Maître d’œuvre de l’application « Never Eat Alone » qui a redessiné les codes (sclérosés) de la vie et du bien-être en entreprise en créant une passerelle entre les collaborateurs d’un même groupe afin qu’ils puissent notamment déjeuner ensemble, la jeune entrepreneure de 23 ans, Marie Schneegans, récidive en mettant sur orbite « Workwell », une solution encore plus complète qui offre un accès à de multiples services. Avec, toujours en filigrane, la volonté de distiller un soupçon de bonheur au travail.

Le salon VivaTechnology, inauguré la veille par le président de la République Emmanuel Macron, bat son plein ce vendredi 16 juin où une kyrielle de grands groupes et de start-up cohabitent et présentent leurs dernières innovations. Dans les coursives de cette grand-messe du numérique, ces « deux mondes » sont ainsi amenés à échanger et parfois même à collaborer. Rendez-vous est pris ce vendredi, 14 heures, où la jeune entrepreneure, Marie Schneegans, seulement âgée de 23 ans et reconnaissable avec sa longue silhouette et son chapeau – de paille ou capeline au gré des saisons – présente sa nouvelle « invention » baptisée Workwell sur le stand du mastodonte de l’immobilier commercial – et poids lourd du CAC 40 – Unibail-Rodamco avec qui la jeune femme a signé un partenariat.


Dans le détail, cette nouvelle plateforme regroupera l’accès aux services de l’immeuble au sein d’une interface unifiée sur smartphone : réservation de restaurant, réservation de cours de sport, co-voiturage, petites annonces, conciergerie. Elle pourra aussi intégrer les applications spécifiques à chaque entreprise : trouver son chemin, trouver le bureau d’un collègue, gestion et réservation de lieux de travail et de salles de réunion en incluant des informations en temps réel sur l’occupation des salles. Elle permettra également aux occupants des bureaux de contrôler les paramètres de confort de leurs espaces de travail (climatisation, stores, éclairage, etc.). En outre, Workwell permettra d’intégrer rapidement de nouvelles applications et fonctionnalités éditées en interne, par des développeurs tiers ou par les utilisateurs des bureaux.

Le bien-être au travail au cœur des préoccupations

Une nouvelle façon de « renforcer » la notion de bien-être au travail, si chère à la fondatrice de Never Eat Alone qui a usé des mêmes ressorts pour peaufiner son nouveau projet. Dès lors comment Workwell a germé dans l’esprit (fertile) de Marie Schneegans ? « C’est en août 2016 que Never Eat Alone rencontre les équipes de Sephora. Ils prévoient de déménager dans un nouveau siège-monde à Neuilly et veulent leur app centralisant tous les services, et nous demandent d’y intégrer Never Eat Alone », raconte-t-elle.  Grâce à une levée de fonds d’un montant de 1,3 million d’euros ayant notamment permis à la start-up de muscler son équipe technique, Never Eat Alone lance la plateforme Workwell et propose, le plus naturellement du monde à Sephora de devenir son premier client.

Never Eat Alone a réussi le prodige de séduire la moitié du CAC 40 (citons pêle-mêle Saint-Gobain, BNP Paribas, Danone…) mais également des universités (Dauphine et Paris Sciences et Lettres en France) et de prestigieuses institutions étrangères comme le MIT ou Cornell outre-Atlantique. L’application coûte entre 1 000 et 10 000 euros par mois auxdits clients qui la proposent à leurs salariés, avec des résultats tangibles dans la mesure où 40 à 90% d’entre eux l’utilisent, au point même de faire évoluer les mentalités.
Ainsi auréolée par cette réussite fulgurante, Marie Schneegans prône un système de paiement « légèrement différent » pour Workwell.
« Au lieu de faire payer un prix de setup aux clients, puis de leur facturer chaque nouvelle fonctionnalité ainsi qu’une maintenance mensuelle, Workwell fonctionne sur un modèle d’abonnement. Etant une entreprise de technologie, Workwell continue en permanence de s’améliorer, sans facturer davantage que l’abonnement mensuel », développe l’entrepreneure.

Unibail-Rodamco sous le charme

Un postulat qui a littéralement séduit Unibail-Rodamco. « Nous sommes fiers de contribuer à la création de cette application avec les équipes de Never Eat Alone, projet qui reflète notre travail constant en matière d’innovation. Cette application sera un outil au cœur de l’attractivité de nos immeubles de bureaux, dans lesquels nous déployons de nouveaux services et un nouvel art de travailler pour leurs utilisateurs », confirme Christophe Cuvillier, président du directoire d’Unibail-Rodamco. Ainsi, Workwell sera disponible pour la première fois pour les bureaux de Trinity à la Défense, Shift à Issy-les-Moulineaux et Versailles Chantiers, développée par le géant de l’immobilier commercial.

Une « rencontre » qui symbolise à merveille l’union grands comptes /start-up et permet au premier nommé de bénéficier de l’agilité et de la créativité du second qui, lui, dispose de conditions idoines sous l’ombrelle d’une grande structure. « Avec Workwell, nous sommes heureux de devenir partenaires d’Unibail-Rodamco dans leur mission d’offrir une expérience digitale qui améliorera la qualité de vie au travail des futurs occupants des immeubles Trinity, Shift et Versailles Chantiers. En s’associant en amont de la construction, nous serons en mesure d’aller au bout de nos ambitions en matière de parcours-utilisateur », conclut Marie Schneegans. Avant le prochain « coup de maître ».