X

Papernest, Contre La Phobie Administrative (Chronique D’Effectuation #41)

L’ambition de papernest est simple, permettre à n’importe quel utilisateur de faire toutes ses démarches administratives en un clic.

La difficulté d’orchestrer parfaitement un déménagement touche 3,5 millions de Français par an. De nombreuses solutions sont d’ores et déjà présentes afin de déplacer toutes nos affaires d’un point à l’autre mais aucune ne concerne les démarches administratives liées aux changements d’adresse. Passer des heures au téléphone, ou plutôt en attente sur un call-center avec une musique lancinante qui nous rentre dans la tête, ou encore remplir plusieurs fois les mêmes types de formulaire, une mésaventure qui prend fin avec papernest

 

 

Déménager en un clic.

L’ambition de papernest est simple, permettre à n’importe quel utilisateur de faire toutes ses démarches administratives en un clic. Lors d’un déménagement, la plateforme centralise tous les contrats : box internet, électricité, gaz, assurance habitation, redirection de courrier…

Le service est 100% gratuit pour les utilisateurs de la plateforme et la start-up est rémunérée par les fournisseurs pour s’occuper des nouveaux clients apportés aux grands comptes qui, par ce service, améliorent l’expérience utilisateur de leurs abonnés, bien souvent dégradée par la lenteur des processus.

 

Idée. Simplifier la gestion administrative.

La naissance de papernest part d’un double constat. Le premier venant d’une expérience personnelle du cofondateur, Philippe de La Chevasnerie : “Lors de mon premier déménagement, je ne savais pas qui il fallait prévenir pour le changement d’électricité et encore moins pour le contrat d’assurance habitation. C’est une situation assez banale que beaucoup ont dû rencontrer, toutes ces démarches administratives doivent être faisables autrement.”.

Un changement d’usage qui titille donc le jeune entrepreneur et qui l’amène à un second constat. Le nombre de souscriptions a doublé en 10 ans, au-delà des indispensables contrats d’assurances et d’électricité, de nouveaux services ont le vent en poupe comme Netflix ou Spotify. Un point commun à tous ces abonnements : la complexité de les gérer, de se désabonner ou de modifier un contrat.

C’est alors que Philippe revoit le modèle déjà bien existant de l’affiliation pour simplifier toutes ces démarches en les rendant accessibles sur une seule plateforme. La plateforme regroupe en réalité différents fournisseurs, ce qui permet de regrouper les nombreux contrats sur une seule plateforme.

 

Recrutés-recruteurs ou Employés-employeur.


Philippe, polytechnicien ayant fini son parcours à HEC, nous confie que “se lancer dans une aventure entrepreneuriale seul n’est pas des plus simples.” Faisant loi ce principe, il se rapproche en février 2015 d’un ami de promotion, Benoit Fabre pour lancer papernest. Les deux co-fondateurs se répartissent alors les responsabilités tout en ayant en tête de rapidement développer leur équipe. Benoit est en charge de la tech et des opérations tandis que Philippe gère le produit, le marketing et les partenariats.

Chose faite, en août 2015, l’équipe est composée de 13 salariés en plus des deux fondateurs. Philippe revient sur les prémices de cette grande aventure humaine “Au début, nous étions beaucoup dans l’exécution, j’apprenais différents métiers, comme le marketing digital, pour ensuite recruter un expert de ce métier.”. A cette période, la structuration de l’équipe se fait plus forte. La vision de Philippe et de Benoît est de laisser les équipes se constituer elles-mêmes : recruter des profils qui sauront à leurs tours recruter pour faire grandir les équipes. Une équipe qui a bien évolué, entre Paris et Barcelone. Papernest compte plus de 300 collaborateurs aujourd’hui et compte en recruter 100 de plus d’ici la fin d’année.

Les deux co-fondateurs ont actuellement pris du recul sur l’exécution pour se concentrer sur la stratégie tout en essayant de n’intervenir que ponctuellement dans l’opérationnel. Philippe ajoute “Le tout est d’avoir les bonnes personnes au bon endroit, un lieu commun qui se révèle 100% vrai !”. Il met alors en place des intéressements au capital, BSPCE, pour tous les salariés en CDI de l’équipe, du Top Management à l’opérationnel.

Les co-fondateurs ne s’arrêtent pas en si bon chemin et formalisent peu à peu leur culture d’entreprise basée sur l’ambition, les clients, le lean, l’apprentissage et la transparence.

 

L’importance du Lean.

Trouver le bon business model est un challenge auquel se confronte toutes les start-up. Pour le trouver, Philippe est allé directement à la rencontre de sa cible : les personnes en cours de déménagement. Armé de son bloc-note et d’un stylo, Philippe se rend au Jardin du Luxembourg avec une seule question : “Seriez-vous prêt à payer 50 euros pour qu’on s’occupe de toutes les démarches administratives liées à votre déménagement ?” La réponse est sans appel : non. Nouvelle tentative en s’adressant au cœur de cible pour papernest est mettant sur leboncoin en fausse annonce l’appartement de Philippe. Le service semble séduire mais les clients ne sont pas prêts à payer.  Philippe rebondit alors et se tourne directement vers les fournisseurs de services. Les premières lettres d’intention de la part de Bouygues, Engie et d’assureurs ne se font alors pas attendre.

En février 2015, papernest est officiellement lancé, le site vitrine et la communication fin prêts, mais rien ne se passe. “Une dure épreuve qui a duré plusieurs mois avec les craintes classiques de l’entrepreneur qui a quitté son emploi et financé son projet” nous confie Philippe. L’équipe de papernest ne baisse pourtant pas les bras et démultiplie les tests de canaux marketing. Philippe revient sur cette période : “on a testé 25 canaux marketing et on a récolté 24 échecs cuisants. C’est alors qu’un canal commence à fonctionner : le marketing digital.”

Une stratégie lean qui porte ses fruits en juin 2015 avec les premiers clients qui utilisent la plateforme. Cet épisode marque le point de bascule pour papernest qui cherche alors de nouveaux relais de croissance pour se développer. En 2016, la jeune pousse se voit proposer par Bpifrance de postuler au Y Combinator, mais, après avoir été retenue parmi 10 000 start-up, décline l’offre afin de se focaliser sur une levée de fonds pour 2017. Cette augmentation de capital permet à la start-up d’accélérer et d’investir dans de nouveaux canaux marketing et techniques. Une équipe de 20 développeurs est alors consacrée à l’amélioration de la plateforme et l’automatisation de certains processus pour que la prouesse “en un clic” décrive la réalité.

La croissance soutenue et continue de papernest lui permet de s’internationaliser avec un premier bureau à Barcelone comptant 150 salariés et dont la taille devrait doubler d’ici un an. Papernest a su créer une très bonne expérience client, Philippe nous explique “nous allons capitaliser dessus afin de construire une forte image de marque tout en gardant un sens pour devenir l’acteur de référence”. Une vision en pleine construction puisque la plateforme est déjà partenaire de plus de deux mille agences immobilières, et compte près de de 300 000 utilisateurs avec un NPS, Net Promoter Score ou taux de satisfaction client fièrement affiché à 61%.

 

Financements. Attendre pour lever plus.


Avec une première injection en fonds propre et quelques prêts, Philippe et Benoît doivent jouer avec leur trésorerie au début de l’aventure. Le financement par le chiffre d’affaires se révèle être un casse-tête entre l’affacturage représentant 1 à 2% de ce dernier et les découverts autorisés par les banques.

Papernest décide alors de se lancer dans une première levée de fonds importante de 10 millions d’euros. Une levée de fonds effectuée auprès de ParTech et Idinvest pour la vision commune sur l’avenir de la start-up ainsi que l’accompagnement proposé tant au niveau du développement produit que du recrutement.

“Nous avons la conviction que papernest peut devenir très, très gros”. Une phrase reflétant le futur souhaité par les deux co-fondateurs : faire de papernest la plateforme de référence dans la vie administrative des européens, et pas seulement lors de déménagement.
Un challenge de grande envergure qui pourrait à tous nous simplifier la vie !

 

Chronique co-écrite par Florian Bercault, Adèle Pasquier d’Estimeo et Jean Rognetta de Forbes. 

Catégories : Entrepreneurs
Etiquettes start-up