Avec un nombre croissant d’innovations concrètes qui essaiment dans l’hexagone, les consciences entrepreneuriales s’éveillent progressivement au service de la lutte contre les changements climatiques. Mettons en lumière ces démarches remarquables et les leviers de l’accélération de ces transformations socio-économiques.

Quand l’intelligence collective fait progresser la cause écologique

Dans le top 5 des menaces pour l’économie mondiale récemment énoncées à Davos, l’urgence climatique mobilise plus que jamais. Parce qu’elle est un combat qui vaincra par la force du collectif, se tissent petit à petit de belles alliances partenariales entre entrepreneurs et organismes partageant les mêmes convictions. C’est dans cette logique que s’inscrit notamment le French Climate pledge du Medef, un engagement commun en faveur du climat qui a permis de réunir un investissement global de 73 milliards d’euros en 2019. De même, la Charte Paris Action Climat mobilise les acteurs économiques et institutionnels du territoire pour qu’ils alignent leur stratégie d’entreprise avec le Plan Climat.

Ainsi, l’incubateur Paris&Co fait émerger bien des talents comme WeNow, start-up combinant efficacité énergétique et éco conduite en proposant une solution clé en main. Bien au-delà de nos frontières, d’inspirantes initiatives ont aussi le mérite de faire bouger les lignes et d’encourager la coopération internationale. C’est le cas de la plateforme Franco-fil, qui encourage la signature de partenariats entre entreprises et opérateurs socio-économiques francophones, ou encore du Sommet Afrique-France qui se tiendra en Juin prochain à Bordeaux. Sa vocation : identifier des solutions durables dans le contexte de la forte urbanisation attendue en Afrique dans les décennies à venir. Plus encore, en véritable lame de fond, l’enjeu climatique s’invite dans de nombreux débats économiques et sociétaux, comme celui de la mixité. Parmi ses récentes actions, le Women’s Forum a lancé une Charte inédite pour mettre l’accent sur le rôle crucial et la valeur ajoutée des femmes dans l’action climatique.

 

Mise en lumière de l’entrepreneuriat climato-compatible

En ordre de marche, l’entrepreneuriat durable – et son lot d’initiatives climato-compatibles – a de beaux jours devant lui. Cette nouvelle vague peut compter sur le soutien d’un trio d’exception : la Recherche, les nouveaux modes de financement, et l’appui de grandes organisations comme la Caisse des Dépôts, la BPI ou la Banque des Territoires.

C’est ainsi qu’émergent des start-up telles que Cycle Up by Egis, plateforme spécialisée dans le réemploi des matériaux de construction qui met en relation les acteurs de la filière de l’économie circulaire. Les grandes entreprises ne sont pas non plus en reste. On citera à titre d’exemples les efforts notables d’innovations du côté d’Arkema pour alléger le poids des véhicules et diminuer les besoins en climatisation dans les bâtiments, ainsi que les solutions d’économie circulaire mises en place par Véolia pour réduire l’empreinte carbone et améliorer le cadre de vie des populations bénéficiaires. Fleurissent par ailleurs un nombre croissant d’applications éco-friendly pour consommer moins et mieux, à l’instar de l’appli anti-gaspi, Too Good To Go.

 

L’urgente prise en compte des attentes des jeunes générations

Si de plus en plus d’entreprises et leurs parties prenantes redoublent d’ingéniosité pour préserver l’environnement, des efforts concrets restent à fournir du côté du monde académique, de l’enseignement supérieur et de l’éducation au sens large. L’avenir climatique reposera sur les nouvelles générations, de plus en plus exigeantes et sans concessions sur la question environnementale et des innovations en jeu. Un combat qu’elles mènent déjà de front.

Le Manifeste pour un réveil écologique en est l’illustration la plus parlante : ce collectif de plus de 30 000 étudiants et jeunes diplômés engagés dans la lutte contre le péril écologique revendique l’intégration de cet enjeu dans leur quotidien d’étudiants et de futurs actifs. Mais les managers et les dirigeants doivent eux aussi s’adapter à ces exigences et mettre à disposition les outils nécessaires pour agir. Sur fond d’intelligence collective, l’implication de ces parties prenantes conjuguée à l’entrepreneuriat et aux innovations constituent les clés de voûte de la lutte contre l’urgence climatique.

 

Par Olivier Mousson, président de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale et Sylvianne Villaudière, vice-présidente

<<< A lire également : Pour Un Marketing Responsable >>>