Lors de la 26ème conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow, le président de la COP26, Alok Sharma, a été submergé par l’émotion à la fin de l’évènement. La Chine et l’Inde ont proposé une modification de dernière minute du texte final de l’accord, connu sous le nom de « Pacte de Glasgow pour le climat ». L’appel à « éliminer progressivement » l’énergie produite par le charbon et les subventions inefficaces en faveur des combustibles fossiles a donc été édulcoré en « réduire progressivement ».


 

Les délégués d’autres pays, de la Suisse à Cuba, ont déploré cette décision, mais ont finalement adopté le texte dans l’intérêt du temps, la conférence ayant alors plus de 24 heures de retard.

« Je m’excuse pour la façon dont ce processus s’est déroulé. Je suis profondément désolé », a déclaré M. Sharma, qui, plus tôt dans la semaine, avait déclaré aux journalistes qu’on l’appelait parfois « No-drama Sharma ». Il a ensuite ajouté : « Je comprends également la déception, mais, comme vous l’avez noté, il est vital que nous protégions ce paquet », la voix tremblante.

Le Pacte de Glasgow pour le climat était censé marquer une étape décisive, malgré deux cycles de révision qui ont affaibli et compliqué la simple phrase « élimination progressive des subventions en faveur du charbon et des combustibles fossiles » figurant dans la première version du document. M. Sharma et le gouvernement britannique avaient un objectif clair pour la COP26 : maintenir l’esprit du 1,5, une référence à l’accord de Paris de la COP21, qui appelait à une action mondiale pour empêcher les températures de dépasser 2 degrés Celsius, et de préférence 1,5 degré Celsius, par rapport aux niveaux préindustriels d’ici la fin du siècle. Pour ce faire, il est essentiel de parvenir à des émissions nettes nulles d’ici 2050 – ce qui signifie que pour chaque quantité de gaz à effet de serre émise, une quantité égale est retirée de l’atmosphère – et, pour être sur la bonne voie pour atteindre cet objectif, les scientifiques pensent que les émissions mondiales devraient être réduites de moitié d’ici 2030. Au début de l’année, un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, soutenu par les Nations unies, a indiqué que les températures mondiales ont déjà augmenté de 1,1 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

« Nous avons maintenu le projet de 1,5 degré en vie. Mais son pouls est faible et il ne survivra que si nous tenons nos promesses et traduisons nos engagements en actions rapides », a déclaré M. Sharma. Cette déclaration ne cache pas la déception qu’ont dû ressentir les organisateurs de la conférence, dont l’événement, qualifié de « COP la plus importante depuis Paris », n’a pas été à la hauteur de ses ambitions. La COP26 n’a été ni un succès ni un échec – des concepts absolus qui ne reflètent pas les complexités des négociations internationales de haut niveau – mais un sac mélangé de progrès sur certaines questions, de déception sur d’autres et de beaucoup d’engagements.

 

Les principaux accords et engagements de la COP26

La présidence britannique avait quatre objectifs clés résumés comme suit : « charbon, argent, voitures et arbres » – en d’autres termes, mettre fin à la production d’électricité à partir du charbon (un engagement désormais approuvé par 46 pays avec une échéance fixée à 2040), fournir le soutien annuel de 100 milliards de dollars promis de longue date pour la transition écologique des pays en développement (un objectif qui devait couvrir la période 2020-2025 mais qui ne se concrétisera pas avant 2023 au moins, et dont l’avenir se situe au-delà de 2025), soutenir les véhicules électriques et l’élimination progressive des véhicules à moteur fonctionnant à l’essence et au diesel d’ici à 2040, et inverser la déforestation pour tenter de protéger les solutions existantes fondées sur la nature pour capter les émissions. L’accord bilatéral entre les États-Unis et la Chine sur les mesures de lutte contre le changement climatique, y compris la réduction des émissions de méthane – objet d’un accord multilatéral conclu lors de la COP26 auquel la Chine a refusé de participer – a également constitué un développement remarquable.

Certains de ces accords sont imparfaits – celui sur la déforestation, par exemple, s’engageait à « stopper et inverser la perte de forêts et la dégradation des terres d’ici 2030 ». Cet accord semblait être un succès puisqu’il concernait le Brésil, qui abrite la plus grande forêt tropicale du monde et qui a perdu des arbres à un rythme record cette année, mais les sénateurs brésiliens ont rapidement précisé que leur engagement ne concernerait que la déforestation illégale. Les militants indiquent depuis longtemps que la frontière entre la déforestation légale et illégale dans le pays est souvent floue en raison des amnisties qui touchent les zones illégalement déboisées.

D’autres sont privés d’acteurs clés. Une campagne visant à éliminer progressivement le pétrole et le gaz au cours des 30 prochaines années, promue par le Danemark et le Costa Rica, par exemple, n’a pas reçu le soutien du pays hôte de la COP26, le Royaume-Uni, qui envisage le développement d’une nouvelle mine de charbon et d’un champ pétrolier offshore.

Les engagements pris par les pays pour réduire leurs émissions restent insuffisants pour atteindre l’objectif de 1,5 degré Celsius. Le scénario le plus optimiste élaboré par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans lequel toutes les nations respectent leurs engagements, prévoit une augmentation de 1,8 degré Celsius des températures mondiales d’ici à 2100. Le groupe à but non lucratif Climate Action Tracker a confirmé le calcul de l’AIE, mais a indiqué qu’un résultat plus réaliste pour ces engagements est une augmentation de la température de 2,4 degrés – et de 2,7 degrés sur la base des politiques actuelles.

Un rapport publié cette semaine par le consortium Paris Reinforce, qui regroupe 18 instituts de recherche, nuance ces chiffres en indiquant que les politiques actuelles laissent présager un réchauffement de 2,3 à 2,9 degrés Celsius d’ici à 2100, alors que les engagements en matière de climat conduisent à un réchauffement de 2,2 à 2,7 degrés sur la même période.

Certains pays ressentent déjà l’impact de la hausse des températures mondiales et plusieurs pays en développement, dont certains sont déjà confrontés à la montée du niveau des mers qui ronge leurs territoires et à des phénomènes météorologiques extrêmes qui dévastent les vies et les moyens de subsistance, ont qualifié d’ « arrêt de mort » une hausse de 2 degrés Celsius des températures mondiales. Les pays en développement et les militants de la société civile ont été déçus par l’absence de création d’un mécanisme solide permettant de débourser une aide financière pour les pertes et dommages causés par le changement climatique.

Sir David King, président du Climate Crisis Advisory Group (CCAG), un groupe indépendant de 15 experts de 11 pays qui a publié cette semaine sa propre évaluation des résultats de la COP26, a qualifié l’absence d’accord sur ce point de « violation fondamentale de la confiance ». Il a déclaré dans un communiqué de presse : « Ce que nous avons sous les yeux est une rupture fondamentale de la confiance entre les nations riches et pauvres, avec des conséquences catastrophiques pour le monde. Sans un recalibrage de la part des nations développées sur la façon dont elles abordent leurs relations avec les pays plus pauvres, un changement à l’échelle et au rythme requis pour garantir un réchauffement climatique de 1,5 degré Celsius est pratiquement impossible ». 

 

La voie à suivre

Sur une note positive, les délégués ont pu finaliser un accord sur les marchés du carbone qui était resté inachevé dans l’article 6 de l’Accord de Paris, ouvrant la voie à la mise en place d’un système de tarification et d’échange du carbone au niveau mondial. La COP26 a également vu des engagements sans précédent de la part du secteur privé pour atteindre les objectifs de zéro émission nette et fournir les milliers de milliards de dollars nécessaires pour financer la transition.

« Tous les acteurs du secteur financier se sont engagés à réorienter les normes relatives à la destination des investissements. C’est un signal », a déclaré à Forbes Johan Rockström, directeur de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique, lors de la COP26.

Un autre signe de progrès dont M. Rockström a été témoin à Glasgow est un accord général sur le fait que la limitation des émissions conformément aux objectifs de l’Accord de Paris est une nécessité. « C’est la première COP où nous ne débattons plus de la direction que nous prenons, mais de la vitesse », a-t-il déclaré.

Il ne s’agit pas seulement de la vitesse : la manière d’atteindre ces réductions d’émissions reste en discussion. L’énergie nucléaire et l’hydrogène – qui peuvent être « verts » lorsqu’ils sont produits à partir d’énergies renouvelables, mais qui sont qualifiés de « bleus » s’ils sont dérivés de combustibles fossiles – se sont vus offrir de grandes plateformes lors de la COP26, sous la forme de pavillons et de participation aux discours-programmes et aux sessions de discussion, plus que les producteurs d’énergie solaire et éolienne.

Les modes de transport qui ne font pas appel à la combustion de carburants, comme les trains ou les vélos, n’ont même pas été pris en compte dans le programme, qui s’est plutôt concentré sur les véhicules électriques, les avions et le transport maritime – des secteurs qui présentent d’énormes défis en matière de décarbonisation, mais qui ne devraient pas empêcher de discuter des modes de transport à faible émission de carbone existants. 

Dans l’ensemble, les discussions de la COP26 n’ont pas permis de comprendre que l’atteinte d’un niveau d’émissions nettes nul ne se limite pas au passage d’une source d’énergie à une autre, mais qu’il faut réinventer les modes de production et de consommation actuels. C’est ce qu’a noté Guy Grainger, responsable mondial des services de durabilité de la société de services immobiliers JLL, qui aurait souhaité que l’on se concentre davantage sur l’économie circulaire, du moins dans son secteur. « L’économie circulaire a un rôle énorme à jouer dans l’environnement bâti, mais on n’en a pas encore assez parlé. J’espère que cela viendra », a-t-il déclaré à Forbes.

L’une des rares personnes à avoir abordé la nécessité d’un changement plus radical est la créatrice de mode Stella McCartney. « Les marques de fast-fashion doivent évidemment réduire ce qu’elles produisent », a-t-elle déclaré à Forbes. Elle a expliqué qu’elle avait elle aussi entrepris de réduire sa gamme de produits, ajoutant : « Je veux montrer à mon secteur d’activité que l’on peut avoir un modèle économique en travaillant de manière plus propre et plus durable ».

La COP26 est maintenant terminée, mais la mission de prévenir les pires conséquences du changement climatique se poursuit. Nul doute que les questions qui ont suscité la déception à Glasgow seront discutées avec encore plus d’urgence en novembre prochain, lors de la COP27 en Égypte.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Sofia Lotto Persio

<<< À lire également : COP26 : Ce que les États-Unis peuvent apprendre de l&#8217;Europe pour lutter contre le changement climatique >>>