A seulement une heure au nord de Paris, le patrimoine culturel lié à l’Impressionnisme se découvre à Auvers-sur-Oise, unique ville d’Ile de France (hormis Paris) réunissant trois Maisons des Illustres : celle du Docteur Gachet, la Maison-Atelier Boggio et la Maison-Atelier Charles François Daubigny. 

L’Auberge Ravoux, dite Maison de Vincent Van Gogh


Véritable carte postale en noir et blanc d’un café du 19ème siècle, nous avons l’impression, en poussant la porte, que nous allons y croiser Vincent Van Gogh et ses amis. L’auberge, qui fut le dernier domicile de Vincent van Gogh (1853-1890), abrite encore la chambre de l’artiste dans une atmosphère d’intimité et d’émotion. 

Atelier D’Aubigny, le premier foyer artistique d’Auvers-sur- Oise

Un peu plus loin, nos pas nous conduisent vers la Maison – Atelier de Charles François Daubigny où il s’installe en 1861. Aujourd’hui, les exceptionnels décors qui ornent les murs de cette maison-atelier peints par Daubigny père et ses enfants, mais aussi par Corot, Daumier ou encore Oudinot, témoignent du bonheur familial et de l’effervescence artistique de cette époque. Surnommé le peintre de l’eau, il savait mettre cet élément en valeur dans ses oeuvres. Grâce au « Botin », le premier bateau-atelier, il a pu aller peindre sur le motif, pouvant se positionner dans des endroits inaccessibles à pied.

La Maison du Docteur Gachet présente l’exposition « Melancholia »

Médecin, membre de sociétés savantes, peintre amateur et graveur, Paul Ferdinand Gachet achète une maison à Auvers-sur-Oise en 1872. Il y installe une presse sur laquelle il dessine et grave en compagnie de Cézanne, Pissarro et Guillaumin. Spécialiste de la la mélancolie, c’est dans cette maison qu’en 1890, à la demande de Pissarro, le docteur Gachet reçoit Vincent van Gogh à son arrivée à Auvers et l’entoure de ses conseils. L’exposition s’attache à présenter les différents traitements ainsi que les représentations de la « maladie du siècle » grâce à des œuvres d’artistes amis tels que Van Gogh, Charles Méryon, André Gill.

Atelier d’Emile Boggio, peintre postimpressionniste et photographe

Après un voyage de 3 ans en Italie avec son ami le peintre Henri Martin, Emile Boggio s’installe à Auvers-sur-Oise en 1910, dans un ancien corps de ferme transformé en maison-atelier où il peindra plus de 400 tableaux. Xavier Boggio, peintre et sculpteur, arrière petit-neveu, veille sur ce lieu avec passion, dans lequel il vit et travaille. A voir encore, le jardin qui a gardé son caractère d’antan, mi-potager, mi-paysagé. Un lieu de rêverie bucolique…

Château d’Auvers, entre patrimoine et expérience impressionniste

Depuis sa réouverture en octobre 2017, le château abrite un parcours immersif intitulé « Vision Impressionniste, Naissance et Descendance » ; une nouvelle façon de voir et d’appréhender la peinture. Depuis sa naissance dans la peinture anglaise du XIXème siècle jusqu’à ses influences sur l’art abstrait du XXème siècle, l’histoire de la peinture impressionniste est contée par le comédien Jacques Gamblin au fil de 8 espaces.

Par Hélène Feltin
 
Mon avis :
Une excursion facile en voiture ou en train pour une plongée dans l’impressionnisme mais pas que … Auvers-sur-Oise promet, c’est une immersion dans l’intemporalité et le pittoresque d’un lieu chargé d’histoire à seulement 30km de Paris. Pensez à réserver vos billets ! Et votre table au nouveau restaurant Le Nymphée où le Chef Cédric Barbetpropose une carte riche en saveurs et en couleurs.  Enfin, pour les plus téméraires, faites un détour par le Musée de l’Absinthe où dégustation et une collection unique et authentique d’objets vous attendent.
 
 

Le luxe vous intéresse ? Abonnez-vous à notre newsletter www.luxe-magazine.com et suivez-nous sur les réseaux sociaux ! InstagramFacebookTwitter et Linkedin.