Selon une nouvelle étude publiée mardi dans PLOS Medicine, la pollution atmosphérique pourrait être l’une des principales causes de naissances prématurées et de faible poids à la naissance dans le monde, ce qui vient s’ajouter au nombre croissant de preuves exposant les dommages indirects de la crise climatique.


 

Faits marquants

  • La pollution de l’air a probablement contribué à quelque 6 millions de naissances prématurées et à près de 3 millions de bébés d’un poids insuffisant nés dans le monde en 2019, selon l’analyse évaluée par les pairs des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) et de l’Université de Washington.
  • La pollution de l’air intérieur, provenant principalement des fourneaux de cuisson, est à l’origine de deux tiers de ces naissances, ont constaté les chercheurs, principalement dans les pays les plus pauvres d’Asie du Sud-Est et d’Afrique subsaharienne, où la pollution intérieure est la plus courante.
  • Le nombre de naissances prématurées et de bébés d’un poids insuffisant à la naissance pourrait être réduit de près de 78 % si la pollution était réduite au minimum dans ces régions, ont constaté les chercheurs.
  • Cependant, la pollution atmosphérique peut encore poser un risque sanitaire important dans les pays plus riches, ont averti les chercheurs, qui estiment à environ 12 000 le nombre de naissances prématurées aux États-Unis en 2019 liées à la pollution extérieure.
  • Les résultats soulignent le fait que la pollution affecte les nourrissons, ainsi que les adultes, a expliqué l’auteur principal, Rakesh Ghosh, chercheur en santé publique à l’UCSF, ajoutant qu’elle « devrait maintenant être considérée comme un facteur majeur » de maladie et de décès chez les nourrissons.

 

Nombre important

15 millions. C’est le nombre de bébés qui naissent trop tôt chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé, c’est-à-dire avant 37 semaines de gestation. Cela représente plus d’un bébé sur dix. Environ un million d’enfants meurent chaque année de complications liées à une naissance prématurée, selon l’OMS, et c’est la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Les nourrissons qui survivent sont souvent « confrontés à une vie entière de handicap », selon l’agence. Cette charge n’est toutefois pas répartie de manière égale dans le monde, et « presque tous ces bébés survivent » dans les pays à revenu élevé.

 

Contexte clé

Des recherches antérieures de la même équipe ont révélé que la pollution atmosphérique a contribué à quelque 500 000 décès de nourrissons en 2019.  Elles s’ajoutent aux recherches croissantes révélant que même en petites quantités, la pollution atmosphérique peut avoir des effets profonds sur notre esprit et notre corps. Des taux plus élevés et des cas plus graves de suicide, de dépression et de schizophrénie ont tous été liés à la pollution atmosphérique, l’exposition à long terme a été liée à une intelligence réduite, en particulier chez les hommes, et la recherche suggère que des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année en raison de l’exposition à la pollution des incendies de forêt. L’OMS estime que la pollution atmosphérique est responsable de quelque 7 millions de décès prématurés chaque année et réduit la qualité de vie de millions d’autres personnes. L’ampleur de ce fardeau place la pollution atmosphérique au même niveau que d’autres menaces sanitaires majeures telles que le tabagisme et une alimentation malsaine, a déclaré l’OMS.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

<<< À lire également : OMS : La pollution de l’air est plus dangereuse pour la santé que prévu >>>