Le grand huit que suit le Bitcoin ne cesse de monter, et beaucoup de monde se demande quand il atteindra finalement son sommet et commencera à dévaler la pente, ou si son ascension continuera éternellement.

Samedi dernier, la valeur d’un Bitcoin a atteint 19 700 $ (16 700 €) sur Coinbase, ce qui est absolument remarquable pour cette cryptomonnaie qui s’échangeait à moins de 1 000 dollars (846 €) un an auparavant, et à moins de 8 000 $ ((6 778 €) trente jours plus tôt. En une semaine, sa valeur a augmenté de presque 35 %.


Pendant ce temps, tout le monde parle de bulle du Bitcoin qui serait sur le point d’exploser, et alors que son prix se rapproche du prochain seuil psychologique des 20 000 $, chacun se pose à nouveau la question de savoir si on a atteint le maximum ou pas.

Le Bitcoin est connu pour sa volatilité, mais tout le monde ne sait pas que sa valeur a déjà chuté plusieurs fois, alors qu’il n’était pas encore aussi médiatisé.

D’après le docteur Daniele Bianchi, professeur assistant de finances à la Warwick Business School, au Royaume-Uni, ces crashes étaient causés par quelques types d’événement bien définis : piratage, régulation, nouvelles technologies, et concurrence des autres cryptomonnaies.

Les observateurs des blockchains se souviennent probablement du tollé généré par le piratage du célèbre bureau de change Mt. Gox, qui a conduit à sa fermeture quelques années plus tard : à l’époque, ces deux événements ont provoqué une importante chute de la valeur du Bitcoin. Les régulations peu favorables de la Chine ont aussi diminué son prix au moins deux fois. Plus récemment, la proposition d’une partition du réseau Bitcoin l’a aussi affaibli, même si ça n’a pas duré longtemps.

« C’est assez simple : le risque principal pour le Bitcoin provient de facteurs externes, comme des interventions de régulation et des brèches de sécurité qui peuvent affaiblir la crédibilité de l’intégralité du protocole et son utilité en tant que méthode de paiement ou réserve de valeur », nous a expliqué M. Bianchi.

L’expert s’attend à ce que des monnaies concurrentes comme le Bitcoin Cash aient un effet sur le Bitcoin original qui capte aujourd’hui toute l’attention.

« La nature même du Bitcoin, en open source, le rend vulnérable à la concurrence, même si l’avantage du « premier arrivé » lui a pour l’instant donné une avance qui perdure », continue-t-il.

L’introduction récente de contrats à terme sur le Bitcoin ouvre également de nouvelles possibilités et de nouveaux scénarios qui rendent l’avenir de cet actif ou monnaie toujours plus incertain. Mais M. Bianchi fait remarquer que « cela va nécessairement conduire les législateurs et les investisseurs spécialisés à y porter davantage d’attention ».

Qu’en est-il de la bulle du Bitcoin ?

Même s’il affirme que la plupart des risques proviennent de facteurs externes, M. Bianchi estime que l’enthousiasme actuel pour le Bitcoin ne vient pas seulement de la spéculation, mais aussi de ce qu’il appelle « une professionnalisation accélérée des échanges en cryptomonnaies », et d’une confiance sous-jacente dans les technologies de blockchain.

Attention : ni M. Bianchi ni Forbes ne proposent de conseils d’investissement, et les effondrements de prix du Bitcoin par le passé ont eu lieu à cause d’événements imprévisibles. Pour le professeur, la légitimité croissante des cryptomonnaies devrait encore faire augmenter les prix à court et à moyen terme.

Assurez-vous de faire attention à ces événements imprévisibles qui ont tendance à finir par arriver.