Le Washington Post et le Guardian ont rapporté que des documents financiers, surnommés les « Pandora Papers », jetaient un nouvel éclairage sur les comptes offshore de certaines des personnes les plus riches du monde et révélaient que les États américains rivalisaient désormais avec les paradis fiscaux étrangers.

 

Principaux faits

  • Près de 12 millions de dossiers financiers provenant de 14 entités de services financiers auraient été obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation et examinés par 150 organismes de presse du monde entier, dont le Washington Post et le Guardian, qui auraient découvert un vaste réseau d’évasion fiscale.
  • Ces documents décriraient 29 000 comptes offshore, dont des comptes appartenant à plus de 130 membres de la liste Forbes des milliardaires, ainsi qu’à des centaines de fonctionnaires dans plus de 90 pays.
  • Parmi les principaux responsables gouvernementaux qui figureraient sur la liste figurent le roi Abdallah II de Jordanie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky et les dirigeants de la République dominicaine, de la République tchèque, du Monténégro, de l’Équateur, du Chili, des Émirats arabes unis et du Kenya.
  • Selon le Washington Post, l’un des Américains dont les avoirs sont « largement détaillés » dans les Pandora Papers est Robert F. Smith, un milliardaire du capital-investissement et la personne noire la plus riche du pays, qui a payé une amende de près de 140 millions de dollars l’année dernière pour ne pas avoir payé d’impôts sur des fonds offshore.
  • Les documents révèlent également comment les lois sur le secret fiscal dans des États comme le Dakota du Sud et le Nevada les aident à rivaliser avec les paradis fiscaux offshore en tant que biens immobiliers de choix pour les riches étrangers qui cherchent à dissimuler et à protéger leurs actifs.

 

Le contexte

Les deux médias suggèrent que cette nouvelle série de documents s’appuie sur les Panama Papers, une fuite de données de 2016 sur les avoirs offshore qui a conduit les dirigeants de l’Islande et du Pakistan à démissionner, mais qu’elle est beaucoup plus importante.

 

Citation importante

« Mon gouvernement va enquêter sur tous nos citoyens mentionnés dans les Pandora Papers et si un quelconque acte répréhensible est établi, nous prendrons les mesures appropriées. J’appelle la communauté internationale à traiter cette grave injustice comme une crise similaire à celle du changement climatique », a tweeté le Premier ministre pakistanais Imran Khan.

 

Ce qu’il faut surveiller

Le Washington Post a annoncé son intention de publier huit articles sur les « Pandora Papers », notamment des articles consacrés au roi Abdallah II et au président russe Vladimir Poutine, ainsi que des articles sur les paradis fiscaux américains.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 

<<< À lire également : Pandora Papers : D’importants dirigeants mondiaux mis en cause >>>