Le compartiment des métaux précieux est très haussier depuis le début de l’année 2018 et ce, malgré le fait que le marché des actions soit sur son plus haut. C’est une image d’Epinal que de continuer à enfermer le cours de l’Or dans la catégorie des actifs refuge, du moins de l’opposer à la dynamique générale des actifs risqués (les actions). Par contre, l’or et les précieux conservent ce statut vis-à-vis de l’état des relations internationales, tant commerciales que politiques et géopolitiques.

 

Quant à la dimension strictement boursière, il s’agit surtout d’un actif de diversification dans un marché où la rémunération du Crédit (le Crédit reste le premier marché financier du monde en stock de volume total) a chuté, c’est-à-dire les taux d’intérêt, du fait de la politique monétaire très accommodante menée par les grandes Banques Centrales.

La gestion d’actif classique, le portefeuille actions standard par exemple, ne peut pas (contrainte juridique) entrer en portefeuille de l’Or aux côtés des actions ; éventuellement des actions de mines d’or et encore la corrélation n’est pas évidente. L’achat et la vente purement financière de métaux précieux passent via les contrats futures, les contrats d’options, les ETFs et sont négociés par les gestionnaires de fond alternatifs pour l’essentiel. Ces « Money Managers » de Hedge Funds sont à l’origine des grandes tendances des métaux précieux pour lesquels l’offre et la demande « financière » est égale et/ou dépasse celle du marché physique, c’est le cas du métal jaune entre autres.

La Commodity Futures Trading Commission (CFTC, le régulateur boursier pour les contrats futures et options aux Etats-Unis) américaine rend publiques chaque vendredi soir les données de positionnement de plusieurs catégories de traders sur les contrats futures. La CFTC propose ainsi un suivi régulier de la position ouverte des gérants de fond sur le contrat future once d’Or, ce rapport permet donc de visualiser la tendance principale impulsée par les traders institutionnels, les mains fortes sur les marchés financiers.

Ce rapport COT (« Commitment Of Traders”) peut ensuite être représenté sous la forme d’un graphique que l’on peut comparer au graphique du cours de l’Or afin de s’assurer que la dynamique haussière en cours est portée par les mains fortes (les traders institutionnels détiennent la grande partie des capitaux).

Ci-dessous, deux graphiques vous sont proposés. Le premier est le rapport COT de l’once d’or sous la forme d’un histogramme qui couvre les derniers mois et où l’on peut constater que les gérants sont largement à l’achat sur le cours de l’Or. Le second graphique propose un historique comparé entre le cours de l’or et la position ouverte des institutionnels sur le contrat future Or. On peut constater que la tendance haussière du métal jaune est protée par les gérants alternatifs et que cette position ouverte nette acheteuse est sur son niveau record, bien plus que lorsque l’or était à 1900$.

La clef de la suite de la tendance est donc ici, il faut que les traders institutionnels maintiennent leur position globale à l’achat pour que les sommets historiques soient atteints ces prochains mois.

 

GRAPHIQUE 1 : POSITION OUVERTE DES TRADERS INSTITUTIONNELS SUR L’OR (source – CFTC)

 

GRAPHIQUE 2 : Cours de l’once d’Or juxtaposé aux positions des traders institutionnels depuis 15 ans – réalisé avec TradingView

<<< A lire également : 7 Choses À Faire En 2020 Pour Votre Argent >>>