En hommage à Margaret Hamilton, les Margaret, prix imaginés par la Journée de la Femme Digitale (JFD) récompensent des femmes entrepreneures et intrapreneures. Pour cette édition 2018, Lucie Basch, fondatrice de l’application To Good To Go, reçoit le prix Margaret dans la catégorie Entrepreneure. Siham Laux est récompensée pour son projet d’intrapreneuriat Ô Fil Des Voisins, une plate-forme dédiée à l’habitat participatif. Nouveauté cette année, Céline Bardet reçoit le prix spécial du jury avec une application destinée aux personnes victimes de viol de guerre.

Margaret Intrapreneure

Le prix de l’intrapreneure revient à Siham Laux pour son projet Ô Fil Des Voisins, une plate-forme en ligne dédiée à l’habitat participatif. « L’habitat participatif regroupe des particuliers qui choisissent de mettre en commun une pièce. Nous recevons beaucoup de demandes pour mutualiser une buanderie, une chambre d’amis ou un lieu extérieur et parfois un atelier de bricolage ou de vélo», explique-t-elle. En plus de réduire les coûts, cette démarche offre de nouvelles perceptives de vie commune. Pour ce faire, des personnes souhaitant mettre une pièce en commun se réunissent sur la plateforme, puis se rassemblent pour mettre au point un projet commun. Une fois le terrain acheté, la construction du bien prend forme. Les familles rassemblées ne se connaissent pas avant la construction du bien. L’équipe d’Ô Fil Des Voisins a tenu à assurer la communication entre les membres.  « Par exemple, Nöel est une période qui peut être délicate pour les familles. S’il y a une chambre commune, chacun va chercher à en disposer durant les fêtes. » Pour éviter que la vie en communauté ne vire au cauchemar, Siham Laux et son équipe ont mis en place un service d’auto-formation, destiné à résoudre les conflits au sein de l’habitat. 

Siham Laux, créatrice d’Ô Fil Des Voisins @dimicology

Un an en arrière, le projet est validé en interne par son employeur qui n’est autre que La Poste. « J’ai trouvé le programme d’intrapreneuriat très bien fait. » Son projet prend forme en 2016. La Poste regroupe plusieurs services, le grand brassage des métiers qu’il en résulte à été très bénéfique à l’équipe. Inutile pour elle et son associé de passer par un cabinet d’avocat coûteux lorsqu’ils ont eu besoin de quelques conseils sur la partie immobilière. Les juristes de La Poste se sont mobilisés pour soutenir leur projet. Siham Laux garde de très bons souvenirs de son incubation et de l’accélération qui a suivi « Le tuteur a était très facilitant », se souvient-elle. « Mon associé, qui s’occupe de toute la partie technique et moi-même, nous avons pu nous investir à 100% dans notre projet, tout en étant rémunérés. » explique la PDG d’Ô Fil Des Voisins.

Margaret Entrepreneure

Une autre Margaret a souhaité elle aussi donner une dimension plus sociale et écologique au monde qui l’entoure. Lucie Basch s’est engagée contre le gaspillage alimentaire en créant l’application Too Good To Go en 2016. Anciennement ingénieure chez Nestlé, elle travaille dans un environnement où le gaspillage fait partie intégrante du processus de fabrication. Le processus absurde de production la pousse à chercher une manière de réduire le gaspillage alimentaire. Son application To Good To Go compte maintenant 3 000 commerçants à travers la France et cumule un million d’utilisateurs. « C’est ce qui nous fait dire qu’une personne sur 70 utilise l’application », explique-t-elle.

Elle lance son application en juin 2016. D’abord présente sur Paris puis maintenant à Lille, l’application permet aux commerçants de signaler les invendus aux utilisateurs de l’application. Pour une somme modique (entre 2 et 4 euros, dont un euro est reversé à l’application), les personnes peuvent acheter des produits de qualité et les sauver de la poubelle. « Au début, les commerçants ont eu quelques réticences. » Si certains ont été vite convaincus, compte tenu de la fraîcheur de leur produit, d’autres ont eu plus de difficulté à accepter le concept. « ça demande un peu d’organisation de leur côté, mais la plupart participent avec plaisir », nous explique Lucie Basch.

Prix spécial du Jury

Céline Bardet était initialement en lice pour le prix de la Margaret Entrepreneure. Le prix est attribué à Lucie Basch et à sa lutte contre le gaspillage, mais Céline Bardet marque les esprits du jury. Cette avocate de formation fonde une ONG, We Are Not Weapons Of War, pour alerter sur la situation des femmes violées. Son application Back Up donne la possibilité aux femmes victimes de viols de guerre de le signaler. Etrangère à l’entrepreneuriat et à la technologie, elle évoque un sujet dont les médias s’emparent rarement en France. « Le sujet est bien plus évoqué par la presse anglo-saxonne », remarque-t-elle. Souvent planifié à très haut niveau, avec l’importation de caisses de Viagra ou de drogues de synthèse, le viol utilisé comme arme de guerre touche de nombreuses femmes. Sans pour autant que le sujet soit évoqué au sein des familles.

L’application, traduite dans toutes les langues avec l’option d’utiliser des pictogrammes, permet d’entrer les données, le lieu ainsi que d’envoyer des photos des blessures subies. Si les lésions sont jugées trop graves, un médecin est envoyé sur les lieux ou peut prendre contact avec la personne pour lui indiquer la marche à suivre. Une fois ces informations rentrées, elles s’effacent automatiquement du portable de la propriétaire, garantissant ainsi sa sécurité. Back Up est possible grâce à la blockchain, ce qui rend infalsifiables les données entrées. « Si plus tard une femme veut porter plainte, les données peuvent servir de preuves », explique Céline Bardet. Simple d’utilisation, la popularité de Back Up se fait par le bouche-à-oreille dans trois pays : la Birmanie, la Libye et en République Centrafricaine. Les locaux se font passer le mot et les associations sensibilisent les populations sur place. 

La créatrice de l’application est en discussion avec Orange qui propose d’intégrer l’application sur tous ses portables. Cet opérateur étant très présent sur le continent africain, il faciliterait l’accès à l’application aux personnes victimes d’agressions sexuelles. S’inspirant du baromètre de la corruption, Céline Bardet se servira des données récoltées pour publier un Baromètre annuel du viol de guerre des pays en mars 2019.