Le 30 septembre, une nouvelle néobanque, Vybe, ouvrira ses portes digitales à une clientèle adolescente qui piaffe d’impatience de découvrir sa carte de crédit et les services qui lui sont liés. Pour Forbes, l’un de ses quatre fondateurs et CEO, Vincent Jouanne, explique en avant-première comment Vybe s’introduit sur ce marché émergent, et révèle les tenants et aboutissants de son business model.

Vous lancez une néobanque. Qu’est-ce qui la distingue des autres ?

Vincent Jouanne : Vybe est la néobanque de la Génération Z suivie par plus de 300 000 adolescents en France. Dès le début, en juillet 2019 nous avons mis en avant le fait de la co-créer avec cette génération. Aucune néobanque sur le marché ne comprend pleinement les besoins du parent et de l’adolescent en même temps. Les parents ont un besoin de contrôle et les ados celui de se sentir reconnus et impliqués. Ils ont trop longtemps été infantilisés par les banques traditionnelles. De plus, la communication faite par les banques et néobanques actuelles sur le marché font beaucoup penser à des parents essayant d’avoir l’air « djeuns ». Nous avons réussi à concilier ces deux exigences. D’un côté, nous comprenons les adolescents et échangeons constamment avec eux, nous avons réussi à créer une marque impactante suivie par plus de 54 000 personnes sur Instagram. De l’autre, nous comprenons les parents puisqu’ils ont accès aux réglages complets du compte et de la carte de l’adolescent : fréquence de dépenses, blocage des dépenses en ligne, accès aux dépenses effectuées, blocage de la carte à distance …

Votre force, c’est la manière très originale que vous avez de parler à votre communauté. Comment avez-vous mis au point ce marketing en phase avec les moins de 20 ans?

Vincent Jouanne : Les ados n’ont pas d’expérience avec la banque d’aujourd’hui, c’est le moment de les éduquer vers une autre idée du secteur bancaire. Chez Vybe, les clients s’appellent les Vybers, ils font partie d’une communauté, nous répondons à tous leurs messages, quels qu’ils soient. Ils sont écoutés, nous les faisons participer à la création de Vybe qui, on l’espère, restera leur banque toute leur vie. Nous avons également un Tik Tok sur lequel nous faisons régulièrement des vidéos. Certaines vidéos ont été visionnées plus de 300 000 fois. L’expérience de la banque telle que nous l’avons connue doit changer, nous ne devrions pas avoir peur de parler à notre banquier qui nous contacte souvent pour nous annoncer de mauvaises nouvelles. Nous voulons que Vybe soit bienveillant et sécurisant, pour que l’ado s’y sente bien et que le parent se sentent libre d’accompagner son adolescent comme il l’entend.

Vous êtes 4 associés de moins de trente ans. Votre âge vous a handicapés pour trouver des fonds ?

Vincent Jouanne : Notre âge n’a pas tellement été une question. Cependant nous avions de notre côté une très forte envie de nous entourer de personnes très expérimentées. C’est pourquoi en juin dernier nous avons annoncé une levée de fonds de 2.2M€ et la création d’un conseil de surveillance présidé par Ronan Le Moal (Ancien Directeur Général du Crédit Mutuel Arkéa) et composé d’experts du secteur bancaire et de l’entrepreneuriat : Sylvain Pignet (fondateur de la banque Ditto), Thibault Poutrel (ancien board member du groupe Ingénico), William Lévy (Expert en Fintech), Jonathan Benhamou et Clément Buyse (Fondateurs de PeopleDoc). Ce conseil nous aide constamment à construire le meilleur service financier possible sur le marché.

En quelques chiffres, quels sont vos objectifs en année 1 ?

Vincent Jouanne : Déjà, d’ici la fin de l’année, nous comptons avoir 30 000 cartes sur le marché au minimum. Par la suite nous ouvrirons à toute notre liste d’attente qui s’approche très rapidement des 200 000 précommandes de carte.

Votre business model est fondé sur le principe du cashback. Comment va-t-il fonctionner et qui seront vos partenaires ?

Vincent Jouanne : En effet, nous sommes aujourd’hui les seuls à être gratuits sur les marchés des néobanques pour ados. Nous pensons qu’accompagner les jeunes et les parents dans la formation à la gestion de l’argent ne devrait pas être un service payant. Nous nous rémunérons sur le cashback : les ados, en payant dans certaines enseignes, vont pouvoir récupérer une partie de ce qu’ils ont dépensé sur leur compte. Et nous prenons à ce moment-là une commission invisible pour l’utilisateur. Nous démarrons avec Eram, Deliveroo et plusieurs dizaines de marques que les adolescents nous ont demandé avec insistance depuis le début de Vybe.

Comment allez-vous garder les jeunes clients qui vous auront fait confiance quand ils deviendront adultes et qu’ils seront, soit étudiants, soit entrés dans le monde du travail ?

Vincent Jouanne : Vybe se concentre aujourd’hui sur les 13-17 ans mais nous allons très rapidement, d’ici 1 an, ouvrir d’autres services financiers pour que ceux qui deviennent majeurs ne manquent de rien. Les autres services financiers seront notamment du crédit étudiant, des assurances on-off etc. En étant agent prestataire de service de paiement, nous pouvons déjà recevoir les premiers salaires des adolescents lors par exemple d’un job d’été. Chaque adolescent va disposer d’un IBAN FR, d’un RIB, de tout ce dont il a besoin à moins de 18 ans. Nous allons continuer à faire évoluer les services avec lui pour être sûr qu’il ne manque de rien à tous les moments de son expérience client.

néobanque vybe

Comment lutter contre les grandes banques traditionnelles qui ont aussi leurs offres de comptes et cartes de crédit pour les lycéens ?

Vincent Jouanne : Encore une fois, nous savons entrer en dialogue avec cette « population » et nous connaissons leurs besoins. Cela nous donne un large avantage concurrentiel. Les banques traditionnelles n’ont pas forcément une bonne image auprès des jeunes : ouvrir un compte en agence, service client avec numéro surtaxé, opérations bancaires limitées via leur application mobile, phobie du banquier, être dans la même banque que papa-maman.

Nous avons la démarche inverse :

  • Ouverture de compte facile en ligne
  • Service client disponible en chat directement depuis l’app, email, réseaux sociaux avec une réponse en moins de 10 minutes.
  • Totale gestion du compte bancaire et sa carte via l’application mobile et maîtrise complète du compte par le parent
  • Marque forte et cool pour les adolescents

Bien sûr les acteurs traditionnels vont faire un effort et se mettre à niveau. La grande différence, c’est que tout ceci est inscrit dans l’ADN Vybe, nous ne faisons pas d’effort pour avoir ce niveau de service.