EXCLUSIF // Directement ou indirectement, la pandémie a insufflé un regain d’esprit d’entreprise. Dans un article exclusif pour Forbes, Kamala Harris, la première femme noire et asiatique à accéder à la vice-présidence des États-Unis, partage ses idées sur la manière dont chacun peut tirer parti de ce moment pour poursuivre le rêve américain.

 

Je me trouvais à Oakland lorsque le tremblement de terre de Loma Prieta en 1989 a fait s’effondrer une portion du Bay Bridge. Les dirigeants de l’époque ont alors eu deux choix : restaurer ce pont tel qu’il était ou réévaluer sa structure et renforcer son système de soutien pour qu’il résiste aux chocs futurs. Ils ont choisi la seconde solution.
Alors que nous sortons peu à peu de la pandémie, notre nation [les États-Unis, NDLR] doit faire le même choix, pour notre économie et pour nos entreprises, notamment les petites entreprises et les jeunes pousses.
La pandémie a mis en évidence les failles et les fissures de notre économie. Une petite entreprise sur trois a mis la clef sous la porte. Près de deux millions de femmes ont dû quitter le marché du travail. Et des millions de familles ont rencontré des difficultés pour acheter de la nourriture et payer leur loyer.
Désormais, plutôt que réparer, nous devons réinventer. Après avoir versé 60 milliards de dollars d’aides aux petites entreprises, nous devons nous efforcer d’élargir l’accès aux capitaux et de supprimer les autres obstacles à la réussite des entrepreneurs dans tout le pays.
Parlons dans un premier temps du capital. J’ai récemment rencontré Lorena Cantarovici, propriétaire d’une entreprise d’empanadas artisanales dans le Colorado. Comme tant d’autres personnes, Lorena a créé son entreprise, qui se trouve dans sa propre cuisine. Lorsqu’elle a tenté d’obtenir un prêt pour développer son activité, les banques qu’elle a contactées lui ont répondu qu’elle n’était, selon leurs termes, « pas solvable ». À force de travail, elle leur a prouvé le contraire. Depuis, son entreprise s’est développée et elle a recruté de nombreuses personnes.


« Pour les femmes entrepreneurs, et pour tous les entrepreneurs, la pandémie a mis en évidence l’importance des infrastructures de garde d’enfants de notre pays. »

Kamala Harris, vice-présidente des États-Unis


Lorsque je siégeais au Sénat des États-Unis, j’ai travaillé pour obtenir 12 milliards de dollars supplémentaires pour les bailleurs de fonds communautaires. Aujourd’hui, nous nous efforçons de tirer parti de cet investissement. Ensemble, nous devons aider chaque entrepreneur américain à obtenir le capital dont il a besoin pour réaliser son projet.
Toutefois, il existe d’autres obstacles à la réussite. Danielle Romanetti possède une petite boutique de laine en Virginie. Je lui ai rendu visite, ainsi qu’à plusieurs de ses employés, il y a quelques mois. Ils m’ont confié que pendant la pandémie il était hautement difficile pour les femmes chefs d’entreprises de se passer de services de garde d’enfants. Certaines d’entre elles ont même dû livrer des clients avec leurs enfants dans la voiture. D’autres ont dû amener leurs enfants sur leur lieu de travail.
Pour les femmes entrepreneurs, et pour tous les entrepreneurs, la pandémie a mis en évidence l’importance des infrastructures de garde d’enfants de notre pays.
Pour beaucoup, la garde d’enfants représente le moyen le plus efficace pour créer son entreprise. C’est la raison pour laquelle, alors que nous travaillons à l’amélioration des routes pour le transport de marchandises, à la modernisation des transports en commun pour les consommateurs et à la garantie d’un accès internet haut débit abordable et accessible, le président Joe Biden et moi-même travaillons également à garantir l’accès à des services de garde d’enfants abordables et accessibles.
Face à l’impensable, les entrepreneurs américains ont fait le choix de réinventer leurs activités. Les magasins, comme celui de Danielle, ont dû rapidement se tourner vers le commerce en ligne pour conserver leur clientèle, en tirant parti d’une demande qui va probablement perdurer. Les restaurants, comme celui de Lorena, ont dû créer des espaces extérieurs pour accueillir et garder leurs clients. Pendant ce temps, des innovateurs de tous types ont créé de nouveaux produits adaptés à la période actuelle.
Aujourd’hui, notre nation doit réinventer son économie, afin que chaque entrepreneur américain puisse lancer et développer son entreprise. C’est en se réinventant que nous resterons compétitifs et que nous sortirons de cette pandémie plus forts qu’avant.

 

Pour suivre l’actualité de Kamala Harris, rendez-vous sur son compte Twitter et sur son site internet.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Kamala Harris

<<< À lire également : USA “Spéciale Investiture” | Kamala Harris en cinq citations devenues cultes