La France a dépassé le seuil des 100 000 décès attribués au Covid-19, en quatorze mois. Un bilan difficile à évaluer dans le détail même si les données de Santé publique France permettent de dresser une forme de panorama de l’épidémie : le nombre de cas positifs versus le nombre de décès avec un ratio différent par pays. Explications.

 

Un décès toutes les six minutes en France

Un cap douloureux… depuis le premier mort du Covid-19 en France, un octogénaire chinois, originaire de la province de Hubei qui avait été admis en réanimation à l’hôpital Bichat à Paris. Son décès annoncé le 15 mars 2020 par la ministre de la Santé Agnès Buzyn était le premier d’une triste série : le seuil des 100 000 décès en France a été franchi hier ce jeudi 15 avril, selon le décompte quotidien effectué par Santé publique France. A l’occasion de ce seuil symbolique franchi, un bilan plus général montre que les États-Unis ont été les plus affectés par la mortalité du virus 563 857 décès, suivis du Brésil avec 361 884 morts ; l’Inde 158.189 morts ; le Mexique, 192.488 morts ; et le Royaume-Uni, 124.987 morts. Des données qui doivent néanmoins être rapportées à la population respective de chaque pays avant de tirer des conclusions sur la proportion des décès. Plusieurs méthodologies sont utilisées pour mesurer le bilan humain de l’épidémie : le décompte du nombre de décès en lien avec l’épidémie à l’hôpital qui est communiqué par la Santé publique France. Celui des décès survenus dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et autres établissements médico-sociaux. Mais également L’étude des certificats de décès qui permet de palier au problème de comptabilité des décès à domicile.

 

 

Où meurt-on le plus du Covid ?

Les données de Santé publique France permettent également de dresser un ratio sous forme de pourcentage du nombre décès par rapport à celui des cas positifs déclarés. Ainsi le pourcentage de taux de décès en France (5 249 622 cas positifs  et 100 075 décès ) se situe à 1,91 % plus élevé que celui des Etats-Unis (3 1441 832 cas positifs et  563  857 décès) qui est de 1,79%et  pourtant largement touché par l’épidémie, mais moins élevé que le Brésil ( 13 673 507 cas positifs et 361 884 décès ) qui est de 2,65% ou encore le Royaume-Uni ( 4 378 305 cas positifs et 127 161 décès) à 2,90 %. Le pays le plus rassurant étant le Danemark qui affiche un petit 1,04 %. Un calcul néanmoins biaisé par de nombreuses inconnues comme c’est le cas de certains pays où de nombreuses personnes décédées ne sont jamais passées par l’hôpital et n’ont pas été répertoriées comme atteintes du Covid.

 

Des morts (80.000) du Covid auxquels l’Allemagne a rendu hier un hommage national hier pour exhorter le pays à l’unité face aux divisions croissantes que suscitent les restrictions imposées par Angela Merkel pour contrer la pandémie. Alors que plusieurs gouvernements ont fait part de leur volonté d’assouplir les restrictions de déplacements et de contacts, l’Europe reste « dans l’œil de cyclone », a insisté l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En France notamment où on ne sait pas encore si le déconfinement progressif prévu à la mi-mai par le gouvernement sera possible : les effets de ce troisième confinement, s’ils sont bien réels, semblent en effet moins importants que ceux des deux précédents confinements. 

 

<<< À lire également : Covid 19 | La France dépasse les 100 000 morts, où en sont les autres pays ? >>>