L’investisseur milliardaire Warren Buffett, qui avait admis début mai avoir fait une « erreur » en misant sur les compagnies aériennes, continue de vendre ses actions comme depuis le début de la pandémie de Covid-19. C’est ce que montrent les derniers documents de Berkshire Hathaway, son fonds d’investissement.

Pendant le ralentissement rencontré par les marchés à cause du coronavirus, Warren Buffett s’est fait plutôt discret. Plutôt que de faire des acquisitions « éléphantesques », il a réduit les participations de Berkshire Hathaway (se débarrassant surtout d’actions de banques et de compagnies aériennes), pour remplir sa trésorerie, qui s’élèverait désormais à 137 milliards de dollars.


Celui que l’on surnomme « l’oracle d’Omaha » a récemment vendu 84 % de sa participation dans Goldman Sachs, qu’il détenait depuis plusieurs années suite à son investissement de 5 milliards de dollars pendant la crise financière de 2008. La valeur des actions Goldman Sachs avait chuté de plus de 30 % au premier trimestre, raison pour laquelle Warren Buffet a réduit son investissement, qui ne s’élève plus désormais qu’à 330 millions de dollars.

Au premier trimestre, Berkshire Hathaway a également réduit de 3 % sa participation dans JPMorgan Chase & Co., une autre banque américaine. La société d’investissement a par ailleurs renoncé à ses actions Travelers (un géant de l’assurance de voyage) et Phillips 66 (une entreprise du secteur énergétique).

Ce n’est pas tout : Berkshire Hathaway a également diminué sa participation dans Amazon de 0,7 % au premier trimestre (cet investissement était plus récent que les autres, datant de 2019) après l’annonce de l’augmentation des coûts à venir pour le géant du e-commerce, conséquence de la pandémie de coronavirus.

Mais la société d’investissement a tout de même fait des petites transactions depuis le début du confinement : Warren Buffet a augmenté la participation de son conglomérat dans PNC Financial Services Group, une banque qui compte parmi les plus gros créanciers des États-Unis.

Pour rappel, Berkshire Hathaway a signalé d’importantes pertes au premier trimestre 2020, pour un montant de presque 50 milliards de dollars. La société d’investissement a par ailleurs vendu pour 6,5 milliards de dollars d’actions en avril dernier, pour n’en acheter que 426 millions pendant cette période. Warren Buffet concède : « Nous n’avons pas fait grand-chose au premier trimestre. Les liquidations dues au coronavirus en février et en mars ont laissé des séquelles sur nos activités ». La trésorerie de Berkshire Hathaway est passée de 125 milliards à 137,3 milliards de dollars, et l’oracle d’Omaha continue à chercher sa prochaine acquisition éléphantesque. Début mai, l’investisseur avait cédé ses participations dans quatre grandes compagnies aériennes américaines (United Airlines, American Airlines, Southwest Airlines et Delta Air Lines), qui valaient au total plus de 4 milliards de dollars.

Dans une déclaration similaire à celles adressées pour calmer les marchés pendant la crise financière de 2008 (où il avait encouragé les investisseurs à « acheter américain »), Warren Buffett a récemment annoncé qu’il était optimiste quant à la capacité de rebond de l’économie américaine après le coronavirus. Lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de Berkshire Hathaway, l’oracle d’Omaha a déclaré aux actionnaires : « Je reste convaincu… que rien ne peut simplement arrêter l’Amérique. En fin de compte, la solution est simple : ne pariez jamais contre l’Amérique ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Sergei Klebnikov

 

<<< À lire également : Warren Buffett Prend Ses Pertes Sur L’Aérien >>>