Équitation, boxe, ligne de vêtements, agence de communication… Les entrepreneures à suivre dans le monde du sport sont touche-à-tout et n’ont pas peur de se lancer dans un monde majoritairement masculin.

 

Sarah Ourahmoune, Boxer Inside et Jungle Fights


 

À 35 ans, la vice-championne olympique aux JO de Rio est la boxeuse française la plus titrée, 10 fois championne de France, championne du Monde en 2008 et multiple médaillée européenne. En 2013, elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat avec Boxer Inside, qui utilise la boxe comme outil de développement autour d’ateliers, de séminaires et de coaching pour les entreprises. Puis, plus récemment avec Jungle Fights, des gants de boxe connectés pour améliorer ses performances. Sarah Ourahmoune a été sélectionnée pour faire partie de la première saison des Sprinteuses, un programme de pré-incubation crée par Le Tremplin, incubateur dédié au sport et Paris Pionnières, incubateur féminin.

 

Laetitia Pingel et Clémence Fabre, Révèle

 

 

Quand elles étaient étudiantes, Laetitia Pingel et Clémence Fabre faisaient partie de l’équipe de rugby d’HEC. Leur tenue de sport ? Des produits empruntés au rayon homme, voire enfant. De là est née l’idée de Révèle : une marque de vêtements de sport dédiés aux femmes pour les sports de contact ou de combat (rugby, boxe, roller derby…). Au menu, brassières renforcées pour protéger la poitrine, sous-shorts, leggings adaptés aux formes féminines… Après beaucoup de recherche & développement, leurs produits sont actuellement en pré-commande via une campagne de crowdfunding sur indiegogo.

 

Gaelle Frizon de Lamotte, Oly Be

 

 

Ancienne marketeuse chez Philips, Gaelle Frizon de Lamotte a fondé OLY Be il y a un peu plus d’un an. Le site surnommé « le Airbnb du yoga » propose des cours de yoga, méditation et pilates entre voisins, chez des particuliers ou des cours collectifs dans des espaces de co-working ou des hôtels. Son créneau ? Des prix attractifs, entre 8 et 20 € pour proposer « des activités adaptées aux envies et aux styles de vie de chacun pour les installer dans une routine durable », précise-t-elle. La plateforme a été pré-incubée l’année dernière chez Les Sprinteuses.

 

Linda Ait Bouzid, Meet & Sweat

 

 

En créant Meet & Sweat qui a fait partie de la première saison des Sprinteuses également, Linda Ait Bouzid et son associé Karim Yamego ont inventé le concept de « sweatworking », transpirer et networker. Pendant l’année 2016, ils ont organisé des événements sur cette thématique. « En tenue de sport, tout le monde est au même niveau, les barrières tombent et la timidité s’envole », révèle-t-elle. Des questionnaires remplis par les participants permettent de connaître leurs besoins (recrutement, réseau…) et ce qu’ils peuvent proposer pour les faire matcher. Une application, prévue pour début avril 2017, viendra renforcer le dispositif pour créer une «  communauté qui souhaite faire du sport et élargir son réseau professionnel ». Pour l’instant, sont concernés Paris et la région parisienne mais les jeunes entrepreneurs veulent s’étendra à tout le pays plus tard.

 

Chloé Pasquet, Zippypass

 

 

À l’origine, en 2013, Chloé Pasquet et son mari Nicolas ont crée Zippyguide, un guide des salles de sport basé sur un système de commission qui n’était pas forcément viable économiquement. En juin 2015, ils ont modifié leur business modèle pour aboutir à Zippypass, un système de pass illimité pour faire du sport chez plus de 200 partenaires à Paris et en région parisienne (salles de sport, Cross’ Fit, studio de yoga…). Leur ambition ? « Devenir une option incontournable dans le sport à Paris ». Ils ont également racheté le site masalledesport qui concerne la France entière.

 

Raphaele Leyendecker Fabbri, Horsee

 

 

Raphaele Leyendecker Fabbri est une cavalière professionnelle, et ancienne juriste d’entreprise. Elle a été vice-championne de France jeune senior en saut d’obstacles et plusieurs fois en équipe de France. Début 2013, elle a cofondé Agrenergy. Deux ans après, elle veut « allier passion et profession avec un outil permettant de trouver le meilleur endroit pour faire du cheval autour de soi » : Horsee. Le site, qui compte 12 000 cavaliers membres, est une plateforme de réservation en ligne de cours équestres (ainsi que des stages et des vacances équestres). Le projet est incubé au Tremplin depuis juillet 2016, sa fondatrice est la seule femme de la première promotion.

 

Lucile Woodward

 

 

Si son visage vous parait familier, ne cherchez plus, c’est normal. Lucile Woodward a été chroniqueuse pour l’émission Les Maternelles, TF1 et a produit des vidéos de remises en forme. Aujourd’hui, elle s’est tournée vers « des vrais gens dans la vraie vie » et a su notamment fédérer une communauté autour du bien-être et du sport avec plus de 115 000 abonnés sur Instagram, notamment grâce à sa web série dans laquelle elle coache 5 personnes sur une année entière. Elle a aussi développé des programmes de nutrition en vente sur son site.

 

Céline Jobert, La Fourmi

 

 

Début 2008, quand Céline Jobert cofonde l’agence La Fourmi avec son associé Thibaut Cornet, rien de la prédestinait à se spécialiser dans le sport. Tous les deux venaient d’agences plutôt généralistes et voulaient plutôt cibler les PME. Aujourd’hui, leur agence de communication « développe l’audience et les revenus des acteurs de l’économie du sport business », clarifie-t-elle. Leur équipe de 35 collaborateurs est derrière la campagne « Fiers d’être Bleus » pour soutenir l’équipe de France de foot pour l’Euro 2016 ou encore « Phénoménal hand-ball » lors des championnats du monde en janvier 2017.