Si un salarié souhaite connaître le montant net versé chaque mois sur son compte bancaire par son employeur ; ce dernier, lui, se pose deux questions : combien lui coûte réellement son salarié et combien coûte un bulletin de paie.

Une fiche de paie coûte entre 15 et 35 euros.

Sachant que le prix d’une fiche de paie varie entre 18 et 35 euros, il est très difficile pour un chef d’entreprise d’évaluer le bon tarif. Ce qui est sûr, c’est que multiplié par le nombre total de salariés, cela peut représenter une charge conséquente pour l’entreprise.

Pourquoi une fiche de paie coûte-t-elle si chère ?

Une fiche de paie coûte cher tout simplement car la paie est un métier technique nécessitant un véritable savoir-faire. Il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour éditer un bulletin, il faut être capable de vérifier chaque ligne de calcul, se tenir informé des nouveautés : les lois évoluent sans cesse. Il suffit de voir les décrets publiés ces derniers mois en raison de la crise sanitaire, obligeant les gestionnaires de paie à s’adapter à chaque période de paie, à gérer leur stress pour ne pas commettre d’erreur.

Cette compétence technique a un prix. Après tout, aucun patron ne veut voir défiler dans son bureau chaque mois des salariés mécontents ou pire être convoqué aux Prudhommes.

Il existe différentes conventions collectives

Chaque entreprise relève d’une convention collective avec ses spécificités propres. Le gestionnaire de paie doit les maîtriser et veiller à ce que chaque salarié reçoive un bulletin conforme à ce que prévoit la convention. Ainsi un salarié dépendant de la CCN Propreté n’aura pas la même fiche de paie qu’un salarié rattaché à la CCN HCR (Hôtels-Cafés-Restaurants). En effet, les modes de calcul peuvent s’avérer différent.

Faire la paie en interne

Peu de patrons de TPE/PME prennent le risque de réaliser les paies eux-mêmes ou d’embaucher une personne en interne. Ils préfèrent déléguer cette tâche à leur expert-comptable ou à un prestataire paie. Ceux-ci disposent des ressources aussi bien humaines (gestionnaire de paie) que matérielles (logiciel de paie) pour réaliser cette mission.

Certaines entreprises, dépassant la centaine de collaborateurs, décident d’embaucher en interne et choisissent un logiciel. Il en existe plusieurs tels que ADP, Sage, Cegid. Le coût salarial supplémentaire ainsi que les frais relatifs au logiciel sont souvent inférieurs au coût mensuel facturé par un cabinet d’expertise-comptable. Un autre avantage : le gestionnaire de paie dispose directement de tous les éléments variables de paie puisque c’est lui qui gère l’administration du personnel.

Un autre logiciel de paie existe : SILAE. Il demeure à ce jour le logiciel de paie le plus performant selon le palmarès du Monde du Chiffre mais aussi le plus onéreux : il est très facile d’utilisation et à jour en termes de législation. Aucune erreur possible sur le bulletin de paie à condition que le gestionnaire de paie ait bien paramétré le dossier. Encore une preuve que ce métier nécessite un véritable savoir-faire.

Seul hic : une entreprise ne peut pas en disposer à moins de passer par une entreprise d’externalisation de la paie. Il faut alors demander une mise à disposition du logiciel en mode paie autonome : votre gestionnaire en interne fera les bulletins directement sur le logiciel et vous paierez un montant par bulletin au prestataire calculé en tenant compte des frais du logiciel et de sa marge.

Des bulletins de paie pas cher ?

Il n’est pas rare de trouver sur internet des prestataires paie vous proposant des bulletins à partir de 7 euros. Cela ne signifie pas qu’ils n’aient pas les compétences en interne pour réaliser des bulletins aussi justes que ceux qui le facturent 18 euros. Le bulletin coûte 7 euros mais la DSN est facturée en plus ce qui revient souvent au même tarif. L’approche marketing est simplement différente. Il est judicieux de demander plusieurs devis.

Le prix de la tranquillité

Vous l’aurez compris, un bulletin de paie a un certain tarif qui s’explique non seulement par les frais du logiciel mais aussi par la compétence du gestionnaire de paie. Un logiciel à jour, un gestionnaire de paie avec de l’expérience, impliqué, ayant conscience de l’importance de faire de la veille sociale, seront pour vous la garantie de dormir sur vos deux oreilles. Ne dit-on pas que la tranquillité n’a pas de prix ?

<<< A lire également : assurer le traitement de la paie avec la paie accompagnée >>>