La Silicon Valley a souvent été raillée pour sa tristement célèbre culture de « Brotopia ». Mais des changements culturels majeurs sont en train de la conduire vers une ère de Femtopia. Le terme Brotopia englobe une culture d’un entre-soi masculin machiste (souvent déguisé en « méritocratie ») amplifiée par certaines start-up de la Silicon Valley. Il apparaît que Femtopia en est l’exact opposé.

Des générations de femmes instruites, ingénieuses et stables financièrement, hautement qualifiées et sûres d’elles prennent maintenant les rênes en tant que chefs d’entreprise et transforment leur rôle de consommatrices. Cela représente une opportunité majeure pour les start-up comme pour les investisseurs.


C’est lors du Y Combinator Demo Day qu’une contributrice de Forbes, Sara Deshpande, a entendu parler pour la première fois de Carrot Fertility. Carrot travaille avec des employeurs de moyennes et grandes entreprises pour fournir des avantages en matière de fertilité à leurs employées. Il est évident que la fertilité est un secteur en pleine expansion. On entend de plus en plus parler des processus de congélation des ovocytes et de nouvelles start-up émergentes telles que Modern Fertility, Future Family et bien d’autres.

Mais il ne s’agit pas seulement de fertilité. L’investissement des entreprises dans Carrot est un résultat direct d’une tendance beaucoup plus large au sein de la Silicon Valley : un véritable raz-de-marée d’indépendance financière et professionnelle des femmes ou, autrement dit, le boom de Femtopia. Ce bouleversement aura certainement des conséquences financières, culturelles et démographiques importantes.

L’avènement de Femtopia est enraciné dans des changements majeurs dans la famille, l’éducation, et la finance.

Famille : Les femmes se marient plus tard, ou choisissent même de ne pas se marier du tout.

Pendant 100 ans, l’âge du premier mariage pour les femmes n’a pas évolué de façon significative, oscillant entre 20 ans et 22 ans. Puis, au cours des 40 dernières années, il est passé tout à coup de 22 à 27 ans. Par conséquent, il y a 10 ans, pour la première fois de l’histoire, il y avait plus de femmes célibataires que de femmes mariées aux États-Unis. Ce déséquilibre continue de s’accentuer, le pourcentage de femmes célibataires augmentant petit à petit chaque année, comme l’explique plus en détails le livre de Jane Costello publié en 2016, « All The Single Ladies ». L’âge auquel les femmes ont leur premier enfant augmente de façon similaire, résultant en une croissance dans le secteur des traitements pour la fertilité. La structure traditionnelle de la famille américaine s’en trouve également affectée de différentes manières : comme les gens se marient plus tard, on assiste à un nombre croissant de mariages interreligieux, l’un des facteurs conduisant à un déclin général de la religion. Bien que la religion fût par le passé l’un des piliers de nombreuses familles, ce réseau de soutien communautaire se relâche, et les familles doivent maintenant satisfaire ce besoin par d’autres moyens.

Éducation : Les femmes sont le genre le plus éduqué, et l’écart continue de se creuser.

En 2015, il y avait plus de deux millions de femmes de plus que d’hommes inscrits dans les programmes de licence. Les femmes représentent aussi la majorité des étudiants tous niveaux confondus. Cette poursuite d’études supérieures, et les opportunités d’emploi auxquelles elle conduit, ont souvent pour conséquence l’exode des femmes loin de leurs familles et de leurs villes d’origine. Les femmes sont plus mobiles que jamais, changeant aisément de ville dans la poursuite de meilleures carrières, et ont besoin de reconstruire leurs réseaux dans le processus. Tandis que de plus en plus de femmes endossent le rôle de « pourvoyeuse » dans leur famille, on les voit attendre davantage de leurs partenaires de vie, recherchant des compagnons étant leurs égaux sur le plan financier et de l’instruction, en plus de contribuer à la tenue du foyer.

Finances : Les femmes font preuve de plus de dextérité financière, et possède souvent leur propre base financière avant le mariage.

Près de la moitié de la main-d’œuvre américaine est composée de femmes aujourd’hui, contre seulement un tiers en 1950. Cette augmentation de revenus, couplée au délai du mariage, a conduit les femmes à devenir propriétaires de plus en plus souvent. Les femmes célibataires représentent 17 % des acheteurs immobiliers aux États-Unis, tandis que les hommes en représentent seulement 7 %. C’est un phénomène qui concerne plusieurs générations : les femmes célibataires de plus de 55 ans sont l’un des segments démographiques d’acheteurs immobiliers à la croissance la plus rapide. En outre, 71,5 % des mères d’enfants âgés de moins de 18 ans font partie de la population active – employées à plein-temps, à mi-temps, ou en recherche d’emploi. Ce pourcentage est en augmentation, et même supérieur dans les zones autres que les villes côtières typiques, telles que le Midwest et les Grandes Plaines.

Ces bouleversements dans la famille, dans l’éducation et dans les finances ouvriront la voie à de nouvelles opportunités dans tous les secteurs. Il y a eu une hausse dans les activités « femtech » des start-up, un terme utilisé pour décrire la technologie orientée vers la santé des femmes. C’est un domaine intéressant et un important résultat de l’essor de Femtopia – mais ce n’est en aucun cas le seul.

Quelles sont les nouvelles opportunités concernant l’entreprise, l’investissement, ou la clientèle émergeant à présent grâce à Femtopia ? En voici quelques-unes à retenir :

Communication et socialisation : il existe un éventail de nouveaux besoins sociaux et de communauté pour les femmes de tous âges et stades de vie (célibataires, jeunes mères, plus de 55 ans, etc.). Cela représente une réelle opportunité pour les nouveaux réseaux sociaux ou les communautés en ligne.

Finances : les besoins financiers des femmes célibataires, des couples à deux revenus, ou des individus possédant une base financière avant le mariage sont différent de ceux du paradigme historique du mari pourvoyeur. De nombreux domaine de la fintech sont très ouverts à de nouveaux produits pour tous ces segments de clientèle.

Services de haute technologie : il existe beaucoup de tâches traditionnellement effectuées par un mari, une mère au foyer, ou d’autres membres de la famille – des chose comme le ménage, la gestion des repas, et le transport des enfants. Quand de moins en moins de familles s’appuient sur ces structures traditionnelles, de nouvelles entreprises peuvent prendre le relais.

Efficacité : grâce à l’arrivée à l’âge adulte des millenials et de la génération Z qui apprécient l’efficacité, il y aura toujours plus de place pour de nouvelles solutions technologiques qui font gagner du temps, augmentent les revenus et allègent le quotidien des femmes. Une nouvelle catégorie de technologie rendant la vie plus facile pour les femmes fera son apparition.

Une cliente transformée : les femmes ont traditionnellement été vues comme la passerelle vers les achats domestiques, contrôlant les dépenses de consommation pour le foyer. Puisque la phase « célibataire » de leur vie augmente, les femmes accumulent plus de fortune personnelle, et elles peuvent également dépenser plus pour elles-mêmes.

L’essor des initiatives telles que All Raise et des mouvements comme #MeToo sont d’autres preuves de ces tendances. Tandis que les femmes continuent d’avancer financièrement, personnellement, et professionnellement, nous entrons collectivement dans l’ère de Femtopia. Les femmes constituent une clientèle de plus en plus puissante, et les entrepreneurs et les investisseurs qui feront face à ces grandes tendances démographiques pourront faire des profits considérables. Espérons que les femmes feront en sorte de prendre leur part du gâteau.