Les contrats à terme sur le pétrole ont plongé à leur plus bas niveau historique alors que la demande de brut continue de chuter et que les réservoirs de stockage américains se remplissent, malgré un accord majeur entre l’OPEP et ses alliés visant à réduire la production mondiale à des niveaux records. Explications.

 

Faits marquants :

  • Le contrat de mai pour le West Texas Intermediate (la référence pour les prix du brut américain), qui expire mardi, a chuté de plus de 100% pour atteindre un prix négatif de – 6,75 dollars le baril lundi après-midi. Le contrat de juin a baissé d’environ 16%.

Pour mémoire un contrat sur le baril de WTI est un produit financier qui prévoit la livraison de barils de pétrole à un terme précis. Le contrat évolue tout au long de sa durée de validité. Les contrats avec livraison en mai expirait ce mardi, ce qui signifie que les détenteurs de ce papier devaient absolument trouver des acheteurs physiques avant sa date limite (lundi soir). Dans le cas contraire, “vous devez recevoir, physiquement, le pétrole que vous avez acheté” précisent les experts. A l’absence d’acheteur physique, le contrat s’est donc effondré en territoire négatif. Concrètement les vendeurs payent donc pour placer leurs barils.

  • Le brut Brent, la référence pour les prix mondiaux du pétrole, a baissé de 8%, pour s’établir à 25,83 dollars le baril.
  • L’une des raisons de l’écart de prix entre les deux références est le stockage, rapporte CNBC : Le prix du brut Brent est fixé au milieu de la mer du Nord, où le stockage des pétroliers est vaste et accessible, tandis que le stockage du pétrole WTI aux États-Unis est limité et enclavé, ce qui rend le transport relativement plus difficile.
  • Par conséquent, le Brent est plus éloigné du choc de la demande de coronavirus et les prix du WTI sont beaucoup plus sensibles à ce choc ; à mesure que la demande baisse, le stockage se remplit et les prix aux États-Unis réagissent plus rapidement.
  • Les analystes du secteur ont cité Cushing, en Oklahoma, comme preuve : il s’agit d’une plaque tournante majeure pour le commerce du pétrole aux États-Unis, et la capacité là-bas se remplit rapidement car les négociants se précipitent pour stocker le pétrole afin de pouvoir le vendre sur le marché à terme à un prix plus élevé.

 

Citation importante :

« La situation aux États-Unis est assez désastreuse », a déclaré Daniel Hynes, stratégiste principal des produits de base chez ANZ, à CNBC lundi matin. « De toute évidence, étant un marché relativement enclavé là-bas, nous constatons une réelle pression sur le stockage en raison de l’effondrement de la demande », a-t-il déclaré. « Sans aucun espoir, je suppose, au moins au cours du mois prochain, qu’on verra cette pression s’atténuer. Je pense que les prix vont rester sous pression ».

Chiffres importants :

Selon les données rapportées par CNBC la semaine dernière, les expéditions de pétrole saoudien vers les États-Unis ont déjà presque quadruplé depuis l’apparition du virus et le début de la guerre des prix. Les expéditions sont passées d’une moyenne de 366 000 barils par jour en février à 829 540 barils par jour en mars, pour atteindre 1,46 million de barils par jour au cours des deux premières semaines d’avril.

 

Contexte clé :

La semaine dernière, l’Arabie Saoudite et la Russie ont convenu de réduire leur production de pétrole de façon record après une guerre des prix qui a duré une semaine et qui a dévasté le marché pétrolier dans un contexte d’effondrement de la demande causé par le coronavirus. Il est toutefois peu probable que cet accord suffise à stabiliser le marché américain. « Il n’y a aucun accord réalisable qui pourrait réduire l’offre suffisamment pour compenser de telles pertes de demande à court terme », a averti la semaine dernière l’Agence internationale de l’énergie. L’agence prévoit que la chute des prix et le gonflement des stocks obligeront les producteurs américains à réduire considérablement leur production cette année ; en décembre, la production devrait être inférieure de 2 millions de barils par jour à celle de décembre 2019.

 

 

<<< À lire également : Voici À Quoi Ressemblera La Fin De L’Ère Du Pétrole >>>