Fondée en 2017 par trois associés, l’entreprise parisienne affiche clairement ses ambitions : rendre la gestion de copropriété simple, transparente et efficace. De quoi donner des sueurs froides aux acteurs traditionnels du secteur.

Le speech

C’est en faisant l’acquisition de son premier appartement que Raphaël di Meglio se confronte au marché immobilier et, plus précisément, au fonctionnement des syndicats de copropriété. « J’ai été très surpris à la réception du premier appel de fonds. Le montant demandé était conséquent, avec très peu de transparence sur l’affectation des sommes » explique le jeune homme. Issu d’une formation de droit et diplômé de l’ESCP, Raphaël di Meglio se destinait à une carrière en cabinet d’avocats, mais son expérience immobilière lui souffle la bonne idée.

Rejoint par ses amis Victor Prigent et Jeremy Krebs, devenus aujourd’hui ses co-associés, l’entrepreneur commence à étudier la structure de ce marché et son environnement juridique. « C’est à cette période que nous avons entrepris une longue série d’interviews auprès de syndicats, de propriétaires et d’associations de copropriétaires. Lors de ces échanges, les premiers exprimaient leur malaise face au mécontentement des copropriétaires, quand les seconds pointaient du doigt le manque de suivi, l’opacité de gestion des syndicats et le coût élevé des honoraires ».

Disrupter les syndicats de copropriété par le numérique

Le secteur de la gestion de copropriété représente un marché de 700 000 copropriétaires en France, autant en Allemagne, Espagne et Italie. Une perspective de développement qui finit de décider le trio d’entrepreneurs à tenter l’aventure. En janvier 2017, ils fondent Matera avec la promesse d’apporter à leurs clients qualité de gestion et gain financier. « Avec Matera, on challenge le modèle de l’association de copropriétaires en le rendant performant grâce au numérique » résume le CEO. En effet, si le cadre juridique de l’association de copropriétaires existe depuis les années 1960, sa mise en pratique s’avère complexe car elle nécessite un investissement personnel important des membres, ainsi que de réelles compétences.

En prenant en charge l’ensemble des tâches administratives, comptables et juridiques, Matera offre un vrai gain de temps à ses clients et une simplification de gestion. Un service dont le coût varie selon le nombre de lots de l’immeuble, avec une durée minimale d’engagement d’un an. « De manière générale, nos tarifs se situent 30% plus bas que ceux des syndicats de copropriété classique, ce qui représente un gain non négligeable pour nos adhérents ». Côté fidélisation, la start-up ne manque pas d’idée. Elle a notamment mis en place un annuaire de prestataires et fournisseurs, notés et évalués par les copropriétaires eux-mêmes après chaque intervention. Toujours dans l’idée d’alléger au maximum les contraintes qui pèsent sur ses clients, Matera est devenue en octobre 2020 une néo-banque pour lancer son propre compte de paiement. Une évolution qui permet aux clients de gérer leurs comptes directement via la plateforme.

L’ouverture à l’international

Avec deux levées de fonds réalisées respectivement en 2018 pour 1 million d’euro, et fin 2019 pour 10 millions d’euros, Matera a toute la marge de manœuvre nécessaire pour investir dans sa plateforme et renforcer ses équipes, qui comptent aujourd’hui 140 collaborateurs. A court terme, la start-up s’est fixé comme objectif de pénétrer le marché allemand à horizon du quatrième trimestre 2021. « L’Allemagne est un marché à fort potentiel pour Matera, c’est une première à l’international, et une prise de risque maitrisé car ils partagent avec le marché français beaucoup de similitudes, notamment sur l’environnement juridique » explique Raphaël di Meglio. A plus long terme, le CEO de Matera envisage sa solution comme un écosystème applicable à tous les sujets de l’habitat, qu’ils visent la location, la copropriété, et pourquoi pas les transactions. « Dès lors que l’on peut apporter de la transparence et une économie, alors Matera est légitime à se positionner sur ces sujets ».

<<< À lire également : Immobilier de montagne : les meilleures façons de s’offrir les sommets >>>