PEPITE | En quelques années, Agriconomie  s’est fait une place dans le secteur primaire. Avec 50 millions de chiffre d’affaires, l’ambition est désormais de s’imposer au niveau européen. Rencontre avec l’un de ses fondateurs, Paolin Pascot


 

Quel est le principe d’Agriconomie ?

Paolin Pascot : Les agriculteurs font face à des défis constants afin d’assurer la rentabilité et la pérennité de leur entreprise et cela dans un marché toujours plus concurrentiel, toujours plus complexe. C’est dans ce contexte qu’Agriconomie.com est devenue la première plateforme e-commerce entièrement dédiée aux besoins des exploitations agricoles. Le site permet aux agriculteurs de trouver tout ce dont ils ont besoin pour leur exploitation au même endroit et au meilleur prix, afin d’économiser du temps et de l’argent. La philosophie de l’entreprise est basée sur le service rendu aux agriculteurs et leur satisfaction et s’articule principalement autour des objectifs suivants :

  1. Réduction des intermédiaires inutiles afin de réduire les coûts et redistribuer du pouvoir d’achat
  2. Une sélection des meilleurs fournisseurs et produits sur la base d’un cahier des charges strict
  3. Une expérience en ligne claire, simple et sans couture
  4. Une totale transparence des prix basé sur un algorithme capable de calculer tous les coûts du produit depuis sa fabrication jusqu’à sa livraison dans la ferme
  5. Une gamme exhaustive de produits : l00% des approvisionnent utiles à une exploitation peuvent être réalisés sur Agriconomie.

Afin d’améliorer la rentabilité de leur entreprise, Agriconomie est aussi un pôle d’innovation « Farm Intelligence » qui développe des outils d’aide à la décision afin d’aider les agriculteurs dans leurs décisions agronomiques et environnementales. La société compte aujourd’hui plus de 85 000 clients et 300 000 visiteurs uniques mensuels (soit près de 80%  des agriculteurs français). Les clients les plus fidèles économisent jusqu’à 5 000 euros par an sur leurs achats.

 

Paolin Pascot : La société s’est donc lancée dans 5 pays européens en proposant dans un premier temps une large gamme de pièces détachées pour machines agricoles et compte déployer son offre d’intrants.

 

Comment est née cette idée ?

P. P. : En 2014, dans une ferme familiale de la Marne, avec Clément Le Fournis et Dinh Nguyen, nous avons décidé de créer Agriconomie. Forts de cette expérience (nous sommes fils d’agriculteurs), nous savons qu’à cette époque il est impossible pour un exploitant agricole de comparer les prix de ses engrais et encore moins de les acheter en ligne. Ce constat, alimenté par la conviction que le numérique peut changer en profondeur le milieu agricole, va très vite laisser la place à la créativité et à l’ingéniosité des trois fondateurs qui se rassemblent autour du même constat et de la même envie de faire évoluer le monde agricole. D’abord pour leurs parents, mais très vite pour l’ensemble des agriculteurs parce qu’il leur semble inconcevable que ceux qui nourrissent la planète ne puissent pas subvenir correctement à leurs besoins. En outre, les circuits de distribution du milieu agricole en France sont parmi les plus opaques. Le manque de transparence sur les prix, les exclusivités abusives ou encore la quasi impossibilité de comparer les offres rendent les agriculteurs prisonniers d’un système conservateur. L’exploitant agricole ne peut pas être totalement indépendant et libre dans ses prises de décisions. Indignés mais convaincus de la puissance du numérique, les trois fondateurs imaginent une solution innovante en créant le premier site e-commerce dédié aux achats agricoles qui place l’agriculteur au cœur du système et de la prise de décision. L’ambition est claire. Il faut répondre à l’ensemble des besoins d’une exploitation en simplifiant radicalement l’acte d’achat et en proposant une totale transparence sur les prix. En trois ans, la plateforme d’approvisionnement agricole va très vite s’imposer comme la première place de marché agricole en ligne en Europe.

 

Quels sont vos objectifs à court terme ?

P. P. : Désireuse d’étendre notre modèle vertueux et respectueux des agriculteurs partout en Europe, l’entreprise compte développer son marché dans d’autres fermes européennes. L’ambition est claire, il faut répondre à l’ensemble des besoins d’une exploitation en simplifiant radicalement l’acte d’achat, en proposant une totale transparence sur les prix et en accompagnant les agriculteurs afin de les aider à optimiser la gestion de leur entreprise partout où c’est nécessaire. La société s’est donc lancée dans 5 pays européens en proposant dans un premier temps une large gamme de pièces détachées pour machines agricoles et compte déployer son offre d’intrants (Engrais, semences, nutrition, …) début 2022 sur les marchés italien, espagnol et allemand.

Par ailleurs, après 5 ans de recherche et développement, la mise en place d’une dizaine d’algorithmes, et plusieurs dizaines de millions d’euros générés grâce à sa technologie,  Agriconomie met désormais sa plate-forme à disposition des acteurs de l’agro distribution qui souhaitent à leur tour se lancer dans l’aventure du commerce en ligne. En choisissant cette solution, ces derniers accélèrent leurs mises en ligne de plusieurs mois, voire plusieurs années, tant le marché de la vente en ligne des produits agricoles est complexe à appréhender.

 

Quel est le modèle économique ?

P. P. : La société réalise un chiffre d’affaire annuel de 50M€ en progression de 42%. Le modèle économique d’Agriconomie s’articule autour de 3 activités :

  1. L’achat-revente de produits et matières premières représentant 92% du chiffre d’affaires (dont 12% à l’international) et 65% de la marge de la société.
  2. Une activité de marketing research, d’advertising et de data permettant aux acteurs de l’agro distribution de comprendre et toucher plus efficacement leur publics et clients et qui contribue à hauteur de 25% de la marge de la société.
  3. Et enfin, la commercialisation d’une offre logicielle en Saas permettant d’accélérer le déploiement en ligne des distributeurs agricoles. Cette activité en forte progression devrait représenter un CA (Annual Recurring Revenue) de plus de 10 millions d’euros dans les 3 prochaines années.

 

À lire également <<< AgTech : Au salon de l’Agriculture, les Start-Up ont la main verte >>>