Avec son agrégateur de l’ensemble de ses comptes bancaires, mais aussi de ses produits d’épargne, ses crédits, de son patrimoine immobilier revalorisé une fois par mois et son “coach” personnalisé, l’application gratuite Wishizz entend simplifier et rendre accessible au plus grand nombre la gestion de patrimoine. Nous avons rencontré sa fondatrice, Marie-Stéphanie Hess, une des rares femmes à ce niveau de responsabilité dans les FinTech en France. 

Pourquoi appeler une application de gestion de patrimoine Wishizz ? La question peut se poser tant cette application semble tenter une approche décalée – au moins en termes d’image – par rapport au monde feutré de la gestion de patrimoine : “Notre application est la contraction de nos deux grands axes de travaux, explique Marie-Stéphanie Hess, la directrice du développement de l’application. D’une part nous avons le suffixe -izz pour “easy”, avec cette idée de faciliter la gestion de patrimoine pour tout un chacun. D’autre part nous avons le terme “wish”, le souhait, car nous voulons rappeler que bien gérer son argent c’est pouvoir se lancer sur les projets de vos rêves.”


Wishizz est née d’un constat : le patrimoine des Français est une réalité complexe. Ils disposent de plusieurs comptes, possèdent de l’épargne salariale, se constituent un patrimoine immobilier… Ils ont besoin d’aide pour décrypter cette complexité, anticiper leurs projets futurs et soutenir leurs efforts d’épargne. Or rares sont ceux qui ont accès à un vrai service qui les accompagne dans la construction de leur épargne et les motive pour réussir leurs projets d’avenir. Wishizz est un outil de “family office” intelligent et qui, grâce à son algorithme propriétaire, coache la gestion patrimoniale de l’utilisateur. Grâce à des outils de « machine learning », le coach progresse en même temps que ses utilisateurs. 

L’application analyse en effet les revenus et les dépenses de l’utilisateur ainsi que les variations de la valeur de son patrimoine financier ou immobilier en temps réel. 

Faire fructifier son patrimoine

Application pour smartphone, Wishizz cible plutôt les jeunes cadres dynamiques de 35 ans : “C’est à cet âge-là que l’on commence à épargner et à se constituer un capital”, observe Mme Hess. Pour Sicavonline, prestataire de services d’investissements fondé en 1999 (et filiale du groupe d’assurance belge AGEAS) qui possède et a fondé l’application, Wishizz va aussi leur permettre d’étendre leur marché : “Sicavonline existe depuis 20 ans, explique Mme Hess, qui est arrivée dans l’entreprise en 2017. Nos clients commencent à vieillir. Et surtout, elle est très avertie en matière de gestion financière et d’investissements. Wishizz va nous permettre de viser une clientèle plus jeune.”

Wishizz, service entièrement gratuit, est aussi un produit d’appel pour Sicavonline : “L’idée est de pouvoir proposer à nos utilisateurs des offres de placement et d’investissement pour qu’ils fassent fructifier leur patrimoine. Et pour cela, nous les dirigerons vers les services de Sicavonline.” 

Une femme dans la FinTech

L’histoire de Wishizz, c’est aussi celle de Marie-Stéphanie Hess. Les femmes sont rares dans la Tech en France, et encore plus quand l’innovation a trait au domaine financier : “Mais il y en a ! J’en suis la preuve”, revendique-t-elle. Wishizz est aussi un outil, selon elle, qui facilitera l’émancipation des femmes en ce qui concerne la gestion du patrimoine. “Entre la vie professionnelle, celle d’épouse, et celle de mère de famille, souvent, les femmes ont peu de temps pour s’occuper de la gestion financière de leur foyer, analyse Mme Hess. C’est souvent le conjoint qui s’en occupe.”  

Est-ce qu’être une femme a été un obstacle dans son parcours, pour elle, qui, à 52 ans, a connu plus de dix postes différents, de directrice commerciale à directrice marketing, que ce soit chez General Electric, Carrefour ou JP Morgan ? “Non. Je ne me suis jamais posé la question”, assure-t-elle. Ayant travaillé pendant des années sur la relation-client, les seules questions qui se posent pour elle aujourd’hui, est de savoir comment développer cette application, et démocratiser la gestion de patrimoine privée.