artisans, ce qui encouragera la conservation de leur héritage culturel. Et surtout, respectez les habitants du pays ou de la région. Si vous réservez une excursion et que vous annulez à la dernière minute, vous pourriez compromettre leur revenus de la journée. Aussi, si vous êtes photographe, ne prenez pas de photos sans permissions, demandez toujours.

 

4. Respectez la culture

Les voyages offrent l’opportunité d’en apprendre plus sur les autres cultures. Bien sûr, les voyageurs jouent un rôle important dans la préservation de ces cultures. Il est donc primordial de respecter et de célébrer les traditions et de se rendre compte que les normes culturelles peuvent affecter les coutumes vestimentaires, la langue, la nourriture et le comportement en général. De nombreux gestes ont des significations différentes suivant les cultures et renseignez-vous afin de ne pas commettre d’impairs, surtout si vous visitez des sites culturels ou religieux. Soyez attentif lorsque vous visitez des sites patrimoniaux et ne touchez pas aux objets et évitez les heures de pointe afin de soulager le surtourisme et le manque potentiel d’infrastructures adaptées.

 

5. Faites de la cause animale une priorité

Beaucoup de voyageurs aiment les animaux, mais ils ne connaissent peut-être pas les activités touristiques qui peuvent mettre en danger ces animaux qu’ils apprécient tant. Faire de la cause animale une priorité peut avoir beaucoup d’implications. Tout d’abord, il est primordial de choisir des expériences éthiques et de faire des recherches afin d’identifier les activités contraires au bien être animal. Sustainable traveler international vous recommande de vous tenir à l’écart des balades à dos d’éléphants, de ne pas caresser les lions, de ne pas prendre de selfies avec des tigres, etc. Assurez-vous également de profiter d’attractions qui n’enferment pas des animaux sauvages ou qui fournissent des conditions de vie décentes. En voyageant, méfiez-vous aussi de ce qui se trouve dans votre assiette et renseignez-vous sur les espèces en danger ou menacées. Si vous vous baignez, assurez-vous d’utiliser une crème solaire respectueuse des récifs coralliens, car certains produits chimiques présents dans la composition de certains écrans décolorent les coraux. Assurez-vous également de ne pas toucher, perturber ou distribuer de la nourriture aux animaux sauvages, car cela pourrait modifier leur comportement naturel et impacter leur instinct de survie. Et pour finir, lorsque vous effectuez des achats, assurez-vous que les souvenirs que vous emporterez avec vous n’aient pas été fabriqués avec des matières animales (carapace de tortue, ivoire, corail, etc.).

6. Participez à l’effort local

Si vous souhaitez participer à l’effort local, assurez-vous tout d’abord que votre contribution aura un impact positif sur la communauté. Tout d’abord, effectuez vos propres recherches sur toutes les activités bénévoles afin de s’assurez qu’elles soient éthiques. En plus de vous joindre à des groupes de ramassage de déchets, par exemple, vous pouvez faire des dons de matériel. Afin de vous renseignez sur les besoins des différentes destinations, visitez le site Pack for a purpose. Cela vous permettra d’apporter des fournitures adaptées et recherchées dans la région. Vous pouvez également soutenir financièrement des organisations à but non lucratif locales.

Il ne s’agit bien sûr que d’une liste non exhaustive de ce que vous pouvez faire pour devenir un touriste écoresponsable. Si les voyageurs prennent conscience de leur impact et appliquent ces quelques conseils, nous pourrons alors faire évoluer les mentalités.