Mercredi 12 décembre dernier, au cœur de Saint-Germain-des-Près, la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale en son président Olivier Mousson, recevaient lors d’une cérémonie, les lauréats du Prix Chaptal qui récompense chaque année les meilleurs parcours entrepreneuriaux.

 


 

La Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale voit le jour en 1801 sous l’initiative de Napoléon Bonaparte. Son objectif est de taille : libérer, développer et encourager les initiatives entrepreneuriales et industrielles françaises en prenant le terme « Industrie » au sens large que lui donnent les Lumières au début du XIXème siècle, c’est à dire, à l’image des grandes expositions universelles, l’ensemble des moyens dont dispose l’homme pour subvenir aux besoins de sa civilisation. 

 

Exposition Universelle 1889

 

Deux siècles que la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale accompagne la société et ses mutations, sociales, économiques, industrielles et culturelles en remettant ses prix à ceux qui, avec un coup d’avance, en façonnent les lendemains. Or, le paysage industriel français, à l’image de celui du monde, évolue à grande vitesse ; tourné vers l’international et le numérique, plus collaboratif, social, et responsable. Les lauréats de cette année témoignent clairement de ces évolutions par leur parcours singuliers, parfois étonnants, toujours inspirants.

 

 

Le parcours bluffant de Jean-Louis Level et PGS Group (chiffre d’affaires avoisinant les 300 millions d’€), leader français de la palette, s’est vu remettre le Chaptal du Comité Commerce et Transports, l’audace de Didier Truchot et de son groupe international IPSOS (108 millions de chiffre d’affaires) a été récompensée par le Chaptal du Comité des Arts de la Communication et de la Formation, tandis qu’Agnès Nahum recevait celui des Arts Économiques pour le fond d’investissement Access Capital Partners présent dans six villes européennes. De leur côté, Charles Kloboukoff et Didier Perréol ont reçu le Chaptal du Comité Agricole et Industries Agroalimentaires pour avoir misé sur l’industrie biologique et construit des filières agricoles pérennes.

 

 

Le prestigieux Grand Chaptal de cette année est revenu à un monument de l’industrie française, Martin Bouygues et son groupe (1952) qui opèrent dans des secteurs aussi diversifiés que concurrentiels que ceux de la télécommunication (Bouygues Telecom), de la construction (BTP, énergies et services) des médias (TF1) et de l’immobilier et lui permet de totaliser un chiffre d’affaires de 32 milliards d’euros ; Une ode à la réussite à la française, reconnu ici et ailleurs, qui vient clôturer en beauté cette cérémonie forte en émotion.

« Je voudrais dédier ce prix à l’ensemble des collaborateurs du groupe Bouygues. Sans eux, je n’aurais pas réussi cette aventure, et le Groupe ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. » Martin Bouygues.

 

 

Par Vanessa Modely pour Forbes magazine

Follow @vanessamodely on Instagram